Monica Bellucci, actrice, épouse, mère de deux filles: «Les femmes sont une source d’inspiration. Avec elles, il y a une complicité instantanée.»

«Mes enfants, le soleil de ma vie»

Monica Bellucci est à l’affiche «Des gens qui s’embrassent» qui sort demain en Suisse romande. Rencontre autour de la maternité, des hommes et des femmes, de la Suisse, du temps qui passe…

Coopération. Qu’est-ce qui vous a fait accepter ce film où vous jouez une ravissante idiote?
Monica Bellucci. Une bonne occasion de m’amuser. On me propose souvent des rôles sombres où j’incarne des femmes douloureuses dans des réalités compliquées. Et puis, cette femme, bien qu’elle soit bling-bling et superficielle, dégage quelque chose d’intense, car elle sait aimer. Elle est un peu stupide, elle parle quand elle ne doit pas, mais on ne lui en veut pas, car elle est généreuse avec les autres. Elle est gentille et c’est une belle qualité.

Vous êtes gentille, vous?
Oui, je crois que je suis gentille naturellement, mais je sais aussi me défendre quand je suis agressée.

Il y a beaucoup de complicité et de tendresse dans votre jeu avec Clara Ponsot, qui interprète votre fille. Vous êtes ainsi avec vos filles?
Bien sûr! Mes enfants, qui ont 9 et 3 ans, sont le soleil de ma vie. En interprétant cette femme qui marie sa fille, belle jeune femme en fleur, j’ai pensé au jour où cela arriverait à mes filles. Cela sera un beau moment!

Le passage de relais ne vous angoisse pas?
Pas du tout. Je ne regarde pas une jeune femme en fleur, que je ne suis plus, avec regret. Je me souviens trop bien de ce que cela signifie d’avoir 20 ou 23 ans! On est habité alors par tant d’insécurité. On a certes la beauté et la fraîcheur de la jeunesse mais on est si fragile au fond. On sait si peu de choses encore et pourtant il faut plonger dans la vie adulte. C’est un moment difficile. Quand on prend de l’âge, on perd sa fraîcheur, mais on gagne tant d’autres choses plus importantes.

Quoi, par exemple?
Le bien-être en soi-même. C’est tellement apaisant de savoir qui on est et d’aimer qui on est. C’est grâce à ce bénéfice de l’âge qu’on parvient à être une mère et à accepter de passer le relais, justement.

Vieillir ne vous fait pas peur, alors?
Vieillir n’est pas facile pour une femme. Mais j’attends avec impatience de m’extraire du carcan de la beauté et de la jeunesse pour expérimenter de nouvelles choses. La liberté se conquiert dans la vieillesse.

Vraiment?
Je l’espère de toutes mes forces! Car vieillir n’apporte pas que des bénéfices. C’est aussi se ratatiner, tomber malade, souffrir de toutes sortes de maux… Mais il me plaît de penser que dans ce chemin de renoncement, l’esprit soudain se libère. On perd la beauté de la chair mais on acquiert la beauté de l’âme… pour autant bien sûr que l’âme soit belle! Sinon alors on devient un vieil aigri. Quand j’en vois un, je me dis: «le pauvre, il va mourir et il n’a rien compris».

Le couple d’âge mûr que vous formez avec Kad Merad est le seul qu’on voit au lit...
Ah, je suis contente que vous ayez remarqué cela. C’est un couple qui après vingt ans de mariage continue à faire l’amour! Le cinéma a tendance à nous faire croire que la sexualité est réservée aux gens jeunes et aux couples naissants. J’ai aimé que Danièle Thompson propose une autre vision de la sexualité: on peut approcher de la cinquantaine et continuer à faire l’amour avec son «vieux» conjoint!

Comment expliquez-vous qu’on voit rarement cela au cinéma?
Parce que le cinéma représente un monde macho. La plupart des films sont réalisés et produits par des hommes qui veulent tourner avec des gens jeunes, faciles à gérer et jolis à filmer. Tourner avec une actrice adulte, c’est prendre le risque de se faire envoyer balader car celle-ci est moins complaisante. Si le réalisateur se comporte en enfant qui n’a pas grandi, elle le lui dira! (Sourire malicieux)

Que vous évoque la Suisse?
Le calme! Je pense aux arbres, aux montagnes.

Et vous aimez le calme?
J’aime le calme oui, bien que je vive surtout dans des villes, entre Londres, Paris, Rome et le Brésil.

Et le mot «femme» qu’évoque-t-il pour vous?
Beaucoup de choses! Pour moi, les femmes sont une source d’inspiration. D’ailleurs, je ne suis inspirée que par les femmes! Les hommes… Comment dire… J’aime les hommes, mais j’ai un rapport moins spontané avec eux, je mets plus de filtres. Avec les femmes, il y a une complicité instantanée.

Aimez-vous la femme que vous êtes?
Mes enfants m’ont tout appris. Ils m’ont apaisée et enrichie en même temps. J’ai l’impression d’avoir acquis une âme.

Vous en aviez déjà une avant de devenir mère!
Oui… mais je ne le savais pas! (rire)

Monica Bellucci

1964. Elle naît il y a quarante-huit ans et ne s’en cache pas. «Je me vois bien vieillir dans le cinéma.» D’abord mannequin pour financer ses études de droit, elle est vite repérée et devient l’égérie de Dolce & Gabbana.

1992. Elle joue un petit rôle dans «Dracula» de Francis Ford Coppola et démarre une carrière d’actrice internationale. Elle joue en italien, français, anglais et espagnol.

1996. Elle rencontre le comédien Vincent Cassel durant le tournage de «L’Appartement». Depuis, ils ont eu deux filles: Deva et Léonie. «Devenir mère est la plus belle chose qui me soit arrivée.»

2012. Première à un concours des 100 plus belles femmes qui font rêver.

2013. «Des gens qui s’embrassent» où elle est Giovanna.

Monica vue par…

«Des gens qui s’embrassent», le film de Danièle Thompson est une comédie où il est question de deux frères – Kad Merad et Eric Elmosnino – que tout oppose: valeurs de vie, rapport aux autres… Monica Bellucci y apparaît entourée de trois comédiennes: Clara Ponsot, sa fille dans le film, Lou de Laâge, sa nièce, et Valérie Bonneton, sa belle-sœur.

«Monica, c’est la féminité incarnée, elle est rare, réservée, délicate, gentille... Je l’adore» dit Valérie Bonneton.

«J’étais fière que ce soit ma maman, elle était spontanément très maternante avec moi» dit Claire Ponsot.

«Superbe mais pas écrasante. Elle laisse exister la féminité des autres» dit Lou de Laâge.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Véronique Châtel

Rédactrice, Paris

Photo:
SP
videos:
www.youtube.com
Publication:
lundi 08.04.2013, 15:48 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?