X

Recherches fréquentes

Vous seule pouvez faire votre bonheur

TEXTE
24 juillet 2017

Après 22 ans de mariage, tout bascule…


…et je ne comprends pas pourquoi. Nous nous sommes mariée à 25 ans, avons eu 3 enfants, avons travaillé dur pour se monter une situation qui roule maintenant. Je me suis occupée de son papa malade, de ses employés. Nous avons vécu de graves crises (alcoolisme passager de mon mari) et j'ai fini par pardonner (mais j'ai pas oublié). J'ai toujours espéré que tout redeviendrait normal. Le dialogue est impossible, il prend la fuite à chaque fois que j'essaie d'aborder un sujet "personnel" ou "intime". Il n'a jamais voulu se remettre en questions ni s'excuser pour toutes les méchancetés et les accusations injustes qu'il nous a dites.
"C'est de ta faute" est toujours la seule explication que je reçois. Ma faute parce que je lui demande d'être plus présent à la maison. Ma faute parce qu'il ne peut pas faire tout ce qu'il aimerait (…)
Il n'y a plus de tendresse entre nous (…) Jamais de merci, jamais de bravo, jamais de bisous.
Je l'ai menacé de partir si son comportement ne changeait pas. Aucune réponse.
Je n'ai pas la force ou la volonté de partir, j'ai peur que ce ne soit pas la solution et que je regrette ma décision. Je l'aime encore malgré tout. Je voudrais qu'il se rende compte que son comportement nuit à la famille, je voudrais qu'il se remette en questions, qu'il parle, qu'il explique ce qui se passe. J'aimerais retrouver notre vie d'avant...

Pouvez-vous m'aider? Ornella (47 ans)

 

La réponse du psy

Les efforts auxquels vous avez consenti n'auront pas été inutiles puisque vous avez élevé trois enfants en plus d'avoir largement contribué à la réussite professionnelle de la maison. Il est important, me semble-t-il, que vous soyez pour une part propriétaire du capital accumulé. Veillez à vous intéresser à ce qui pourrait vous arriver sur le plan financier dans le cas où vous devriez divorcer. Dans le cas où vous considéreriez qu'il n'y a aucun risque, que vous ne divorcerez pas, assurez-vous d'être la juste bénéficiaire de la fortune accumulée dans la mesure où vous y avez largement contribué. Méfiez-vous de la femme sacrifiée qu'il y a chez vous. Il semble que vous n'ayez jamais attendu d'autre bonheur que celui qu'aurait pu vous apporter votre mari. Il faut vous donner les moyens de trouver le bonheur ailleurs et en cela, l'argent, contrairement à ce que dit le proverbe, peut largement y contribuer. Surtout, lorsqu'il est la juste récompense d'un dur labeur. Toucher cette récompense, c'est donner du sens à cette vie.

Franchement je ne crois pas que votre mari sera un jour l'homme que vous espérez. Il n'y a que vous qui puissiez faire votre bonheur. Or le bonheur exige que nous sachions arracher à la vie ce qu'elle nous doit au-delà des interdits qui nous empêchent de le faire. Ça demande un certain opportunisme. Or, l'argent est certainement le domaine dans lequel il nous est parfois le plus difficile d'en avoir.


Article précédent Comment ne plus penser à lui? Article suivant Le rêve et le deuil