1 von 25


























Les forêts du monde enneigées

Les photos internationales de l’exposition «Des Forêts et des Hommes» sont présentées en plein air à La Chaux-de-Fonds. Elles surprennent les randonneurs et les skieurs de fond qui sortent des bois.

Un homme et une femme ouvrent de grands yeux de surprise face à des radeaux qui transportent des bambous. La photo qu’ils découvrent les pieds dans la neige à près de 1300 mètres d’altitude a été prise au Bangladesh. Le couple se balade en raquettes au sommet de Pouillerel, au-dessus de La Chaux-de-Fonds.

Jusqu’au 29 janvier, l’exposition «Des Forêts et des Hommes» de la Fondation GoodPlanet surprend les randonneurs en plein air. Elles sont signées par quarante photographes, dont Yann Arthus-Bertrand. Les photos sont réparties en arcs de cercle sur quatre terrains agricoles et forestiers.

Elles sont placées sur un cercle symboliquement tracé autour de la ville horlogère. «Nous avons choisi cette forme géométrique car elle représente à la fois notre planète, l’infini et le cycle de la vie. Elle apaise et éveille la pensée, rassemble et protège», commente Lucien Willemin, l’un des organisateurs. Chaque site présente an angle différent de la forêt. Un bol d’air bénéfique qui incite à la réflexion. 

Flyers disponibles à l’Office du tourisme de La Chaux-de-Fonds, rue Espacité 1. Tél. 032 889 68 95. L’exposition à l’usine électrique est ouverte du mardi au vendredi de 14 h à 18 h et le week-end de 10 h à 16 h.

Le photographe écologiste Yann Arthus-Bertrand. Photo © Erwan Sourget

Le photographe écologiste Yann Arthus-Bertrand. Photo © Erwan Sourget
Le photographe écologiste Yann Arthus-Bertrand. Photo © Erwan Sourget

L’exposition «Des Forêts et des Hommes» est visible à La Chaux-de-Fonds. Qu’est-ce qui vous a séduit dans le projet des organisateurs?
Yann Arthus-Bertrand. J’adore l’idée de voir des photos gratuitement en extérieur, pour autant que ce soit bien fait et que ça n’abîme pas le paysage. On a trop tendance à mettre les
photos dans les musées. C’est un médium populaire.

La forêt se réduit chaque jour un peu plus. Que peut-on faire contre cette situation?
Ne nous sentons pas coupables, soyons responsables. Réfléchissons aux impacts de notre vie quotidienne, de manière globale. Pour produire le soja qui sert à l’agriculture industrielle européenne, on doit déforester la forêt amazonienne. Nous vivons dans un monde de gâchis, je pense notamment à tout le papier non recyclé qui est jeté chaque jour. Je pense que l’on peut vivre mieux avec moins. Le bonheur n’est pas dans la surconsommation mais dans l’amour. C’est nunuche de le dire, mais j’assume.

L'expo de la Fondation GoodPlanet

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Charly Rappo/arkive.ch
Publication:
mardi 17.01.2012, 18:27 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?