Couples mixtes, tout un art

De plus en plus de couples sont mixtes. Les différences sont une source d’enrichissement mais peuvent aussi créer des dissensions. Le point et les parcours de deux couples qui vivent une belle histoire d’amour.

Alfredo Camelo, un ethno­psychologue qui travaille avec les migrants.

Alfredo Camelo, un ethno­psychologue qui travaille avec les migrants.
Alfredo Camelo, un ethno­psychologue qui travaille avec les migrants.

Depuis une quinzaine d’années, la mobilité de la population s’est accrue. On séjourne de plus en plus dans d’autres pays. Pas étonnant que le nombre de couples mixtes ait augmenté. D’autres raisons peuvent expliquer ce phénomène de société: contacts pluriculturels dès l’enfance, désir d’ouverture ou encore attirance vers l’inconnu… «Un couple mixte, c’est la rencontre de deux univers porteurs de différences objectives et subjectives vécues par chacun des partenaires», explique Alfredo Camelo, ethnopsychologue et cofondateur de l’association Pluriels. Bien que très enrichissantes, ces différences socioculturelles, religieuses, raciales ou encore de langage rendent la vie de couple plus difficile à gérer.

Tout dépend du contexte. Ce n’est pas pareil pour les couples mixtes dont l’un des conjoints est issu d’une seconde génération en Suisse et ceux dont l’un des deux a quitté son pays pour rejoindre l’autre. Dans le premier cas, les difficultés sont atténuées: «Les différences culturelles sont beaucoup mieux comprises par les enfants d’immigrés, souligne l’ethnopsychologue. Ils grandissent dans deux mondes et sont pertinents dans chacun d’eux.» Dans le second cas, les principaux tracas sont liés au processus d’adaptation en terrain inconnu. Se retrouver sans famille ni amis, tenter de faire reconnaître ses diplômes, de trouver un travail, dépendre de l’autre financièrement parlant: autant de situations qui peuvent se révéler lourdes à porter. «C’est un risque permanent pour les couples biculturels les premières années», relève Alfredo Camelo. Il ne les considère pourtant pas comme plus fragiles que les autres couples: «Leurs problèmes ne sont simplement pas les mêmes.»

Les malentendus surgissent à cause des différences culturelles mais aussi en raison d’un langage pas toujours bien maîtrisé: «Ne pas avoir la bonne manière de dire quelque chose est handicapant, mais ne pas avoir les mots pour le dire est pire», résume l’ethnopsychologue. Les partenaires mixtes s’adaptent pour surmonter cet obstacle: «Leur communication est beaucoup plus active par nécessité», poursuit-il. Autre facteur potentiel de conflit: l’argent. Qui le gagne? Qui le gère? Doit-on aider financièrement la famille? Dans cette situation comme dans d’autres, les rôles homme-femme, plus ou moins traditionnels en fonction de la société dans laquelle on a grandi, peuvent donner lieu à des frictions.

La famille ne facilite pas forcément la tâche des couples mixtes. Elle ne voit pas toujours l’autre d’un bon œil et l’accueille plus ou moins bien en fonction de ses préjugés: «Cela complique parfois la vie du couple», analyse Alfredo Camelo. Alors, comment vivre sereinement son couple face aux proches, aux collègues, aux amis? «Il faut assumer le regard que la société, y compris l’entourage, pose sur la différence.» Quitte à faire respecter cette dernière si nécessaire!

Le secret de la réussite d’un couple mixte, c’est aussi l’anticipation: «Il faut devancer, prévoir, commencer en amont le travail de communication et mettre en évidence les questions», note l’ethnopsychologue. Il est plus compliqué de découvrir les points d’achoppement en route…
Si cultiver les points communs est important, respecter la différence l’est autant: on aime l’autre aussi à cause de sa différence. Il faut l’intégrer dans le couple et faire preuve de tolérance et d’ouverture d’esprit. Comprendre ce qui va heurter ou plaire, en tenir compte, faire la moitié du chemin…

«On est atypiques»

Krishnan, architecte, et Vanessa, styliste, tous deux 30 ans, ici lors de leur mariage à  Grandson (VD) il y a deux ans.

Leur histoire a commencé à Zurich il y a cinq ans. La Vaudoise Vanessa y travaillait, l’Indien Krishnan y étudiait. Elle voulait apprendre le hindi et elle n’a plus quitté son professeur! Le couple vit  aujourd’hui dans le sud de l’Inde, à Cochin. Ils œuvrent tous deux en indépendants. Cette styliste de mode éthique (trumpetbymeister.com) peut compter sur son mari pour trouver par exemple un endroit pour organiser une séance photo. «On est atypiques, on nous voit comme des gens un peu foufous, sourit la créatrice. Comme je suis Européenne, le niveau de tolérance est plus élevé.» Leurs familles les soutiennent et les respectent: «Ce serait difficile sinon.»

Propos recueillis par Joëlle Challandes

Des vies cosmopolites qui les ont enrichis

Karine (32 ans), traductrice, avec son mari Chike (27 ans), ingénieur en informatique.

Elle a grandi dans la Broye fribourgeoise, lui au Nigeria. Ils se sont rencontrés à Cleveland, aux Etats-Unis, où ils vivent ensemble depuis cinq mois.
Karine, une traductrice qui a étudié à Genève, a fait la connaissance de Chike à Cleveland en 2004. Elle y passait un semestre d’échange. Lui y faisait ses études. Ils ont gardé des contacts et sont tombés amoureux. Ils se sont mariés à Estavayer-le-Lac (FR) l’été dernier, après un parcours administratif difficile. «Pas très glamour», ironise Karine. Entre eux, ils ne constatent pas de conflit culturel. «Le fait que nous n’habitions pas dans nos pays d’origine efface peut-être nos différences», évoque Karine. Leurs vies ont toujours été cosmo-polites: «S’adapter à divers contextes et apprendre à y être à l’aise, c’est un enrichissement», résume Chike, qui a notamment vécu au Vénézuela et en Ouganda.

Propos recueillis par Joëlle Challandes

Des ressources pour aider les couples mixtes

Consultations

De nombreux organismes donnent des consultations conjugales en Suisse romande.

  • L’association Pluriels à Genève propose plus spécifiquement des consultations  ethnopsychologiques pour couples et familles biculturels où sont dispensés conseils, thérapie courte ou de longue durée:
www.pluriels.ch

 

  • Autre site qui mentionne les adresses de consultations pour couples mixtes dans plusieurs cantons et qui comporte de nombreuses informations sur le sujet:
www.binational.ch

Livres

  • «Vivre en couple mixte: quand les religions s’emmêlent…», Isabelle Lévy, éd. l’Harmattan
    A partir d'une cinquantaine de témoignages de couples mixtes représentant les cinq grandesreligions, l’auteur dresse le portrait d'une société bigarrée.

  • «Outre Mère: essai sur le métissage», Marie-Andrée Ciprut, éd. l'Harmattan
    Psychologue et psychothérapeute, l’auteur martiniquais décrit le parcours d'une pratique liée au métissage et à la migration. C'est aussi un témoignage personnel et professionnel sur le changement, l'intégration et l'acculturation dans le monde actuel.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Texte Cynthia Jhaveri

Publication:
lundi 13.02.2012, 17:32 heure

Partager cet article



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?