1 von 21


Frank Siffert a redonné vie au rucher-école de la Coudre qui abrite 300 000 abeilles.

Les ruches de la Fondation La Coudre.


Le rucher-école de la Coudre à l'orée de la forêt.



Le rucher-école de la Coudre.


Frank Siffert, agriculteur bio du domaine de la Coudre.





Devant le rucher-école de la Coudre: l’agriculteur bio Frank Siffert en compagnie des apicultrices Ruth Erismann, Laurence Bourbon et Christine Leuenberger.


Ruches en paille du musée de l'apiculture.

Ruche pour abeilles sauvages du musée de l'apiculture.

Cadres à alvéoles du musée de l'apiculture.

Musée de l'apiculture


Merveilles d’abeilles

Portes ouvertes À Bonvillars (VD), au-dessus du lac de Neuchâtel, les apiculteurs du rucher de la Coudre partagent leur savoir avec passion. Reportage.

«

Les abeilles sont des alliées importantes»

Frank Siffert, agriculteur bio

Le regard bleu océan de Frank Siffert raconte mille histoires de nature et d’harmonie. L’agriculteur bio a repris le domaine de la Coudre depuis maintenant huit ans et a redonné vie au rucher à l’orée de la forêt il y a six ans. «Je suis venu à l’abeille, parce qu’elle est essentielle au domaine agricole. C’est un tout. Ce qui m’intéressait, c’est d’avoir une alliée importante pour mes cultures et mes vergers. Les 80% des plantes sont pollinisées par les abeilles. Si on veut des fruits, il faut que ça pollinise. J’ai donc appris à travailler mes cultures pour les abeilles et pour que l’on collabore.»

L’école des abeilles

Avec la Société d’apiculture du Nord vaudois, Frank Siffert a insufflé un nouveau bourdonnement au rucher-école qui compte quelque douze ruches et 300 000 abeilles environ en ce début de mois de juin. On parle d’école pour plusieurs raisons. Tous les jeudis dès 18 h, le rucher est ouvert à tout le monde avec la présence d’un apiculteur. Des classes peuvent suivre des cours d’introduction à l’apiculture sur demande et une journée portes ouvertes sera organisée ce samedi 6 juin.  C’est tout un monde souvent méconnu qui se dévoile. Une secrète harmonie entre l’abeille, la nature et l’être humain. Une alchimie où on a tout à gagner!

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Ruth Erismann.

«

C’est l’abeille qui commande, pas nous!»

Ruth Erismann, présidente de la Société d’apiculture du Nord vaudois

Être doux avec les abeilles

«Les abeilles sentent tout, lance Frank Siffert. Y compris ton attitude. Quand il ne fait pas beau et qu’il pleuvine, ça les agace un peu. Elles sont tendues, parce qu’elles ne peuvent pas bosser comme il faut. Il y a beaucoup de monde à la baraque et il y fait trop chaud!» Les ouvrières du miel sont hypersensibles, au point de ressentir les ondes générées par les SMS. «Leur concentration à Noël et Nouvel-An est l’une des raisons pour lesquelles les abeilles ont de la peine à passer l’hiver. Il y a tellement de SMS d’un coup que cela réveille toutes les ruches, ici et dans le monde. Comme c’est une période très froide, elles auront besoin de nourriture et cela les épuise à un moment où elles devraient faire le minimum d’effort.»

Les causes de l’hécatombe hivernale sont multiples et essentiellement liées à l’activité humaine. À la Coudre, seules quatre ruches sur quatorze ont réussi à passer la saison froide. «Cela vient pour la majorité du varroa, constate Ruth Erismann, présidente de la Société d’apiculture du Nord vaudois. Cet acarien amène des maladies et affaiblit les abeilles. Il y a aussi les pesticides comme les néonicotinoïdes, que l’on retrouve aussi dans le pollen.»

À la Coudre, une ruche produit en moyenne 15 kg de miel bio.

Butineuses, ménagères & Co

En contrebas du rucher-école, le musée de l’apiculture invite le visiteur à un voyage dans le temps, des ruches en paille et en tronc aux ruches modernes. L’organisation de la colonie se dévoile. Non, les abeilles ne deviennent pas toutes butineuses… Elles endossent plusieurs rôles au cours de leur courte vie (30 à
45 jours pour les printanières et estivales, plusieurs mois pour celles qui naissent à l’automne et passent l’hiver). Les ménagères nettoient les alvéoles de ponte des acariens néfastes comme le varroa. Les nourrices s’occupent des larves. Les cirières operculent (ferment) les alvéoles. Les gardiennes défendent la ruche. Les ventileuses régulent la température de la ruche. Butineuses? C’est le dernier job des abeilles, avant qu’elles ne trépassent.

