Tony Leung dans la première scène de combat sous la pluie, tournée pendant trente nuits d’affilée: son plus mauvais souvenir.

Quand le kung-fu se fait poésie

Pour son 11e film, «The Grandmaster», le réalisateur hongkongais Wong Kar-Wai s’est inspiré de la vie du maître de kung-fu de Bruce Lee. Etourdissant et virtuose. Sortie le 17 avril.

C’est un film événement. Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il est l’œuvre d’un réalisateur reconnu, depuis son ensorcelant film d’amour In the Mood for Love en 2000, pour son sens exacerbé de l’esthétisme et du plan parfait.
Or The Grandmaster est annoncé comme un film de kung-fu. Tiens, tiens…
Et puis, le réalisateur hongkongais se fait rare: son dernier film – américain –  My blueberry nights avec Jude Law et Natalie Portman remonte à 2007.
Il lui a donc fallu six ans, dont trois de tournage dans des conditions parfois extrêmes, par -30° C, pour adapter la vie d’IP Man, le maître de l’école du wing-chun (kung-fu chinois) et professeur de Bruce Lee. Autant dire le temps d’une épopée.
Enfin, il a confié le rôle-titre à son fidèle complice, l’acteur chinois primé à Cannes pour In the Mood for Love, Tony Leung.

Sur un quai de gare, l’actrice Zhang Ziyi, qui incarne une fille de maître kung-fu, réalise la figure mortelle des «64 mains».

Le résultat? Pas besoin d’être un amateur d’arts martiaux pour succomber au charme de ce long métrage. Les scènes de combat sont filmées comme des chorégraphies et d’une beauté à couper le souffle comme un coup de pied de virtuose du kung-fu. On comprend vite que la vie d’IP Man a été le prétexte de Wong Kar-Wai pour nous entraîner dans sa poésie, où le langage des corps en mouvement, qui se confrontent, se défient, s’aiment ou se détestent dans de subtils ballets, joue un rôle essentiel.
D’ailleurs, les acteurs, qui découvraient le scénario au fil des semaines de tournage, se sont «seulement» préparés physiquement à incarner leur rôle.  C’est ce qu’ils ont expliqué lors d’une escale à Paris pour présenter le film en Europe.

Grandmaster au regard tendre

Famke Janssen (48 ans) joue le rôle de la sorcière en chef.


«J’ai découvert la pratique du kung-fu quand j’ai commencé à m’entraîner pour le film. J’ai été un fan de Bruce Lee, mais dans mon esprit, le kung-fu ne consistait qu’à se bagarrer. Ce n’est qu’en travaillant mon rôle de Grandmaster que j’ai compris la nature profonde, quasi spirituelle, de cet art martial. Pour le pratiquer, il faut parvenir à un niveau proche du zen: l’adversaire n’est pas un ennemi, le but à atteindre n’est pas la victoire, mais la possibilité de s’ouvrir l’esprit. La pratique du kung-fu invite à adopter une attitude de vie. Mais en faire requiert beaucoup d’entraînement et de discipline. Je me suis cassé le bras deux fois pour ce film, la seconde fois le premier jour du tournage, ce qui m’a tenu éloigné du plateau durant quatre mois.»

Tony Leung sur Wikipedia

Danseuse de kung-fu

La beauté pour elle, c’est le sourire de son neveu. C’est ce qu’elle avoue en toute simplicité dans la suite du palace parisien où elle fait la promo du film de Wong Kar-Wai. Ceux qui l’ont découverte dans «Tigre et Dragon» et retrouvée avec ravissement dans «The Grandmaster» ne partagent pas son avis (bien qu’ils ne connaissent pas son neveu!).
La beauté, c’est elle, Zhang Ziyi, actrice chinoise de 34 ans, ancienne élève de l’Académie de danse de Pékin. Elle, dans les scènes de kung-fu, où elle apporte une grâce émouvante, même si c’est une grâce travaillée qui a nécessité, dit-elle, quatre mois d’entraînement de quatre heures et demie d’effort physique quotidien avec quatre professeurs différents.

Zhang Ziyi sur Wikipedia

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Véronique Châtel

Rédactrice, Paris

Photo:
SP
videos:
www.youtube.com
Publication:
mardi 02.04.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?