L'éditorial de Thierry Délèze, rédacteur en chef

Déclarer sa flamme

http://www.cooperation.ch/opinions_1720 opinions_1720

Les grillades ont l’art (lard?!) de me mettre de bonne humeur. Elles font partie de ces petits plaisirs de la vie que j’aime voir revenir chaque année. J’en profite donc pour ici leur déclarer ma flamme... Car la belle saison sans elles aurait un goût d'inachevé, la désagréable sensation d’être passé à côté de moments de plein air et de convivialité.
Les sociologues se sont penchés sur la popularité que connaissent les grillades depuis quelques
années. Ce besoin de redécouvrir des instants de partage et de simplicité dans un monde de plus en plus rapide et complexe. Et le barbecue est aujourd’hui tendance au niveau culinaire également. Il se décline en mode poisson ou végétarien. Les meilleurs grils et grilleurs peuvent vous sublimer une viande et faire de sa dégustation un instant de pur bonheur. Ah la cuisson idéale... Elle déclenche vite d’intenses discussions. Notre journaliste Nadine Bauer (bien sûr que les femmes aiment aussi les grillades) a rencontré un chef boucher convaincu des vertus de la cuisson lente.
Profitez des conseils d’un pro pour démarrer la saison et épater vos invités! (lire le Zoom).
Elle vit dans un pays où le barbecue a le même statut que la fondue chez nous. Lauriane
Gilliéron, ex-Miss Suisse, tente aux États-Unis de se faire un nom dans le cinéma. De passage à Genève pour le tournage d’une série à voir en fin d’année sur la RTS, la Vaudoise nous raconte son rêve américain. Elle a pris des risques, connu des hauts et des bas, se bat et parvient aujourd'hui à vivre de sa passion (lire notre interview).

Basile Weber, rédacteur

Une pluie de salamandres

http://www.cooperation.ch/opinions_1720 opinions_1720

Lorsqu’on parle du Tessin, on pense aux palmiers, au Festival du film de Locarno, au soleil, aux gelati et aux terrasses. Mais c’est oublier trop vite que quand il pleut sur la région, il tombe des cordes! Le dicton «En avril ne te découvre pas d’un fil» de nos grands-mères semble ainsi toujours valable en 2017... malgré le réchauffement climatique. Donc, fin avril, les vacances tessinoises avec mon père, alerte septuagénaire au pied montagnard, se sont déroulées à 95% sous la pluie. Cela nous a privés de magnifiques vues depuis le Monte Brè ou le Monte Generoso où nous sommes montés (en funi et en train à crémaillère!). La neige a eu raison de notre virée au Monte Tamaro: par ailleurs très joli sous sa couverture blanche vu depuis Lugano. Ce mauvais temps nous a permis de marcher seuls au monde dans des paysages fabuleux: hameaux surgis de la brume avec leurs «nevere» en pierre – ancêtres de nos frigos modernes, arbres géants, chamois peu farouche, châtaigneraies, salamandres heureuses de pouvoir enfin barboter, cascades sauvages, coucou moqueur...
À Gambarogno, la voie pour mulets pavée qui relie l’alpage de Monti di Sant’Abbondio à Ranzo au bord du lac Majeur – bâtie il y a 300 ans – était une vraie patinoire: nous sommes arrivés entiers mais détrempés après 4 heures de marche depuis Vairano. Pas besoin de douche!

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

.

Publication:
lundi 15.05.2017, 12:55 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?