1 von 11


Avant de partir, Reto Fehr étudie la carte devant l’imposante chaîne de montagnes des Churfirsten à Walenstadt.

Depuis Walenstadt, la vue sur les imposants sommets des Churfirsten est impressionnante. Reto Fehr est prêt à partir.

La route longe en grande partie le lac de Walenstadt à l’eau bleu turquoise.

Entrée dans le village de Mühlehorn, qui se situe environ au milieu du lac de Walenstadt. 

La route est calme et idéale pour rouler en toute sécurité.

L’une des difficultés du parcours est cette descente à 25% de pente. Il est recommandé de descendre de son vélo.

Des surprises sont à découvrir sur l’itinéraire, comme ce panneau d’autoroute posé sur la route cycliste.

Le parcours est adapté aux familles. Peu de montées et quelques jolies descentes.

Après plus de 20 km d’effort, l’arrivée est proche…

… le charmant port de Weesen est à portée de guidon.

Quoi de plus agréable qu’une vue sur le lac et les sommets enneigés pour terminer l’étape?

Parcourir la Suisse à vélo

En selle Avec environ 12  000 km de pistes cyclables signalisées, la Suisse possède l’un des réseaux les plus variés au monde et la petite reine compte de nombreux adeptes. Reportage à vélo avec un cycliste ayant traversé toutes les communes suisses.

«Le vélo est fait pour tous les sens», explique Reto Fehr au rédacteur Sylvain Bolt (à dr.).

«Le vélo est fait pour tous les sens», explique Reto Fehr au rédacteur Sylvain Bolt (à dr.).
http://www.cooperation.ch/Parcourir+la+Suisse+ae+velo «Le vélo est fait pour tous les sens», explique Reto Fehr au rédacteur Sylvain Bolt (à dr.).

Reto Fehr (37 ans) avait visité plus de 80 pays, mais n’avait jamais vu le Titlis, la Jungfrau ou le jet d’eau de Genève. Ce journaliste sportif zurichois s’est ainsi lancé le défi insolite de traverser les 2324 communes de Suisse à vélo en 2015. Au final, il lui aura fallu quatre mois et 11'000 km, soit la distance entre Zurich et Pékin, pour réaliser son objectif de mieux connaître son pays.
C’est au pied de l’imposante chaîne de montagnes des Churfirsten (SG) que Reto Fehr nous a donné rendez-vous avec son vélo. Celle-ci s’élève presque à la verticale sur la rive nord du lac de Walen­stadt, lui donnant l’allure d’un fjord. Et le cycliste n’a pas choisi cet itinéraire dans la région touristique du «pays de Heidi» par hasard. «Cette route jusqu’à Weesen, de l’autre côté du lac, résume la Suisse. Il y a le lac, les montagnes et la nature. Vous verrez, c’est magnifique!», lâche-t-il plein d’enthousiasme. Le trajet du jour longe une partie de la «Route des Lacs», qui mène du lac Léman au Bodensee. C’est l’un des neuf itinéraires nationaux mis en place par SuisseMobile, une fondation d’utilité publique qui propose également 54 itinéraires régionaux et 46 locaux, balisés de manière uniforme sur une longueur totale de 12'000 km. Des étapes découpées en fonction des transports publics conviennent aussi pour des excursions d’une journée.