En plus de ses différents cours d’initation, le rucher-école possède un musée de l’apiculture. Ici, un extracteur à miel.

Sets d’apiculteurs pour les jeunes

«L’aide de Coop est importante pour acheter du matériel pour les enfants, se réjouit Frank Siffert. Entre autres: des protections afin qu’ils puissent observer les abeilles de près, travailler et participer à la vie de la ruche. Avec ces dons, on veut aussi améliorer la qualité du musée pour donner une meilleure information aux jeunes. Cela nous permet aussi d’acquérir des ruches que nous prêtons à ceux qui souhaitent démarrer. Les cours donnés aux enfants se passent avec les classes sur demande, la semaine, le soir, le week-end.» Connaître le monde des abeilles, c’est porter un regard respectueux sur la nature, c’est apprendre à voir ce que l’on ne voyait pas avant. C’est comprendre la biodiversité, apprécier la qualité plus que la quantité. C’est devenir humble et faire taire l’arrogance et l’ingérence humaine sur la nature.

Y a-t-il un code de l’apiculteur? «Avant tout, le respect de l’abeille, s’exclame Ruth Erismann. De toute façon, c’est elle qui commande, pas nous!» «Savoir qu’il ne sait rien, qu’il a tout à apprendre», renchérit Frank Siffert. «On est obligé de faire avec la nature, étoffe l’apicultrice. D’une année à l’autre, ça change et c’est toujours différent.» Belle philosophie de l’écoute et de l’adaptation! Qui pensait que tant de sagesse se cachait dans les délices du miel? La tartine du matin aurait-elle des vertus insoupçonnées? Bzzz…

Informations et contacts

  • Journée portes ouvertes du rucher-école de la Coudre le 6 juin 2015 de 10h à 16h. Pour tous renseignements, contacter: André Amiet, tél. 024 445 42 56, mobile 079 433 01 59, andre.amiet@bluewin.ch ou Laurent Duc, tél. 079 227 29 30, laurent.duc5@gmail.com
  • Rucher-école de la Coudre, ouvert à tous, tous les jeudis d'avril à août de 18h à 20h. Avec présence d'un apiculteur: pour les débutants en apiculture ou les moins débutants et pour toutes personnes intéressées. En bref :travailler dans une ruche, faire un nucléi, introduire une rene, la marquer, etc. Pour tous renseignements: Ruth Erismann, 079 488 31 04, rutherismann@bluewin.ch, ou André Amiet, 079 433 01 59
Société d'apiculture du Nord vaudois
Domaine agricole de la Coudre
Fondation La Coudre

Pollinisons: Coop vient en aide aux abeilles

Ce logo indique qu'il s'agit de la protection des abeilles.

Les abeilles doivent faire face à bien des aléas aujourd’hui: manque de nourriture et d’endroits pour créer leur colonie, pesticides, maladies, etc. C’est pourquoi Coop soutient – en collaboration avec Bio Suisse, Biotta, Ramseier, Ricola et Weleda – sept projets «Abeilles et apiculture» dans toute la Suisse, où des experts apprennent aux enfants et adolescents le rôle primordial de pollinisation des abeilles. Durant le mois de juin, une journée portes ouvertes (le 6 juin de 10 h à 18 h à la Coudre) accueillera aussi bien les enfants que les adultes pour leur faire découvrir le monde fascinant des abeilles mellifères et des abeilles sauvages.

Tous les projets de la campagne pour les abeilles sont présentés sur:

www.sosabeilles.ch

Des dons et des ruches

Là où les abeilles ne butinent plus, la pollinisation d’environ 80% des plantes ne peut avoir lieu. Le Parrainage Coop pour les régions de montagne a lancé des projets à long terme destinés à la pérennité des abeilles. Objectif: encourager les paysans de montagne à aussi revêtir le costume d’apiculteur afin de profiter d’une autre source de revenus tout en protégeant les abeilles.

Si vous souhaitez contribuer à cette action, vous pouvez devenir parrain ou marraine d’une colonie d’abeilles pour 80 fr. par an. L’argent que vous investissez est intégralement reversé aux projets apicoles en cours ou à venir dans les régions de montagne.

Vous voulez offrir un parrainage?

Le parrainage est un acte de solidarité. C'est aussi un cadeau original que vous pouvez offrir à un être cher. Pensez-y!

Aidez-nous à protéger les abeilles: l'Homme et la Nature vous diront merci!

Don de 80 francs pour parrainer une ruche

Titre *



Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

Donnée nécessaire

 


Choix non valide

* Champs obligatoires

_

Informations sur la protection des données sur les pages Web de Coop

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo
Publication:
lundi 01.06.2015, 14:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?