Zaz: «Acheter c’est voter. Il faut avoir conscience du système».

Zaz, du piano-bar à la grande scène

La chanteuse française confirme sa gouaille authentique dans un deuxième album, «Recto Verso», qui vient de sortir. Sa tournée passe par la Suisse.

Coopération. Dans votre dernier album, deux chansons disent que vous n’avez pas changé et que vous êtes toujours «la môme des fougères».
Besoin de justifier votre authenticité?
Zaz. Je choisis de ne chanter que des chansons qui résonnent avec ce que j’ai envie d’exprimer! C’est vrai qu’on me soupçonne parfois de n’être pas aussi authentique que je le parais. Or le succès de mon premier album ne m’a pas changée. Je continue à suivre mon chemin comme je l’entends. Je reste une fille rentre-dedans, entière, qu’on ne peut pas enfermer dans une case, toujours la bonne copine des lapins.

Vous les voyez où, les lapins?
A la montagne! J’en suis une grande amoureuse en hiver mais surtout en été. Quand j’étais petite, je vivais à Bordeaux et on m’emmenait en vacances dans les Pyrénées. C’est là que j’ai découvert le silence de l’altitude, l’apaisement de la marche, les couleurs minérales, la fraîcheur des rivières et les sensations liées au rafting, à la spéléo, au parapente, au canyoning. Je suis une sportive qui n’a peur de rien!

Vous n’avez jamais eu peur de ne pas y arriver, lorsque vous chantiez dans la rue?
Ou que je faisais la plante verte dans les bars où personne ne m’écoutait? (Rire) J’ai connu des moments de galère, mais je me suis toujours dit «la vie t’éprouve pour que tu acquières la conviction que chanter est vraiment le métier que tu veux faire». C’était dur, fatigant et il n’y avait pas de porte de sortie possible, car je savais au fond de moi que j’étais sur le bon chemin.

Qu’est-ce qui vous nourrit?
Je suis une gourmande de tout ce qui est fabriqué ou cuisiné avec amour: le fromage, la viande, les légumes anciens. J’aime manger. Pas de tout, hélas, car je suis allergique au gluten. Sinon, ce qui me requinque, c’est la nature, la scène et le partage «live» avec le public, l’amitié. Dès que j’ai du temps, je vois mes potes. Je m’investis aussi auprès de Colibris, Mouvement pour la Terre et l’Humanisme, pour fédérer les gens autour de projets humanistes.  

«

Je continue à suivre mon chemin comme je l’entends»

Vous croyez en un monde meilleur?
J’ai une vision de la vie. J’aime profondément l’humain et la terre. Or, notre époque les malmène. Je ne suis pas une indignée, qui conteste. Je crois beaucoup à l’adage: ce à quoi on résiste, persiste. J’essaie comme beaucoup de proposer une autre manière d’envisager la vie. Il faut la protéger. On en a le pouvoir, notamment en n’achetant pas n’importe quoi. Acheter, c’est voter. Il faut
avoir conscience du système.

Comment votre conscience s’est-elle éveillée?
J’ai des modèles: Pierre Rabhi, l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France, Gandhi... Des hommes qui ont cru en la beauté de la vie. J’ai des maîtres: les enfants. Tu regardes un gamin comment il bouge, comment il est conscient de ce qu’il y a autour de lui, c’est une leçon de vie. Les enfants ont le cœur ouvert. Or, c’est la clé. Si le cœur est fermé, si tu es fâché, tu vas voir le monde à travers ta colère. Pour changer le monde, il faut commencer par s’ouvrir aux autres.

Ecouter le titre "Cette journée"

Zaz de A à Z: bête de scène

Trois. C’est le chiffre préféré de Zaz pour tout ce qu’il signifie symboliquement. En 2013, elle est gâtée: elle vient de fêter ses 33 ans.

Pseudo. Isabelle, de son vrai prénom, a pris le pseudo de Zaz parce qu’il se lit dans les deux sens, intègre la notion de cycle (première et dernière lettre de l’alphabet) et se prononce facilement dans toutes les langues. Pratique pour une chanteuse de renommée internationale depuis son premier album éponyme sorti en 2010, vendu à plus d’un million d’exemplaires dans une vingtaine de pays.

Tournée. Zaz aborde sa tournée 2013-2014 avec délice. Ses années de chansons dans les rues, les pianos-bars et les cabarets bruyants lui ont forgé une stature de bête de scène. Elle défendra son nouvel album «Recto Verso» (Sony Music) le 8 juin au Caribana Festival à Crans-près-Céligny (VD)
(www.caribana-festival.ch) et le 21 juin au Gurten Festival à Berne (www.gurtenfestival.ch).

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Véronique Châtel

Rédactrice, Paris

Publication:
mardi 21.05.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?