X

Recherches fréquentes

La réponse du psy

«Je me retrouve projeté l'année où je suis né»

24 octobre 2018

Dans mon rêve, cette nuit, je me retrouve projeté l'année ou je suis né, mais à l'âge que j'ai aujourd'hui. Je suis chez mes parents, dans l'appartement dans lequel ils ont dû vivre à cette époque. J'entre et je croise mon grand-père (que je n'ai jamais connu), il ne me parle pas, il a un regard presque effrayant. Ensuite je vois ma mère, jeune, belle, plutôt réservée. Je suis ébahi de me retrouver là (…) Elle ne me connaît pas et je me présente par mon prénom. Je ne lui dis pas que je suis son fils, cela pourrait bousculer mon destin et le sien peut-être. Puis je lui demande son âge. Elle me répond qu'elle à 23ans. C'est l'âge qu'elle avait lorsque je suis né. Je comprends donc que je suis revenu en arrière, au point de départ. Après je vois mon père, jeune aussi. Lui il sait qui je suis, que je suis son fils (et que je viens du futur). Il me tend un bébé dans le bras. Je comprends que ce bébé c'est moi. Je me mets à pleurer... Je me souviens de ce rêve dans tous ces détails, comme si j'y étais. Qu'en pensez-vous?

La réponse du psy 

Dans ce rêve, on repart à zéro, en revenant au jour de votre naissance. Vous approchez de la quarantaine, on tire un premier bilan de sa vie et l’on inverse quelque peu ses valeurs. Vous quittez le statut de progéniture pour embrasser celui de parent. Vous êtes à l’âge où l’on inverse les rôles. Vous quittez le monde de la mère,  pour entrer dans le monde du père avec le symbolisme que l’on associe à ces deux mondes. Remarquez l’impression différente que fait sur vous la présence du grand-père et celle de la mère. Le monde paternel suscite la peur, celui de la mère, l’excitation érotique. Le premier nous pousse vers la confrontation, le deuxième vers la régression. Il semble que vous avez pu faire un véritable complexe d’Œdipe au sens freudien du terme. Votre mère a dû être importante pour vous. Le fait qu’elle ne vous reconnaisse pas dans ce rêve montre que vous n’êtes plus son fils au sens où vous l’étiez avant cette phase de la vie que vous êtes en train de traverser très caractéristique de ce que l’on appelle la crise de la moitié de la vie. Comme chez les ours, votre mère n’est plus votre mère. Vous avez l’âge où l’on devient les parents de nos propres parents. Remplissez bien vos devoirs envers eux - vous n’en serez que plus heureux - et évitez de faire du souci à votre mère en vous confiant trop à elle! Remarquez que de son côté, votre père vous reconnaît et vous rend l’enfant que vous avez été. Votre sort est entre vos mains. J’ignore les relations que vous avez avec votre père mais je ne saurais trop vous encourager à vous intéresser à lui. Faites-lui parler de sa vie !