1 von 14


Le totem qui se dresse devant le chalet est l’œuvre de son fils aîné.













«En cuisine? Une catastrophe»

Jean-Marc Richard. De la Ligne de cœur au Kiosque à musiques, le Vaudois aime être à l’écoute des gens. Rencontre dans son mayen valaisan, l’endroit qui lui permet de se ressourcer seul ou en famille.

Rencontre

C’est dans son mayen valaisan que nous attend Jean-Marc Richard. Pour y arriver, la route est étroite et sinueuse. A se demander comment l’animateur emprunte ce tracé au volant de son célèbre zèbre, sagement parqué dans un pré. «C’est quelque chose que j’essaie d’éviter, mais je suis venu la nuit dernière, une fois la Ligne de cœur terminée.» L’endroit, baigné par le soleil, a de quoi faire rêver tous les amoureux de la nature et de la vie au grand air. «J’aime me réveiller le matin ici. J’ai l’impression que la vie tourne au ralenti.»

Cuisine

«Je suis une catastrophe en cuisine.» Ce sont souvent ses beaux-fils qui s’y collent. «Ils aiment cela et ils le font bien. Je commence à regarder et je copie un peu. Ils m’ont appris à faire une omelette et à cuire correctement les pâtes.» Ce qui n’empêche pas l’animateur de faire souvent à manger pour son plus jeune fils à midi. «Moi, j’ai un rêve. C’est de passer deux mois dans la cuisine d’une cantine scolaire ou d’un restaurant, mais pas un gastro. J’aimerais apprendre à faire des plats simples. C’est un de mes objectifs.»

«Le matin, c’est moi qui sers le petit-déjeuner à toute la famille.»

Enfance

Jean-Marc Richard est né à Lausanne, dans une famille de deux enfants. Il partage avec sa jeune sœur, la comédienne Anne Richard, la passion du théâtre. «Mes parents m’ont éduqué comme le faisaient les parents des années soixante. Ils étaient présents. Ma mère avait des activités, mais elle était à la maison.» Une jeunesse parfois tourmentée. «J’ai eu un petit passage de toxicomanie quand j’étais adolescent.» Libéré, il a côtoyé plus tard pas mal de gens alcooliques ou toxicos. Une des raisons certainement de son engagement au sein d’Addiction Suisse.

«

Je suis une autodidacte qui laisse beaucoup de place à l’instinct»

Famille

Marié, Jean-Marc Richard vit au sein d’une famille recomposée. «J’accompagne depuis plus de
dix ans mes deux beaux-fils, aujourd’hui âgés de 22 et 19 ans. Mes fils ont 10 ans et 4 ans et demi. J’ai des débats incroyables avec eux, avec les grands en particulier, mais ils sont tous très sensibles et très curieux.» La famille, c’est son jardin secret. «Toute ma vie, j’ai essayé de protéger vraiment ma vie privée parce que c’est l’univers dans lequel je me ressource. Si on le partage, ce n’est plus la même chose.»

Il passe de bons moments à écouter le chant des oiseaux.

Humanitaire

Ambassadeur des droits de l’enfant pour Terre des Hommes, Jean-Marc Richard est également engagé dans la Chaîne du Bonheur. «En général, je fais trois ou quatre voyages par année. Je vois des choses qui fonctionnent bien, comme l’engagement de Terre des Hommes en faveur des enfants roms en Roumanie. Dans ce pays, on finance des écoles publiques dans lesquelles sont intégrés les enfants roms.» Il donne également des conférences dans les écoles de Suisse romande. «On a fait un film sur la situation des enfants domestiques au Burkina Faso. Pour moi, montrer cela est une priorité dans la vie, même si ce n’est qu’une goutte d’eau dans la mer.»

La corvée de bois n’empêche pas la bonne humeur.

Politique

Celui qui fut le premier président du premier Parlement des jeunes de Suisse a aujourd’hui pris ses distances avec la politique. «A force de côtoyer la politique politicienne, on se rend compte que ce n’est pas la vie. Il faut donner la parole aux gens qui n’ont rien à vendre. Les jeunes ne sont pas entendus. On a créé des parlements pour eux, sans leur donner de moyens. Ces parlements doivent être un lieu où les jeunes expriment leurs désirs et leurs souhaits et où ils rencontrent les personnes qui peuvent les aider à les réaliser. Or, certains considèrent que ces parlements ont pour tâche de former les politiciens de demain...»

Ligne de coeur

«La Ligne de cœur, c’est écouter les gens, une des choses que je préfère faire.» La démarche était presque identique avec les Zèbres. «C’est une étape de plus car je ne connais pas les gens personnellement. Je les découvre à l’antenne en dix ou douze minutes. C’est un vrai bonheur, même si je me suis senti tout petit quand j’ai commencé. J’arrivais dans un monde où la moitié des fidèles auditeurs étaient opposés au changement. Lors de la première émission, j’ai perdu ma voix après dix minutes. Une chose qui ne m’était jamais arrivée, même quand je commentais des matches de hockey...»

Portrait

Parcours. Jean-Marc Richard est né le 18 septembre 1960 à Lausanne. Son diplôme de libraire en poche, il a suivi une formation de comédien pour enfants.

Alcool. «Je suis membre du conseil de fondation d’Addiction suisse. Moi, je bois très peu d’alcool, mais je partage volontiers un verre quand je découvre quelque chose.»

Racisme. «C’est incroyable, le travail qui se fait contre le racisme et les préjugés dans les écoles. Aller vers l’autre fait partie de l’éducation, autant que lire, écrire et calculer.»

P’tit-déj. «Je m’occupe chaque matin de servir un petit-déjeuner traditionnel à toute la famille. Moi, je me contente d’un verre d’eau tiède, d’un jus de citron pressé et, plus tard, d’un café.»

Mayen. «On y passe de bons moments en famille mais je viens aussi m’y ressourcer seul. J’aime marcher, écouter les oiseaux. J’adore cela, même si mes fils se moquent parfois de moi.»

Ménage. «Je fais de nombreuses tâches ménagères, particulièrement le repassage. J’ai appris à le faire bien, même si cela n’est pas toujours facile lorsqu’il s’agit des chemises.»

Kiosque à musiques. Les nombreux amateurs de musiques populaires retrouvent Jean-Marc Richard chaque samedi matin, dès 11 h, sur les ondes de La Première et, à 17 h 30, sur RTS1.

Anne-Marie Cuttat

Rédactrice

Photo:
Charly Rappo / Arkive.ch
Publication:
mardi 21.05.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?