Lahcen Bougtet pique les premières asperges vertes au Maroc. La nouvelle région de culture doit rendre à l’avenir superflues les importations par avion du Pérou.

Asperges gorgées de soleil du Maroc

Les asperges vertes du Maroc devraient permettre de renoncer aux importations par avion. Or, l’année passée, l’asperge marocaine a été victime de pluies diluviennes.

Vladimir Cob, responsable du groupe Achat de fruits chez Coop: «A l’avenir, nous ne voulons plus transporter des asperges par avion».

Vladimir Cob, responsable du groupe Achat de fruits chez Coop: «A l’avenir, nous ne voulons plus transporter des asperges par avion».
Vladimir Cob, responsable du groupe Achat de fruits chez Coop: «A l’avenir, nous ne voulons plus transporter des asperges par avion».

Atanasio Naranjo a eu une idée lumineuse. Ce cultivateur espagnol de fruits à noyau, par ailleurs fournisseur de Coop, a voulu lancer la production d’asperges au Maroc. Les premières asperges vertes marocaines auraient dû garnir les rayons de Coop début 2010. Au Maroc, les conditions météo sont en principe idéales. De plus, le marché est demandeur. «Les Européens aiment tellement les asperges qu’ils en demandent de plus en plus tôt», constate Vladimir Cob, chef du groupe Achat de fruits chez Coop. Les asperges suisses commencent à pointer leur tige vers fin avril seulement, mais les consommateurs en voudraient déjà en février. Le projet d’Atanasio était donc voué au succès.

Pour ses asperges, ce producteur a donc choisi un emplacement au sud d’Agadir, où le climat est doux et sec. Les températures varient entre 12 et 26° C au maximum. Pendant la saison des pluies, de novembre à mars, les précipitations y sont faibles (200 mm) et le sol contient beaucoup d’argile sableuse. Des conditions idéales pour la culture des asperges.

Manque de chance, des pluies diluviennes se sont abattues sur le Maroc. Une situation que les météorologues qualifient d’atypique. Une catastrophe pour les producteurs d’asperges. La récolte a été anéantie. Et cela, non seulement en 2010, mais aussi en 2011.
En janvier et en février de l’année dernière en effet, les précipitations ont été plus de quatre fois supérieures à la moyenne! Des régions entières ont été inondées. Les eaux en furie ont emporté des ponts, endommagé des routes et détruit de nombreuses installations agricoles.

La pluie est l’ennemie de l’asperge, cette plante potagère ayant besoin d’un temps sec et chaud. C’est tout juste si elle tolère un peu d’humidité. Une grande partie de la récolte a donc été perdue. «Ce sont deux années de travail et de développement qui ont été anéanties par les intempéries», ajoute Vladimir Cob. Coop a soutenu Atanasio Naranjo dans son projet de cultures d’asperges.
Présente au Maroc depuis quatre ans, son entreprise Tany y a investi plus de cinq millions d’euros, mais n’a encore pratiquement pas gagné d’argent.

L’année passée, Coop a dû se résoudre à importer des asperges mexicaines et péruviennes. Bien que savoureuses, ces asperges souffrent cependant d’un handicap majeur: l’énorme éloignement des pays producteurs. S’il est possible, grâce à des emballages très élaborés, de conserver des asperges blanches assez longtemps pour pouvoir les transporter en Europe par bateau, il en va différemment pour les asperges vertes, qui sont beaucoup plus sensibles. Pour leur conserver un bon état de fraîcheur, on est encore obligé de leur faire traverser l’Atlantique en avion. Ce qui entraîne d’importantes émissions de CO2. «Afin d’éviter cela, Coop continue de soutenir le projet Asperges vertes du Maroc», souligne Vladimir Cob. Cette année, les conditions météo sont plus propices. Les premières asperges vertes marocaines ont déjà été mises en vente et l’objectif est de pouvoir bientôt renoncer entièrement aux transports aériens.

Les asperges précoces devraient à l’avenir provenir du domaine de Tany(160 ha). Si le projet aboutit, cela donnera du travail à 500 ouvriers agricoles durant la période de récolte, tant dans les cultures que dans l’unité de conditionnement. L’entreprise assure par ailleurs du travail à 25 personnes engagées à l’année.

Le court voyage des asperges marocaines

Coop veut éviter les transports aériens au maximum. Ses asperges vertes sont donc importées du Maroc et non d’Amérique.

Le bilan environnemental des asperges américaines est médiocre, du moins celui des asperges importées par avion du Pérou, du Mexique ou de Californie. Un kilo d’asperges transportées par voie aériennes, ce sont douze kilos d’équivalents CO2 rejetés dans l’atmosphère (le terme équivalent CO2 s’applique au gaz carbonique et aux autres gaz à effet de serre). C’est douze fois plus que les asperges blanches transportées du Pérou en Suisse par voie maritime…

Les asperges marocaines présentent un meilleur bilan, même si elles sont encore transportées en Suisse par camion. «On envisage de les transporter par bateau du Maroc à Barcelone ou à Marseille dès que les quantités seront plus importantes», nous explique Vladimir Cob, responsable du groupe Achat de fruits chez Coop.

Moins d’émissions de CO2: Coop s’engage, suivez-la

Coop s’engage en faveur du climat et veut atteindre la neutralité carbone d’ici fin 2023. Elle établit ainsi de nouvelles références en
matière de politique climatique. Concrètement: d’ici 2023, Coop réduira de plus de 50% ses émissions de CO2 en diminuant sa consommation d’énergie et en recourant davantage aux énergies renouvelables. Le reste sera compensé. Pour savoir comment vous pouvez contribuer vous aussi à la lutte contre le réchauffement climatique, consultez les sites Internet suivants:

www.coop.ch/developpementdurable
www.suisseenergie.ch
Thomas Compagno

Rédacteur

Publication:
lundi 20.02.2012, 00:00 heure