This presentation requires the Adobe Flash Player. Get Flash!

«Je ne m'impose aucune barrière»

Derrière son joli minois, Bastian Baker cache un univers riche de talents. Confidences d’un jeune prodige romand.

Il a la décontraction d’un jeune homme de 20 ans. Un peu timide. Les yeux éclatants. Un brin malicieux. Un beau gosse. C’est dans son petit appartement de Lausanne-Ouchy que Bastian Baker nous accueille entre ses guitares et sa console de jeux vidéo. Le canapé a un peu vécu, la table basse aussi. Quelques objets épars prennent la pose sur une étagère. L’univers d’un jeune homme comme n’importe quel autre.

Pourtant, Bastian Baker vit un destin singulier. Cet ancien hockeyeur a troqué la canne et les échanges musclés contre une guitare et un rythme musical qui cartonne. «J’ai eu de la chance, rencontré les bonnes personnes au bon moment, nous souffle-t-il. Hasard ou chance? Je ne sais pas. Mais je pense que la vie a quelque chose d’incroyable qui ne peut être le fruit de simples coïncidences.»
Le nouveau chouchou des charts romands a l’avenir devant lui. Loin d’afficher uniquement son joli minois de gendre idéal, Bastian déploie toute l’ampleur de son talent dans ses compositions.

Auteur, compositeur et interprète, le Vaudois a ce petit quelque chose d’indéfinissable qui vous fait vaciller le cœur. Lui qui avoue ne jamais avoir suivi de formation musicale, «ce qui me permet de ne pas m’imposer de barrière dans mes inspirations», a reçu des commentaires élogieux sur la page Facebook d’une star: Mylène Farmer.

 

 

 

 

 

Son agenda se remplit – il a assuré la première partie de Roxette fin octobre – et le jeune chanteur enchaîne les dates de concerts. «Ce n’était plus possible de continuer les cours. J’avais commencé une licence en lettres que j’ai mise entre parenthèses. Ma famille m’a soutenu. Elle a toujours été très présente. C’est une chance aussi.»

Avec un premier album mixé à Paris par Philippe Weiss (Wyclef Jean ou Charles Aznavour) et enregistré aux côtés de pointures comme le percussionniste Fergus Gerrand (Madonna, Duran Duran) ou le multiinstrumentiste Ken Stringfellow (R.E.M.), Bastian Baker prouve que son premier single, Lucky, n’était pas un coup de chance. Encore moins la lubie d’un énième jeune rêvant d’un star-
système véhiculé par le petit écran. Non. Bastien Baker, c’est autre chose. «Le hockey m’a appris la rigueur, la ténacité, les victoires, les défaites, la gestion de soi. Je transpose toutes ces valeurs dans ma carrière d’artiste. Le sport m’a incroyablement grandi.»
A la question de savoir avec qui il souhaiterait travailler, il répond du tac au tac: «Coldplay ou Eminem! Ce serait intéressant de mélanger nos univers.»

Alors Bastian Baker, future star romande de la chanson internationale? «Je ne sais pas. Mais pitié, que les médias cessent de me comparer à Justin Bieber. Cette comparaison est décalée. Ceux qui l’évoquent n’ont pas écouté mon album, ni celui de
Bieber, d’ailleurs. Et je n’ai même pas la bonne coupe de cheveux!» rit-il.

Son père tient un restaurant. «Cela me choque de voir des gens manger seuls. Surtout des personnes âgées. Je n’aime pas la tristesse. Je prends le temps de leur dire quelques mots pour partager un moment. Cela m’arrive aussi dans le métro. Si tout le monde franchissait ce pas, rien qu’une fois dans la journée, on vivrait dans un monde plus convivial. Ce n’est pas grand-chose. Juste quelques mots.»

Notre rencontre touche à sa fin et la guitare le démange. «Je vous joue un petit air avant de partir? Mais c’est à froid, entre nous.» Les doigts ont déjà commencé à gratter les cordes. Bastian Baker abrite en lui cette ineffable beauté d’âme qui fait vaciller les cœurs.

Le site de Bastian Baker

Concours: des CD à gagner

Sorti dans les bacs au deuxième semestre 2011, le premier album de Bastian Baker, «Tomorrow May Not Be Better», propose 11 morceaux originaux dont le célèbre «Lucky». Dès mardi 10 janvier, nous vous en faisons gagner 5 exemplaires (délai: dimanche: 15 janvier, minuit).

Participer au concours

Commentaires (3)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Sophie Dürrenmatt
Photo:
Darrin Vanselow
videos:
YouTube
Publication:
lundi 09.01.2012, 11:58 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?