X

Recherches fréquentes

Robert Margot (ancien basketteur): père d'une famille en or et en baskets

TEXTE
29 octobre 2012

Très rapidement, à l'âge de 12 ans, il s'est aperçu, au club d'Aïre-le-Lignon, que le basketball serait son sport, deviendrait une passion. Modestement, il constatait qu'il se situait un peu au-dessus des autres, que le sens du jeu l'habitait déjà. « Curieusement », raconte Robert Margot, c'est quand j'ai mis fin à ma carrière de joueur que je me suis rendu compte que je comprenais mieux le jeu que la grande majorité des gens.  J'ai constaté ça quand je me suis mis à entraîner, à coacher des équipes. Joueur, la perception est différente – chez lui elle était naturelle -, car tu as une implication directe,  sur et dans le jeu. »

Portrait

Au basket, et ceci est sans doute valable dans d'autres sports -, des joueurs l'exercent des années et des années sans pour autant en comprendre le jeu. Robert Margot : «Il faut essayer de saisir tout ce qui ne se voit pas. » Il donne quelques exemples : « Sentir où va l'énergie du match, si l'adversaire  est fragile et où se situe cette faiblesse, valoriser par des systèmes les joueurs pour les mettre dans les meilleures conditions possibles.» Au BBC Nyon où il a écrit une page de l'histoire du club, Robert Margot a été une demi-saison entraîneur assistant. Pour des raisons professionnelles et familiales, il n'a pas souhaité poursuivre l'aventure, seul, le président d'alors, feu Jean-François Kurz, voulant un entraîneur à 100%. « J'aurais dû réduire mon activité de 50%, ce n'était donc pas possible. « Si tu es pro dans le basket, que tu as une famille et que tu travailles à 100%, ça devient très compliqué. Tu n'as qu'une chose à faire : lâcher le basket. »

Robert Margot est maître d'éducation physique et de sports. Il possède le diplôme fédéral. « Mon horaire ? 24 heures par semaine. » La saison passée, il a entraîné Bernex basket en LNB. «Pour des raisons financières – entre autres -, l'équipe a été retirée.» Depuis 4 ans, l'ancien meneur de jeu et international suisse est directeur technique du club du Grand-Saconnex et il entraîne des jeunes. Le mouvement en compte 300. C'est le plus grand du pays.

Les Etats-Unis

Robert Margot fut un des premiers suisses a tenté une expérience aux Etats-Unis. «Il s'agissait d'un échange basket linguistique. » Il avait 17 ans. Un rêve mais aussi un retour à la réalité, à une forme d'humilité que le Genevois possédait déjà mais qui se consolida loin de chez lui. « Ici, j'étais le petit doué du canton de Genève. Là-bas j'étais personne, un petit Suisse. »

Il étudia et joua au basket près de San-Francisco. « J'étais à la'High School Junior College ». J'ai joué dans l'équipe de ma région, ensuite j'ai été sélectionné dans l'équipe de Californie du nord. » Une période qui l'a enrichi. « Mentalement, j'ai énormément appris. On jouait au basket 3h30 par jour. De 6h à 7h30 et le soir de 17 à 19h. » Il aurait pu aller dans un ou deux autres collèges et qui sait, y rester, se construire une jolie carte de visite. «Mon idée, mon créneau, c'était de revenir en Suisse.  Je n'ai pas voulu déroger à ce que j'avais mis en place. »

Sa famille

La saison dernière, les filles U14 du Grand-Saconnex ont remporté le titre de championne de Suisse. Jouaient dans cette équipe, coachée par Robert Margot, ses deux filles. L'assistante du coach ? Son épouse, aussi secrétaire du club et ancien joueuse de LNB avec Nyon basket.

Il y a deux ans, Robert Margot coachait les U12 du Grand-Saconnex. Son assistante était son épouse. Leur deux filles jouaient et lors d'un match, qui arbitrait ? Le frère, par conséquent le fils des époux Margot.

Non seulement, la famille Margot est en or mais honore celle du basket. Elle forme un cinq de base unique. Seul petit inconvénient : «Nous parlons beaucoup de basket à la maison», avoue et concède Robert Margot.

Qu'importe : à l'inverse de la politique qui divise, le sport, lui, rassemble.

Palmarès

Robert Margot est né le 24 avril 1967 à Genève.

Poste : meneur de jeu. 20 saisons en LN (1985-2005).

International suisse de 1988 à 1995. 65 sélections.

Ses clubs : Vernier (LNB, 1985-1986). Montée en LNA.

A 20 ans, joue à Nyon. Y est aussi titulaire.

Puis, il joue à Neuchâtel, avec Genève-basket, à Pully, à Versoix (3 saisons). Retour à Nyon (2 saisons en LNB et 3 en LNA), et à MGS (Meyrin-Grand-Saconnex).

A été entraîneur-assistant à Nyon (2005-2006), puis entraîneur quelques mois ; puis à MGS.

A été entraîneur de Bernex (LNB 2011-2012).

Est depuis 4 ans, directeur technique du Grand-Saconnex BBC

Quiz

  01
sur
 

Article précédent Eric Ferreux: un as du volant au Brassus Article suivant Alain Coppey (kick-boxing): enfin, il a sa salle!