Thierry Délèze, rédacteur en chef

Le couple, ce miracle quotidien

C’est beau l’amour. Ça peut aussi être compliqué, très compliqué. Et du coup «les histoires d’amour finissent mal... en général». Cette semaine, (mes excuses aux Rita Mitsouko), arrêtons-nous sur les histoires qui durent. Ou qui ont tout pour durer. La chercheuse et professeure émérite Pasqualina Perrig-Chiello en connaît un rayon sur le sujet. La psychologue a en effet rencontré plus de mille couples mariés depuis longtemps. Un travail de longue haleine, sur plusieurs années. Son objectif: comprendre pourquoi des relations tiennent, fonctionnent et d’autres pas. La réponse est simple et complexe: l’amour qui dure s’appuie sur le «qui se ressemble s’assemble» plutôt que sur «les contraires qui s’attirent». Vous êtes très différent de votre partenaire mais le connaissez comme votre poche et vous vous complétez? Pas de panique, ça marche aussi! L’essentiel, c’est la communication, le nerf du couple, l’éternel enjeu! Et des projets communs. Les hommes qui viennent de Mars, les femmes de Vénus, toutes ces choses-là... Que n’a-t-on pas lu, écrit, pensé de la communication entre deux êtres? Elle reste pourtant, encore et toujours essentielle. Les couples rencontrés pour ce numéro sont tous, à leur manière, touchants de sincérité et de complicité. Car une relation est un miracle quotidien, un bonheur à entretenir, à réinventer en permanence, pour ne pas faire de l’amour une publicité mensongère.
Bonne Saint-Valentin!

Daniel Fazan, écrivain

Les rêves assis

http://www.cooperation.ch/opinions_1807 opinions_1807

Au réveil, nos délires nocturnes ne nous font pas rêver. Je me lève souvent en soubresaut à la recherche de mes clés, de ma rue, de ma ville. L’autre soir nous avions une réception voluptueuse au château. Des invités chics et exigeants visitaient notre manoir avec des airs hagards, nous avions organisé des expositions folles, un bazar d’idées qui sait séduire les plus fous. Dans la pénombre on pouvait sucer des cistudes, soit des tortues en gel glacé. Ailleurs on pouvait gratter des Van Gogh de la pire épaisseur, mais en sucre glace. Non seulement les invités étaient joyeux car nous les épations, mais le pire à voir fut qu’ils encerclèrent la pièce maîtresse de la réception: une voiture de formule 1 grandeur nature, la léchaient et en emportaient les ailes impressionnantes de Ferrari ainsi que des parties de pneus, le tout en pâte d’amande délicieuse. Quel scientifique idiot va-t-il me traduire mon rêve? D’autant que je n’avais plus les clés pour sortir du château et que nous allâmes à la cave chercher du réconfort auprès des rats apprivoisés. Mais qui donc m’insuffle de telles sottises? Je suis allongé et mes rêves sont rassis et assis! J’ai envie de décoller, de voir le plus haut du cosmos et vous en faire un reportage. Non. Je perds mes clés et je m’abîme dans une jet set idiote. C’est un signe. Je ne suis plus assez fou pour rêver debout.

À propos de «En route vers les Jeux – Le curling suisse mise sur des Genevois» (No 4)
Bonne chance à nos curleurs aux JO
Les curleurs suisses, aux Jeux olympiques, nous ont souvent ramené des médailles. Ne dit-on pas que les paroles lancées sont comme des pierres, on ne peut plus les retenir? Maurice-Robert@

À propos de «Nouveau look pour la loco» et du concours «Voyage en cabine» (Nº 5)
À tous les fervents ferrovipathes
Bonne chance à tous les ferrovipathes dont je fais aussi partie! (…) Très belle loco! Et bravo à l’équipe qui l’a révisée et relookée, beau travail… Valérie Motte@

À propos de la rubrique «Animaux» et de «Camouflage – L’art de disparaître» (Nº 2)
Elle sait se camoufler, cette hermine…
Je suis un habitant de Lausanne, et quelle ne fut pas ma surprise de voir dimanche matin une hermine pendant quelques instants dans un pré, à Lausanne même. Est-ce que vous savez si c’est possible?
Je vous remercie! Yves Marendat@

Précision
Dans l’interview du conseiller fédéral
Ignazio Cassis (N° 6 du 6 février) et dans l’encadré biographique «Ministre et aussi médecin», la spécialité du Dr Cassis est bien la santé publique. C’est son épouse, elle aussi médecin, qui est spécialisée en radiologie. La rédaction

.

Publication:
lundi 12.02.2018, 12:46 heure

Publicité