Un tempo idéal pour les sens

Alors que les premiers kilomètres sont avalés, Reto Fehr confirme que «la Suisse à vélo est très variée, par sa topographie notamment. C’est génial d’avoir autant de pistes cyclables, sur lesquelles on se sent très souvent seul au monde. Selon moi, 90% des cyclistes roulent sur 20% des pistes cyclables. Il y a tellement de routes inconnues et j’en ai moi-même encore beaucoup à découvrir.»
Un petit vent frais balaie l’air de l’une des premières belles et chaudes journées du printemps, alors que nous roulons sur une étroite route surplombant l’attrayant lac à l’eau bleu turquoise. «En voiture, c’est trop rapide et à pied trop lent. Le tempo est par contre idéal à vélo, sur lequel tout est intense. On ressent tous les mouvements, des descentes… aux montées. Mais aussi la nature, comme l’odeur de la forêt puis le bruit d’une rivière ou encore le vent qui souffle. Le vélo est fait pour tous les sens», s’exclame Reto Fehr, avant de concéder que le vent contraire  a été son pire ennemi lors des 95 étapes de son tour à travers la Suisse. Sur certains passages du tracé que notre guide décrit comme l’un des plus beaux du pays, le bruit du train et de l’autoroute, qui se trouvent plus haut sur le flanc de la colline, détonne avec le calme qui prédomine sur l’ensemble de la route. «Les automobilistes qui roulent à plus de 100 km/h, juste là-haut, ignorent qu’un chemin cycliste aussi beau se trouve quelques mètres en contrebas. Le fait de rouler calmement, si proche d’une artère très fréquentée, amène un contraste saisissant.» Alors que la première et unique ascension du tracé est franchie, nous profitons de l’occasion pour faire une courte pause en admirant le port de Weesen qui se rapproche. Après une montée, il y a généralement une… descente. Celle qui nous est offerte par ce tracé est particulièrement abrupte, avec un panneau indiquant une pente de 25%. Doigts cramponnés aux freins, la difficulté du jour est franchie sans être descendus du vélo.

Les pauses rafraîchissantes sont toujours les bienvenues.

Les pauses rafraîchissantes sont toujours les bienvenues.
http://www.cooperation.ch/Parcourir+la+Suisse+ae+velo Les pauses rafraîchissantes sont toujours les bienvenues.

Un moyen de «vivre la Suisse»

Du bitume au gravier en passant par le sol d’une forêt, les pneus de nos vélos se frottent à différents revêtements qui amènent de la variété à notre itinéraire. «Je ne pense pas que l’on puisse s’ennuyer à vélo, il y a tellement à voir et ce sont souvent des petites choses», raconte Reto Fehr. «Regardez là, sur la droite!»: un panneau d’autoroute planté de manière insolite sur la route réservée aux cyclistes et promeneurs vient étayer ses propos. «Le lien entre les endroits est plus facile à faire à vélo qu’en voiture, le souvenir est plus marqué, dit le cycliste. Et nous sommes proches des gens, il est facile de s’arrêter, de discuter côte à côte tout en pédalant.» Avec la petite reine, Reto Fehr a trouvé le moyen idéal de découvrir la Suisse ou plutôt «de la vivre». Curieux d’en savoir plus sur les lieux traversés, le Zurichois a rencontré les gens. Des histoires ou des anecdotes, il en a presque pour chaque région. Nous apprenons qu’il existe un hôtel unique au monde à La Cure (Vaud), situé à cheval entre la Suisse et la France. Dans certaines chambres, il est ainsi possible de dormir la tête en France et les pieds en Suisse!

http://www.cooperation.ch/Parcourir+la+Suisse+ae+velo Parcourir la Suisse à vélo

Les kilomètres défilent et le petit port de Weesen se rapproche, alors que Reto Fehr enchaîne les histoires aussi drôles qu’originales de son aventure. Pour les partager et «faire connaître la Suisse d’une autre manière», le journaliste va publier le livre Tour dur d’Schwiiz, prévu pour ce printemps.

Des rencontres humaines

Nous pédalons depuis une vingtaine de kilomètres et seulement une poignée de cyclistes nous a croisés. La belle saison ne fait que débuter, ce qui explique sans doute le peu de trafic. «Sur ma route, j’ai connu énormément de gens, confirme Reto Fehr. Des personnes rencontrées ou informées de mon aventure ont fait un bout de route avec moi pour me faire découvrir leur région. Certaines d’entre elles sont devenues des amis.»
Le cyclisme est le deuxième sport national après la randonnée. Il est pratiqué par plus d’un tiers de la population suisse, comme le révèle l’enquête «Sport Suisse» réalisée en 2014 par la Confédération. Alors que nous atteignons le panneau annonçant la commune de Weesen et la fin de notre tour, l’instant est opportun pour savoir le nom de la plus belle. «Iseltwald (BE), Salvan (VS), Malcantone (TI)…», énumère celui qui s’est photographié devant chaque panneau pour preuve de son exploit. «J’ai surtout été étonné par la solidarité entre les cyclistes. Plus qu’un lieu particulier, ce sont les rencontres humaines qui restent mon meilleur souvenir», raconte Reto Fehr.
Nous contemplons le jet d’eau miniature du port de Weesen dominé par le sommet enneigé du Rautispitz. Reto Fehr avait annoncé la beauté du tour et il est difficile de lui donner tort.

