Thierry Délèze, rédacteur en chef

Le bruit de la petite pièce qui tombe dans la tirelire

http://www.cooperation.ch/opinions_1803 opinions_1803

Je me souviens bien de mes tirelires d’enfant. Pas de cochon rose, mais la première en forme de pomme joyeuse et joufflue, la seconde, une petite botte d’équitation rouge en plastique, offerte par mes grands-parents. Elle se trouvait dans leur armoire et comme c’est eux qui l’alimentaient, elle avait l’avantage d’être pleine plus rapidement! La vider et compter les pièces pour arriver à des sommes qui me paraissaient alors faramineuses fait partie de mes souvenirs d’enfance.
Notre rapport à l'argent commence tôt. Très vite, il signifie la récompense, voire la consolation. La petite pièce laissée par la petite souris pour le renoncement à la lolette ou à la perte de la première dent... Puis vient la sensibilisation à l’épargne.
En règle générale, l’épargne fonctionne assez bien chez les enfants, motivés et amusés de voir leur petit pécule augmenter. Il n’en est pas vraiment de même chez les jeunes et les adultes, nombreux à ne pas maîtriser leurs dépenses. Une étude sortie en 2016 par l’assureur Allianz montre que l’Helvète, citoyen le plus riche du monde, est aussi le champion de l’endettement. On peut certes s’endetter pour devenir propriétaire, et disposer du coup d’une fortune, mais le taux de leasing et de petits crédits est relativement élevé dans notre pays, et la spirale de l’endettement y existe aussi. Nous profitons de ce «trou de janvier» pour consacrer notre dossier à l’argent et aux conseils pour le gérer. Bonne semaine!

Daniel Fazan, écrivain

Cui-cui du soir

http://www.cooperation.ch/opinions_1803 opinions_1803

Jamais on n’imagine les désastres d’un appel au secours. L’autre soir, après avoir vécu un drame de cheminée, nous n’avions pas eu idée de ce qui allait nous arriver dans notre sérénité arbustive et contemplative. D’abord un bruit de fantôme nocturne, inracontable, issu du tuyau de la parisienne, cheminée a priori paisible entre deux flambées mais peu hospitalière à l’accueil des orfraies. Ce fut un chat jaune sauvage et maigre, égaré depuis des heures et trois jours, exhumé par lui-même dans le salon. Maculé de noir et effrayé, il nous donna la solution et on le libéra presque par peur de sa peur. Mais le cui-cui du soir à table? J’ai fait, en pionnier valeureux contre l’angoisse, la visite de tous les lieux de cette maison de plus de deux siècles, suspecte de tout abriter, soit une panique, ou un autre piège, encore et encore. Rien. Le cri, oiselé, récurrent, augmentait notre sensation de bourreaux d’animaux. Un cui-cui obsédant, régulier. D’où? Tout nous est passé par l’esprit, les tuyaux, les caves, une pièce peu visitée. Nous sommes allés dormir avec ce terrible sentiment de laisser une bête en désarroi que nous affectionnerions toujours si nous la sauvions. Je me lève, en second, le matin et ma Douce s’exclame: je sais qui est la bête à l’agonie! Ah? Oui, c’est la bouteille de soda qui cuicuitait à table… Je l’ai rebouchée et je nous ai sauvés. L’effet du bouchon est rarement témoigné.

.

Publication:
lundi 15.01.2018, 12:07 heure



Publicité