Il y a d’autres choses à faire plutôt que se morfondre comme Bridget Jones…

Célibataire et bien dans sa peau

On peut être célibataire par choix, mais aussi par obligation. Pourquoi certains préfèrent-ils rester seuls? Comment gérer le célibat quand on aspire à une vie de couple? Les réponses de la psychanalyste Sophie Cadalen.

L’auteure Sophie Cadalen.

L’auteure Sophie Cadalen.
L’auteure Sophie Cadalen.

On a tous connu un jour ou l’autre une période de célibat. On la vit parfois bien, parfois moins en fonction de sa durée mais aussi de l’état d’esprit qui nous anime. Certains célibataires en profitent à fond: ceux qui attendent de rencontrer la bonne personne pour se lancer dans l’aventure ou, très souvent, ceux qui ont connu l’échec d’une relation amoureuse et qui jouissent de leur liberté retrouvée. Du moins pour un temps.

Ceux qui se présentent comme des célibataires purs et durs à long terme, en revanche, ne sont pas toujours les plus épanouis: «Les individus qui se sentent vraiment bien dans leur état de célibataire ne sont pas ceux qui affirment qu’ils ne seront jamais en couple, explique la psychanalyste Sophie Cadalen. Ils gardent l’esprit et la porte ouverts. Dès qu’on campe sur ses positions, qu’on se montre trop catégorique pour se permettre tous les choix de vie, cela cache forcément des peurs.» L’origine des peurs peut être multiple: mauvais exemple parental, manque de confiance en soi, peur du conflit ou de l’échec, d’être privé de sa liberté, de ne pas être fait pour la vie de couple, de devoir renoncer à sa carrière…

Pour les célibataires qui aspirent réellement à une vie à deux, cette période n’est pas forcément facile mais elle peut se révéler très enrichissante. C’est le moment idéal pour se retrouver face à soi-même… et se trouver! Apprendre à vivre seul et bien, faire le point, entreprendre de nouveaux projets: «Le célibat peut être pleinement vécu si on est prêt à une certaine introspection, note la psychanalyste. Il est l’occasion de s’interroger sur soi indépendamment de celui qu’on croit être dans le couple.» Qu’est-ce qu’on veut vraiment de la vie? Qu’est-ce qu’on aime? Qu’est-ce qu’on attend du couple?

Etre persuadé d’avoir besoin de l’autre pour être heureux ou être obsédé par l’idée de se caser ne peut que conduire à du mal-être. «Notre bonheur ne dépend que de nous-mêmes, souligne Sophie Cadalen. Plus un individu est solide dans sa vie de célibataire et donc moins il a besoin de l’autre, plus il est à même de le rencontrer.» En résumé, trouver un partenaire ne devrait pas constituer le but d’un célibataire épanoui mais bien un plus.

Encore faut-il faire face à la pression sociale émanant des proches, des collègues ou des amis, le plus souvent en couple! A notre époque, qui permet pourtant des modes de vie multiples, le célibat n’est pas toujours bien considéré: «Le couple reste le modèle standard, relève la psychanalyste. Le célibat est toléré quand il est transitoire mais quand il constitue un choix ou qu’il s’installe, cela devient suspect. On soupçonne un problème chez l’autre…»

La pression est surtout forte entre 30 et 50 ans. «Il faut avoir les épaules solides pour assumer le célibat, poursuit-elle. Même pour la famille, le couple représente l’issue. Cela la rassure.» Il est donc essentiel de prendre conscience de ces normes sociales et de réaliser qu’elles viennent d’ailleurs, pas de nous. Cela permet d’acquérir du recul, voire de s’en détacher, et de pouvoir mener sa vie à sa guise!

A lire: «Tout pour plaire… et toujours célibataire», Sophie Cadalen et Sophie Guillou, Ed. Albin Michel.

Seul, mais épanoui

1. Se réconcilier avec le célibat. Finis les «qu’est-ce que j’ai de moins que les autres?»… C’est le moment de ne plus subir son statut de célibataire mais de l’apprécier et de bien le vivre, sans y apposer d’étiquette ou de préjugés.

2. Faire le point. En cas d’échec, il s’agit de mettre au clair ce qui s’est passé et de s’interroger sur ce qu’on attend vraiment d’un couple, voire de réviser ses exigences si elles sont irréalistes.

3. Oser la nouveauté. Il faut s’interroger sur ce que l’on aime vraiment et développer ses centres d’intérêt et ses passions: prendre des cours de salsa ou de théâtre, se mettre à la peinture ou au parapente, envisager une reconversion professionnelle, faire le tour du monde…

4. Suivre ses envies. S’entourer de gens qu’on aime et qui nous font du bien pour ne pas tomber dans l’isolement. On n’est pas obligé de passer son temps à sortir et à voir du monde. Il faut respecter ses envies, concilier celle d’être seul avec celle d’avoir de la compagnie.

5. Profiter. Savourer la liberté propre au célibat. Pouvoir faire ce qu’on veut quand on veut; n’avoir ni obligations ni comptes à rendre: traîner toute la journée en pyjama, improviser une sortie avec ses amis, partir en week-end sur un coup de tête… Et se chouchouter un maximum!

Tout sur les célibataires!

«Tout pour plaire… et toujours célibataire», Sophie Cadalen et Sophie Guilloud, éd. Albin Michel. L’amour, tout le monde l’attend, le cherche, l’espère et pourtant il arrive qu’il se dérobe alors même qu’on a «tout pour plaire». Sophie Cadalen tord le cou aux idées reçues sur la rencontre amoureuse et passe en revue ses freins les plus fréquents.

«Les célibataires», Pascal Lardellier, éd. Le Cavalier bleu. Statistiques et témoignages à l’appui, l’auteur s’attache à démêler le vrai du faux à travers une vingtaine d’idées reçues sur les célibataires.

«L’art de rester célibataire… ou de le redevenir!», Ernie Zelinski, éd. Stanké
. Avec beaucoup d’humour, l’auteur passe en revue toutes les options qui s’offrent aux célibataires, y compris la possibilité de se marier lorsque l’âme sœur fait son apparition… ou de reprendre sa liberté lorsque rien ne va plus!

Commentaires (2)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Cynthia Jhaveri

Rédactrice

Photo:
Gettyimages, Corinne Marianne Pontoir, sp
Publication:
lundi 13.08.2012, 11:21 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?