1 von 4


En Inde, de plus en plus de paysans veulent rejoindre le réseau de culture de riz basmati bio.



Un petit grain promis à un grand avenir

Riz basmati On doit le riz parfumé à grain long à des paysans d’Inde
et de Thaïlande. Chez Coop, ce riz est désormais vendu exclusivement en qualité bio et Fairtrade, notamment grâce à Helvetas.

«

Nous sommes parvenus 
à améliorer 
la qualité 
de vie de milliers 
de paysans»

Frank Eyhorn, chef de projet chez 
Helvetas

Frank 
Eyhorn, responsable des 
questions d’agronomie chez Helvetas.

Frank 
Eyhorn, responsable des 
questions d’agronomie chez Helvetas.
Frank 
Eyhorn, responsable des 
questions d’agronomie chez Helvetas.

Améliorer la vie des petits paysans en Inde et en Thaïlande tout en encourageant la culture bio de riz basmati: tels étaient les objectifs du projet mis en place il y a trois ans par le Fonds Coop pour le développement durable, en collaboration avec l’organisme d’entraide suisse Helvetas.
Au terme de la première phase du projet, en décembre 2014, on pouvait dresser un premier bilan pour voir si ces objectifs avaient été atteints. Frank Eyhorn, chef de projet et responsable des questions d’agronomie chez Helvetas, a répondu à nos questions.

Coopération: Vous rentrez du nord de l’Inde où vous avez visité des exploitations agricoles participant au projet. Quelles sont vos impressions?
Frank Eyhorn: le projet est un succès. Rien qu’en Inde, 1874 petits paysans participent aujourd’hui à notre projet de développement durable. Au départ, nous espérions en convaincre 800.

Quelles sont les différences entre les méthodes de culture exigées dans le cadre du projet et les méthodes de culture «conventionnelles»?
L’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques est interdite. Les champs sont irrigués de manière beaucoup plus économe et les espaces entre les plants sont plus grands. 

Des espaces plus grands?
Oui, les plants ainsi obtenus sont plus vigoureux avec des racines plus fortes. Ils poussent moins en hauteur et résistent donc plus au vent. Les plants faibles risquent en effet de plier. Les grains de riz tombent par terre et sont perdus. En plus, les espaces plus grands facilitent le désherbage mécanique.

Moins de plants, cela signifie aussi moins de rendement, non?
Dans un premier temps, jusqu’à ce qu’ils aient pris leurs nouvelles habitudes, les paysans ont effectivement une baisse de production. L’expérience a cependant montré qu’ils retrouvent leur niveau de rendement au bout de deux ans et qu’après trois ans, ils gagnent même 30 % de plus qu’en cultivant un riz conventionnel.

Pourquoi demandez-vous aux paysans de cultiver du riz basmati et non d’autres variétés?
Parce que la saveur parfumée typique du basmati permet d’obtenir un prix de vente plus élevé. En moyenne, une rizière de moins d’un hectare rapporte l’équivalent d’environ 500 francs par année. En optant pour la culture biologique, le paysan gagne 150 francs supplémentaires. Cette plus-value, qui peut paraître très faible, ne fera pas de lui un homme riche, même en Inde, mais permettra pourtant d’améliorer sensiblement les conditions de vie de toute une famille.

Qu’advient-il des terres une fois le riz récolté?
Le riz est cultivé de mai à octobre ou novembre. Le reste de l’année, nous encourageons les paysans à cultiver du blé, des oignons, des pommes de terre, des piments ou des légumineuses telles que les lentilles ou le soja. Les légumineuses contribuent à la régénération du sol en lui apportant de l’azote. Elles ont donc l’effet d’un engrais naturel.

Les paysans parviennent-ils à écouler ces autres produits?
Ils les cultivent d’abord pour leur consommation propre. Mais l’Inde commence aussi à prendre conscience des problèmes environnementaux et on assiste à l’émergence d’une demande en produits biologiques. Une évolution intéressante.

Les paysans ne dépendent donc plus uniquement de la culture du riz. Sait-on à quoi ils emploient leur revenu supplémentaire?
Chacun en fait bien entendu ce qu’il veut, mais je sais que beaucoup d’entre eux l’utilisent pour acheter des équipements agricoles ou du bétail. D’autres l’investissent dans l’éducation de leurs enfants, car ils se rendent compte que l’agriculture ne peut pas les nourrir tous.

Estimez-vous avoir atteint les objectifs du projet?
Sans hésiter : oui. Nous sommes parvenus à améliorer la vie de milliers de paysans. Ils s’assument de manière autonome et sont ravis de l’immense progrès réalisé. Malgré certaines difficultés qu’ils ont pu connaître durant la phase initiale, ils apprécient de ne plus devoir acheter des engrais et des pesticides synthétiques et de pouvoir eux-mêmes améliorer leurs méthodes de culture et de fertilisation biologiques. Les paysans qui participent aux projets en Inde et en Thaïlande produisent aujourd’hui plus de 3000 tonnes de riz basmati bio d’excellente qualité. Suffisamment pour permettre à Coop de ne proposer plus que des riz basmati bio et Fairtrade.

Et comment envisagez-vous l’avenir?
La première étape, qui vient de se terminer, sera suivie d’une phase de consolidation. Durant les trois prochaines années, les paysans continueront d’être suivis et de recevoir une assistance technique. Dans les régions de production, notre projet de culture de riz basmati bio fait école : de plus en plus de paysans demandent à rejoindre le réseau. Ce succès est extrêmement encourageant.

En bref: fonds Coop pour le développement durable

Un investissement pour notre avenir
Depuis plus de dix ans, le Fonds Coop pour le développement durable soutient des projets importants dans les domaines environnemental et social. Il s’agit notamment de projets de recherche dans l’agriculture biologique, du développement de méthodes de production respectueuses de l’environnement, de projets de compensation des émissions de CO2, du développement de nouveaux produits et services durables ainsi que de la sensibilisation de l’opinion publique. Le but est de rendre la consommation plus durable et de promouvoir les solutions novatrices à long terme. Chaque année, le Fonds investit ainsi 15 millions de francs dans une soixantaine de projets différents.
www.coop.ch/fonds