1 von 5


Au Salon de l’auto à Genève, l’étude «Budii» de Frank M. Rinderknecht a présenté la technique de demain.




Sécurité accrue électronique embarquée

Les aides à la conduite améliorent le confort et réduisent les risques d’accident. Mais ne se substituent pas à l’inattention du conducteur.

Le trafic matinal est dense comme à l’accoutumée, mais néanmoins fluide sur toutes les voies. Et soudain, des feux stop s’allument devant. Bien que le conducteur ne soit pas vraiment à son affaire, la voiture freine toute seule et aligne automatiquement sa vitesse sur celle du véhicule qui précède.
Ouf, elle était heureusement équipée d’une aide à la conduite moderne gérant les distances entre véhicules et offrant le cas échéant une aide au freinage d’urgence. Des caméras et des capteurs embarqués surveillent les abords de la voiture et alertent son conducteur, voire l’assistent activement en cas de danger.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Elle détecte les piétons

Les aides à la conduite sont bien antérieures à l’intrusion de l’électronique dans les cockpits de voitures, les assistances de direction et de freinage sont là pour en témoigner.
Mais les technologies numériques et la miniaturisation des composants permettent aujourd’hui aux constructeurs de proposer des systèmes d’assistance capables d’interpréter les panneaux de circulation, de détecter la présence d’un piéton ou d’un cycliste sur la chaussée, ou encore d’alerter le conducteur en cas de franchissement involontaire de ligne ou d’approche d’un autre véhicule remontant une file parallèle.
On en est même arrivé au point où certaines voitures sont capables de se mouvoir de façon autonome – à faible vitesse – dans les bouchons. Ce qui signifie moins de stress pour le conducteur, avec des économies de consommation à la clé.
La technologie permet également de se garer sans avoir à tourner le volant, la place vacante étant détectée par caméra et le calculateur de bord gérant automatiquement toute l’opération. Et ces dispositifs sophistiqués ne sont plus réservés aux voitures de luxe. La VW Passat de dernière génération illustre fort bien toute la variété de systèmes d’assistance que les constructeurs peuvent proposer aujourd’hui dans le milieu de gamme.
Mais tout cela ne signifie pas que le conducteur puisse relâcher son attention. D’autant plus que la technique n’est pas infaillible. Il arrive que le fonctionnement des capteurs ou des caméras soit perturbé par de la boue ou de la neige.

Un affichage multifonctionnel met le conducteur en garde contre divers dangers, dont la fatigue au volant.

Un affichage multifonctionnel met le conducteur en garde contre divers dangers, dont la fatigue au volant.
Un affichage multifonctionnel met le conducteur en garde contre divers dangers, dont la fatigue au volant.

Les voitures nous conduiront

À quoi la conduite automobile ressemblera-t-elle demain? Ulrich Hackenberg, en charge du développement technique chez Audi, l’a déjà annoncé il y a quelques années lors d’une conférence de presse organisée par l’importateur Amag: «Nous ne conduirons plus nos voitures, ce sont elles qui nous conduiront.»
Ce qui pouvait passer alors pour de la musique d’avenir est en voie de réalisation. Certains véhicules expérimentaux, comme la Mercedes F 015, se passent de conducteur. Et Google, le géant d’Internet, a d’ores et déjà testé ses voitures autonomes dans la circulation urbaine normale.
Audi a fait une démonstration de la conduite gérée par ordinateur lors de la manche finale du DTM (championnat automobile), l’année dernière. Et Ulrich Hackenberg, assisté de son équipe, a testé avec succès une Audi A7 «autonome». Cette voiture expérimentale a parcouru sans problème les 900 km séparant la Silicon Valley de Las Vegas. La plupart du temps sans intervention humaine.

Systèmes d’aide à la conduite: quand la voiture réfléchit et prend des initiatives

Les constructeurs ne ménagent pas leurs efforts afin de garantir la sécurité des occupants. De plus en plus de systèmes embarqués assurent la sécurité passive.
La sécurité sur la route fait partie des principales préoccupations des Suisses. Les systèmes de sécurité peuvent être déterminants dans le choix d’une nouvelle voiture, d’où l’empressement des constructeurs à soulager et à assister le conducteur. Et cela ne date pas d’hier: les premières ceintures de sécurité ont fait leur apparition dans les années 70. Aujourd’hui, ce n’est qu’un élément de sécurité parmi de nombreux autres.
Les airbags font partie, comme les ceintures de sécurité, des systèmes de sécurité passive. Ils ont eux aussi été perfectionnés en permanence depuis leur apparition. Les airbags frontaux, qui protègent le conducteur en cas de collision par l’avant, sont depuis longtemps complétés par des airbags latéraux qui se déclenchent en cas de collision latérale et protègent à la fois le conducteur et les autres occupants. En outre, des airbags extérieurs et mesures structurelles réduisent les risques de blessure pour les autres usagers de la route lors d’un accident.

