Thierry Délèze, rédacteur en chef

En forme dans la nouvelle année

Cette année, tout change!

Les résolutions, pour autant que l’on en prenne encore (lire à ce sujet les résultats de notre sondage en page 7), on va les tenir! Et quand je dis «on», je pense surtout à «je». Car oui, en 2018, je vais être conséquent au-delà des premiers jours de janvier, c’est décidé!

Quelles résolutions? Des choses finalement assez simples et courantes mais aux grands effets: davantage de sport, de sommeil, de temps pour soi et pour la famille. C’est tout? Oui, et c’est déjà pas mal! Surtout lorsqu’il s’agit de s’y tenir...

Voilà pour les résolutions. Elles visent, en tout cas celles concernant le plus de sport et de sommeil, à renforcer la chose la plus importante qui soit: être en bonne santé.

La santé n’est pas du genre à se laisser dicter ce qu’elle doit faire. Elle peut ainsi vous quitter sans vous demander votre avis, dépend de facteurs héréditaires ou de coups du destin. Et quand on a la chance de vivre en bonne santé, on a facilement tendance à l’oublier. Mais à l’instar du bonheur, dont nous parlions ici il y a 15 jours, on peut influencer ses chances d’être en forme et d’avoir la pêche. Notre Zoom de cette semaine montre que la santé repose sur quatre piliers: la prévention, l’alimentation, le mouvement et le repos (lire en page 12). Vu sous cet angle, ça paraît de ce fait beaucoup plus accessible. Et dernier conseil des chercheurs: n’oublions pas de prendre des vacances! Je vous souhaite une année 2018 en pleine forme!

Jean Pinesi, Rédacteur

Lourde perte

http://www.cooperation.ch/opinions_1802 opinions_1802

Dieu qu’il est laid, me suis-je dit, en le voyant de l’autre côté de la rue.

- Et toi, tu te trouves beau? me lança-t-il, comme s’il avait lu dans mes pensées.
- Oh, on se calme! Et d’abord qui êtes-vous?
- Qui je suis? Un de tes gènes qui en a marre de faire partie de ton génome vu le piètre usage que tu en fais. Je quitte le chromosome congénital. Je m’affranchis de toi. Et je peux te dire qu’ils seront nombreux à m’emboîter le pas.

Pour me le prouver, il siffla dans ses doigts. Aussitôt une myriade de petits gènes sortirent de moi et se répandirent en masse sur le trottoir. En quelques instants, je me retrouvai complètement délesté de mon patrimoine génétique. Je n’étais plus rien ni personne. Les vitrines des magasins me renvoyaient le reflet d’une silhouette improbable que les passants évitaient discrètement. «C’est un sans gènes» les entendais-je murmurer dans mon dos. Ils étaient tous partis. Sauf un! Planté, là devant moi, qu’il était drôle avec son petit doigt levé, comme un potache qui demande la permission d’aller faire pipi.

- Et toi, tu ne pars pas? Tu restes avec moi?
- C’est pas ça, mais…
- Tu dois être le gène de la fidélité. Nous sommes unis pour la vie.
- Non, je voulais…
- Merci, merci de rester. Mais tu veux me demander quelque chose? Que veux-tu?
- T’aurais pas dix balles pour un taxi?

À propos du Zoom «Être heureux en 2018» (Nº 52)

Merci de vos vœux et, en retour,  je vous souhaite…
Je vous remercie pour l’envoi des vœux de cette nouvelle année et en retour je vous souhaite de toujours nous régaler par ces articles de «Coopération» toujours bien fournis et révélateurs des idées nouvelles et pertinentes contenues dans votre journal. Et tout simplement un grand merci à toute la rédaction et à Coop en priorité…
Filou, de L’Abbaye@


Sur le blog de Céline et Xavier Pasche, «Lumières d’ailleurs»

www.cooperation.ch/blogs
Une charrette dans Penang-Singapour
C’est tellement beau et précieux cette complicité et ce soutien indéfectible entre sœurs! J’ai eu trois filles et elles ont toujours été très soudées, dans les bons et les mauvais moments. Adultes aujourd’hui, ce lien est toujours aussi fort! Bonheur et chance à Nayla et Fibie!
Marlène@

À propos de l’«Interview» avec la directrice de La Poste (Nº 50)


Savourons cependant les bons moments
Qu’il était sympathique et aimable, qu’il réussissait à rapprocher et à réunir, notre ancien service de poste! Mais nous sommes nés dans une époque où nous n’arrivons plus à profiter des progrès – tant l’évolution technique va vite, tant la marche du temps avance et toujours plus rapidement… Mais n’oublions pas, dans notre vie, de savourer les bons moments!
Michael@




.

Publication:
lundi 08.01.2018, 12:11 heure



Publicité