This presentation requires the Adobe Flash Player. Get Flash!

Le paquebot de la démesure en 3D

Le film inoubliable de James Cameron revient au cinéma en 3D à l’occasion du centenaire du naufrage. Retour sur un projet fou.

Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic faisait naufrage au large des côtes canadiennes après avoir heurté un iceberg. Paquebot de la démesure, le fleuron de l’industrie navale anglo-saxonne de l’époque engloutissait avec lui quelque 1500 passagers, du clandestin à l’homme d’affaires fortuné.
Cent ans plus tard, la tragédie continue de nourrir l’imaginaire collectif et fait l’objet de nombreuses commémorations. C’est ainsi que l’inoubliable film de James Cameron revient au cinéma en relief.
Sorti en 1997, Titanic est le deuxième plus gros succès de l’histoire au box-office derrière Avatar, du même réalisateur. Pourtant, avant de battre des records et faire le plein d’Oscars, le film-fleuve de Cameron était pressenti comme un énorme bide par la presse et donnait des sueurs froides aux responsables de la Fox.

James Cameron, réalisateur d'un film culte.

Le cinéaste visionnaire a dû batailler ferme pour financer son projet titanesque et imposer son budget colossal, qui n’a cessé d’enfler pendant le tournage jusqu’à atteindre 200 millions de dollars. «Nous n’étions pas encore à l’époque du numérique, se souvient Jon Landau, le coproducteur du film. Nous avons donc construit un navire de 243 mètres de long et engagé des milliers de figurants. Certains jours, je me demandais dans quelle galère je m’étais fourré!»
Les conditions difficiles du tournage font aussi partie de l’histoire mouvementée de Titanic. Les acteurs et figurants trempaient dans un réservoir d’eau glacée à longueur de journée pendant qu’ils étaient dirigés d’une main de fer par le réalisateur. Certains devaient être secourus à deux doigts de l’hypothermie. «Jim n’exige pas plus des autres que de lui-même, relève Jon Landau, avec diplomatie. Une équipe de tournage est comme une armée et Jim en est le général.» La conversion du film en 3D, un projet cher à Cameron depuis une dizaine d’années et devenu possible grâce au succès d’Avatar, trahit son souci du détail. «La plupart des films sont convertis en six semaines sans même la participation du réalisateur, précise Jon Landau. Nous avons bossé sur Titanic pendant soixante semaines, avec une équipe de 450 personnes employées à plein temps, et dépensé 18 millions de dollars. C’est plus que le budget de certains films.»

www.titanic-lefilm.com

La 3D au service du récit

«Pour Jim et moi, la 3D est avant tout au service de l’histoire. C’est un outil pour intensifier l’expérience du spectateur. Le récit, les personnages et l’interprétation des acteurs, c’est cela qui a fait le succès de Titanic», précise Jon Landau. Au vu des extraits du film qui nous ont été présentés en avant-première, on ne peut qu’acquiescer. Quinze ans après sa première sortie dans les salles, la romance tragique de Jack (Leonardo DiCaprio) et Rose (Kate Winslet) n’a pas pris une ride
et se révèle toujours aussi prenante.

Places à gagner:

www.cooperation-online.ch/concours

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

videos:
YouTube
Publication:
lundi 02.04.2012, 15:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?