Nouveaux matérieux composites: véritable gageure pour les responsables de la securité
La cellule passagers contribue également à la sécurité passive. Ses structures rigides entourent les occupants comme une cage. Les composites légers utilisés de plus en plus souvent dans un souci d’efficience énergétique s’accompagnent de véritables défis pour les ingénieurs. En effet, les nouveaux matériaux doivent eux aussi satisfaire aux exigences de sécurité de plus en plus sévères.
La protection des occupants est en outre assurée par des systèmes intelligents: l'ABS, le régulateur automatique de distance, les systèmes d’éclairage modernes, l’ASR, le détecteur de panneaux de circulation, l’assistant de trajectoire, l’ESC, la fonction d’appel d’urgence «E-Call» ou la fonction de freinage d’urgence en ville apportent une aide précieuse dans les situations extrêmes et contribuent à la sécurité. Ils sont perfectionnés en permanence.

ABS
Le système antiblocage (ABS) empêche les roues de se bloquer lors d’un freinage à fond afin de garantir la manœuvrabilité du véhicule. Le calculateur ABS mesure les vitesses de rotation des roues et adapte automatiquement la force de freinage.

ESP
L’Electronic Stability Program (ESPC) détecte un risque de dérapage de la voiture en mesurant des paramètres tels que l’angle de braquage, la vitesse de rotation des roues et l’accélération transversale. L’intervention du système sur la gestion du moteur, des freins et de la boîte de vitesses permet de contrer ces tendances au dérapage et de maintenir le véhicule sur la bonne trajectoire par freinage individuel des roues.

Régulateur de distance ACC
Un capteur radar embarqué mesure la distance du véhicule précédent. En cas de risque de collision, le système peut freiner la voiture jusqu’à immobilisation.

Systèmes d'éclairage modernes
Le Dynamic Light Assist s’appuie sur les données d’une caméra orientée vers l’avant. Il détecte les autres usagers de la route et les piétons et commute automatiquement les feux de croisement afin d'éliminer le risque d’éblouissement. L'éclairage actif dans les virages fait pivoter automatiquement les phares dans les courbes. Ainsi, le faisceau lumineux éclaire toujours la route.

Assistant de trajectoire
À partir de 65 km/h, une caméra détecte les marques de la chaussée. Le système intervient en cas de changement de file involontaire.

Fonction de freinage d'urgence «E-Call»
À partir de 2015, toutes les voitures en UE devront être équipées de la fonction E-Call (Emergency Call), qui déclenche automatiquement une alarme en cas d’accident et appelle les secours.

Fonction de freinage d'urgence en ville
Ce système fonctionne à partir de 30 km/h. Il freine automatiquement le véhicule afin d’éviter les collisions avec un obstacle qui a échappé au conducteur.

Source: www.autoberufe.ch

Mes pneus

Anne Carrard, comédienne-animatrice

Anne Carrard, comédienne-animatrice
Anne Carrard, comédienne-animatrice

Changer ses pneus, c’est aussi contraignant qu’une visite chez l’hygiéniste. Bref, comme à chaque saison, je prends rendez-vous chez mon garagiste pour troquer l’hiver contre l’été en espérant qu’il ne grêle pas fin mai. Je descends à la cave munie d’une lampe de poche qui ne marche pas (il faudrait penser à en acheter une autre). Dans la pénombre, je devine quatre pneus. J’en prends un, je le monte du troisième sous-sol au rez, puis du rez à la voiture.
Je fais de même pour les trois autres. Arrivée au dernier, je me rends compte que les quatre pneus n’entrent pas donc je dois tout recommencer. Je les sors sur le trottoir, je salis ma robe, je déchire mes bas (oui j’ai eu la bonne idée de mettre une robe ce jour-là), je m’énerve et finalement j’arrive à fermer le coffre, je pars. Je laisse le véhicule au garage et rentre en bus (trente minutes pour un trajet de sept minutes en voiture). À peine à la maison, mon garagiste me téléphone pour me dire: «Mais madame, vous aviez déjà vos pneus d’été.» Grrr… Voilà, j’ai changé mes pneus!

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Martin Winkel
Photo:
SP
Publication:
lundi 01.06.2015, 14:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?