Neuf routes cyclistes

Le réseau suisse

Prêt pour le printemps

Avant de prendre la route, voici la check-list en sept points de Coop brico+loisirs:

  1. Pression des pneus: le profil doit être en bon état et la pression correspondante à l’indication sur les pneus.
  2. Freins: nettoyez les jantes et remplacez les patins en caoutchouc.
  3. Éclairage: contrôlez les câbles et n’oubliez pas de vérifier les catadioptres (dispositif réfléchissant), qui devraient se trouver sur le guidon, le porte-bagages et les roues.
  4. Dérailleur: vérifiez que toutes les vitesses passent facilement et lubrifiez éventuellement la chaîne.
  5. Sécurité: ajustez la hauteur de la selle. Vérifiez si le casque est toujours à la bonne taille et s’il tient bien en place.
  6. Nettoyage de printemps: enlevez le plus gros des saletés à l’aide d’un chiffon puis lavez le vélo avec un détergent spécial et de l’eau.
  7. Service: si cela ne suffit pas, Coop brico+loisirs offre également un large éventail de services pour répondre à vos besoins (réglages de tous types, remplacement de la chaîne, changement des pneus, etc.).

Coop brico+loisirs propose désormais un service de dépannage 24h/24 «Bike Assistance» du Touring Club Suisse (TCS). Ce dernier vous apporte assistance en cas de panne, de vol et d’accident.

Conseils pratiques

La position idéale

De la draisienne à l’e-bike

http://www.cooperation.ch/Parcourir+la+Suisse+ae+velo Parcourir la Suisse à vélo

Le 12 juin 1817, le baron allemand Drais de Sauerbronn réalise sur sa «Laufmaschine» (machine à courir) ou draisienne, l’aller-retour de Mannheim au relais de poste de Schwetzingen. Un trajet de 14 km à la vitesse de 15 km/h qui constitue le premier tour à vélo de l’histoire. À l’époque, son invention est la seule alternative aux animaux attelés pour se déplacer et elle va révolutionner le monde des transports en donnant naissance à la mobilité individuelle. Il faudra attendre 1861 pour qu’elle connaisse une expansion avec l’invention par le Français Pierre Michaux du «vélo­cipède», muni de pédales et de manivelles sur la roue avant.
Des matériaux plus légers et plus économiques favorisent sa production. Diverses nouveautés comme la chaîne ou les freins sécurisent son utilisation. La démocratisation de la petite reine est en marche. Au XXe siècle, le plastique et l’aluminium sont renforcés par de la fibre de verre plus résistante. L’innovation se poursuit avec le vélo à assistance électrique, qui connaît un véritable boom depuis les années 2000. En 2016, près d’un vélo sur quatre acheté en Suisse était un e-bike, ce qui porte à plus de 400  000 leur nombre en Suisse, selon l’Association vélosuisse.

Bike Hotels de Suisse tourisme

Les hôtels certifiés «Swiss Bike Hotels» disposent d’une panoplie de services taillés sur mesure pour répondre aux besoins des cyclistes. Les 68 Bike Hotels suggérés par Suisse Tourisme sont notamment équipés d’un local pour les vélos fermé à clé, d’une zone de nettoyage avec outils, d’un service de lavage de tenues de sport (du jour au lendemain) mais proposent également un pique-nique à emporter sur demande ou du matériel d’information détaillé.

www.mySwitzerland.com/bikehotels
Sylvain Bolt

Rédacteur

Photos: Christoph Kaminski

Infographie: Caroline Koella

Photo:
Christoph Kaminski, Christoph Kaminski; infographie Caroline Koella
Publication:
lundi 08.05.2017, 14:00 heure