Archives des vidéos de présentation du journal en 2018

Thierry Délèze, rédacteur en chef

La montagne au pas de course

Courir, simplement courir. La course à pied, le jogging en bon français, est l’activité sportive la plus simple et la plus naturelle. Le besoin de courir n’a jamais été aussi grand et populaire. Chacun s’y met, à son rythme, y prend goût, se fixe des objectifs, en redemande. A tel point que le phénomène atteint aussi la montagne, où la randonnée était alors reine. Il faut désormais compter avec des joggeurs sur les hauteurs, adeptes du «trail running», littéralement la course de sentier. En plein essor, la discipline se démocratise et profite au tourisme de montagne. Des sentiers balisés, souvent accessibles en remontées mécaniques,se créent, pour tous les niveaux. Et les amoureux de course en pleine nature répondent présents (lire notre Zoom).

Restons en montagne, en Valais, chez le slalomeur Daniel Yule. Un nom improbable (ses parents sont Britanniques) pour celui qui dit être devenu skieur pro un peu par hasard, davantage à force de persévérance que de talent inné et qui se serait plutôt vu avocat, parce que très pointilleux...
Depuis son val Ferret natal, il explique que l’on peut passer l’essentiel de l’année sur la neige et aimer l’été, le golf et le kite-surf. Il évoque les conséquences de sa vie de sportif professionnel sur sa vie sociale, et son amour pour les gaufres de maman. Tout ça juste avant de partir pour la Nouvelle-Zélande, où l’hiver bat son plein! Car cela fait quand même trois mois que Daniel Yule n’a pas rechaussé ses skis... Et trois mois sans ski, c’est long! (Interview)

Daniel Fazan, écrivain

Pizza paradis

http://www.cooperation.ch/opinions_1833 opinions_1833

La vie est une sorte d’étau de temps, de pressions inconvenantes, d’enfants qui attendent, fourchette en main. Les mères sont au créneau, boulot ou pas. Que c’est dur, et pourtant sans mollesse, si je puis opposer ces deux mots. Gorges ouvertes comme des bébés hirondelles, la becquée est programmée. Pas un truc qui mitonne cinq heures sur le feu doux, n’y pensez plus. Ce sera le feu dur pour le produit du congel’ et à la puissance maximale: une pizza, soit disant débutée au feu de bois, pour la paix des ménages et de papy qui rentre quand il peut. La becquée est joliment italienne, merveille de la modernité qui plaît à tous. C’est la baguette magique pour gamins.
Rassasiés, c’est vidéo et au lit. Demain on refait pareil, ou mieux, les lasagnes. Dans le genre congel’, je ne suis pas diététicien, ce serait épinards, légumes asiatiques quasi crus. Mes valeurs sont obsolètes ou totalement en avance. J’ai vécu tant de tendances qui se contre­disaient quinze ans après. Demain on fait bon et vite, une pizza. Mais maison. Ou alors des pommes crues et des fromages dans une belle ambiance. Sûr.
Je ne vous prends pas pour des poires!

.

Publication:
lundi 13.08.2018, 11:42 heure

Publicité