1 von 4


Lorsque le jeune Victor Frankenstein décide de ressusciter son chien Sparky, cela donne Frankenweenie.

Les camarades de classe de Victor vont s’inspirer de son expérience.


Tim Burton.

«Je rêvais d’être un savant fou»

Le metteur en scène américain Tim Burton retrouve l’animation avec «Frankenweenie». Dans ce remake d’un court métrage qu’il réalisa à ses débuts, il puise dans ses souvenirs d’enfance et revisite le mythe de Frankenstein.

Coopération. En 1984, vous avez été renvoyé de Disney parce que «Frankenweenie», votre deuxième court métrage, était considéré comme trop effrayant pour les enfants. Erreur de jugement de votre employeur ou étiez-vous en avance sur votre temps?
Tim Burton. Je ne trouve pas que mes films sont effrayants. J’ai grandi en regardant les films de Disney et j’ai toujours pensé que les images les plus mémorables de classiques comme Blanche-Neige et les sept nains étaient en fait très sombres. Etre animateur à l’époque était une horreur mais les choses ont changé et Disney a évolué.

«Frankenweenie» s’inspire de votre enfance. Victor, le jeune héros du film, est-il basé sur vous?
Oui. Comme lui, je rêvais d’être un savant fou. Je tournais des petits films en super-8, je n’aimais pas trop le sport et j’adorais mon chien. J’étais un enfant solitaire et je me sentais un peu à l’écart des autres. Cela dit, je me considérais comme «normal», même si je déteste ce mot! Ce n’est pas parce qu’on aime les films de monstres qu’on est bizarre. Je trouvais les autres enfants beaucoup plus étranges que moi, ce que j’ai essayé de refléter dans le film.

Quel type de chien aviez-vous?
C’était un chien croisé et il s’appelait «Pepe», parce que je n’habitais pas très loin du Mexique et que Los Angeles abrite une énorme population hispanique. Ce qui a inspiré mon film, c’est que «Pepe» avait la maladie de Carré et n’était pas censé vivre très longtemps. Je crois que le spectre de son décès imminent m’a affecté, même s’il a finalement eu une vie assez longue. J’adorais les films de Frankenstein et le fantasme de pouvoir ramener un être cher à la vie m’a aidé à surmonter mon angoisse.  

C’est par nostalgie que vous avez choisi de tourner en noir et blanc?
J’adore le noir et blanc, je trouve que c’est un support magnifique. J’ai de la peine à expliquer pourquoi avec des mots mais j’ai senti que l’histoire serait plus émouvante et, curieusement, plus réaliste en noir et blanc. J’étais aussi intrigué par l’idée de marier noir et blanc, 3D et la technique du «stop motion», une combinaison puissante à mes yeux.

La mort joue un rôle primordial dans vos films d’animation. Qu’est-ce qui vous fascine dans l’idée de ramener des personnages à la vie?
Ce qui me fascine, c’est moins l’idée de ressusciter des êtres que celle de créer. Si j’ai toujours aimé l’histoire de Frankenstein, c’est en partie parce qu’il y est question de création. Faire des films, c’est la même chose. C’est cela qui m’inspire, plus que les résultats du box-office ou les critiques.

www.disney.ch/ frankenweenie

Tendre hommage

Petit garçon solitaire et passionné de sciences, Victor Frankenstein voit mourir son chien «Sparky» sous ses yeux, écrasé par une voiture. Inspiré par les cours de physique d’un professeur excentrique, il parvient à rendre la vie au quadrupède. Ce miracle tourne au cauchemar lorsque, suivant son exemple, ses camarades de classe décident eux aussi de ressusciter leurs animaux domestiques... Tourné en noir et blanc et en «stop motion» – une vieille technique dans laquelle des figurines articulées sont déplacées image par image pour recréer l’illusion du mouvement –, ce chef-d’œuvre d’animation artisanale est un tendre hommage aux films d’horreur et aux monstres.

Frankenweenie, dans les salles romandes le 31 octobre.

Concours

Nous vous faisons gagner 5 sets de cadeaux et 5 × 2 billets pour aller voir ce film. Jouez sur
www.cooperation-online.ch/concours jusqu'au 28 octobre.

www.residentevil-movie.net

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Miguel Cid

Rédacteur

Photo:
SP
videos:
www.youtube.com
Publication:
lundi 22.10.2012, 16:35 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?