1 von 7


James Franco et Mila Kunis, héros glamour.






Oz au pays des merveilles

Avec «Le Monde fantastique d’Oz», le cinéaste Sam Raimi rend un vibrant hommage au «Magicien d’Oz». Rencontre.

Né il y a plus de cent ans sous la plume de l’auteur américain L. Frank Baum, Le Magicien d’Oz est devenu en 1939 une comédie musicale inoubliable. Tout le monde connaît l’histoire de Dorothy, transportée par une tornade dans le monde magique d’Oz.
Mais qui était le fameux magicien, qui n’apparaît qu’à la fin du récit? C’est son histoire que raconte
Le Monde fantastique d’Oz. «Au départ, je n’ai pas voulu lire le scénario tant je craignais que les fans de l’original réagissent mal», avoue le réalisateur Sam Raimi, auteur de la trilogie Spider-Man. Finalement, il a été séduit par l’odyssée d’Oscar Diggs, illusionniste dans un cirque du Kansas, arnaqueur et coureur de jupons, emporté par sa montgolfière au pays d’Oz.
Accueilli comme un grand sorcier qui sauvera le royaume des griffes d’une redoutable sorcière, le charlatan est tiraillé entre sa conscience et son avidité. Il est tenté de révéler son inaptitude mais s’il tue la sorcière, il deviendra riche. «Je m’identifie à ce magicien, suis égoïste comme lui et ne sais pas apprécier mes amis», explique le cinéaste. Il a choisi le comédien James Franco pour le rôle «parce que comme le personnage, James est un coureur de jupons et peut être un mufle. A ses débuts, il était aussi un acteur égoïste, peu généreux avec ses collègues. Il a changé et en cela il est proche d’Oscar».  

On retrouve dans cette adaptation Glinda (Michelle Williams), la bonne fée du Nord, qui se déplace dans une bulle. Et on découvre de nouveaux personnages. Qui, de la naïve sorcière Theodora (Mila Kunis) ou de sa sœur Evanora (Rachel Weisz), deviendra la méchante sorcière de l’Ouest? Surprise.
Pour Sam Raimi, la pérennité de l’œuvre de Baum s’explique moins par ses aspects fantastiques que «par ses personnages imparfaits auxquels tout le monde peut s’identifier», à l’instar de l’épouvantail ou de l’homme de fer.
Avec ses couleurs saturées et sa faune et flore luxuriantes, Le Monde fantastique d’Oz évoque Alice au pays des Merveilles de Tim Burton.  Mais c’est bien au classique de 1939 que le réalisateur rend hommage, allant même jusqu’à tourner la première partie du film en noir et blanc. «J’aurais voulu être encore plus fidèle au film de Victor Fleming mais pour des questions de droits je n’ai pas pu.»

www.disney.ch/oz-lefilm

Une sorcière de charme

«J’ai voulu incarner la sorcière Evanora parce qu’elle est diabolique, manipulatrice et menteuse. Plus elle est horrible, plus je m’amuse», assure Rachel Weisz, pour qui le personnage est «une bonne vieille méchante». Si, dans le film, la comédienne anglaise mène la vie dure à Michelle Williams, la bonne fée du Nord, les deux femmes sont amies dans la vie. «Michelle et moi avons des enfants du même âge. Ils ont donc pu jouer sur le plateau et sont même partis en camp d’été ensemble», confie Madame Daniel Craig.

Le Monde fantastique d’Oz, en salle le 13 mars.

Commentaires (2)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

videos:
Youtube
Publication:
lundi 11.03.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?