X

Recherches fréquentes

Johann Lonfat (ancien footballeur): ce milieu de terrain avait du crédit. Il l'a placé en Suisse.

TEXTE
12 février 2013

Le regard est toujours bleu et les cheveux blonds, un brin longs, avec des mèches par-ci, par-là qui  les assombrissent quelque peu.  Johann Lonfat, qui aura 40 ans au sortir de l'été, n'a pas changé ;    au niveau de l'élégance non plus. «40 ans, m… C'est presque la moitié de la vie. Des statistiques le disent. » Dans un salon  de la banque qui l'emploie, le Valaisan, costard-cravate, porte-documents posés sur le bureau, est très à l'aise. « Je suis rentré dans la catégorie des vétérans ; ou plutôt des séniors. Je préfère ce terme  à l'autre. » Quarante ans – ou 40 ans -, cela signifie aussi autre chose. « J'entame l'autre moitié de ma vie professionnelle. Je suis à un virage. »

Portrait

Le tournant, Johann Lonfat l'a négocié quand il entra au Crédit Suisse, à Martigny. « J'y suis depuis 2009. Auparavant, j'avais vécu un an chez Lombard-Odier à Genève. » Il était encore joueur chez les Grenats, mais une cheville endolorie, la gauche,  le priva de jeu et du terrain, depuis longtemps son bureau. «La transition s'est faite dans la douceur dans la mesure où j'ai pu effectuer mon stage tout de suite après le football.» Dans son sport, le Valaisan a été professionnel de 1992 à 2007 ; et semi-pro à Servette, qui militait à ce moment-là en LNB (challenge league).

Au Crédit Suisse, Johann Lonfat est conseiller en placement, en crédit hypothécaire, dans le monde de la prévoyance aussi et entre autres. «J'ai un portefeuille de clients. En fait, je touche à tout et j'ai été formé dans ce sens. Je suis au service des clients qui ont des besoins divers.  Le fait qu'il soit un footballeur connu est un atout. « Au niveau des contacts, ça aide ; après, il faut faire ses preuves et montrer  ses capacités. Etre compétent et crédible. Le fait de connaître du monde grâce au sport – n'oublions pas que Lonfat est de Martigny - est une arme à double tranchant. Au début, tu es dans l'esprit  des personnes le footballeur qui s'occupe d'un compte avec tout ce que cela sous-entend. D'où l'importance et le travail à accomplir pour gagner la confiance des gens et développer toutes ses connaissances, montrer ses aptitudes. Le savoir-faire vient avec l'expérience. »

Le monde journalistique l'a tenté et il l'aime toujours bien. Johann Lonfat est consultant pour une web radio – celle du FC Sion – et à Canal 9. « Nous sommes plusieurs. Un tournus est opéré. »  Il a aussi été fréquemment sur le plateau de la RTS décentralisé à la place de la Navigation à Lausanne lors de la Coupe du Monde de 2010, en Afrique du Sud. Depuis, du côté de Genève, on l'a un peu «oublié». «C'est le job qui me plaisait pas le fait de passer à la télé » souligne-t-il. En 2008, le Valaisan a effectué un mini-stage de 3 jours au service des sports de la radio romande. C'est relever son intérêt pour le métier de journaliste.

Mais la voie bancaire l'a toujours intéressé. « J'aime les chiffres et le monde économique. »  Il est    au bénéfice d'un diplôme reconnu obtenu au terme d'une formation à l'interne, d'examens aussi bien pratiques que théoriques. Ce poste au Crédit Suisse, Johann Lonfat l'a obtenu non pas parce qu'il est sympa et connu, mais bien parce qu'il a bossé et montré de grosses qualités pour l'avoir.

Sochaux

De 2002 à 2007, Johann Lonfat a évolué en France, au FC Sochaux, dans le Doubs, en première division. Un excellent souvenir. «C'est un club où je me se suis senti tout de suite très bien et à    l'aise parce qu'il collait parfaitement à  mon caractère, à ma philosophie de vie», dit le Valaisan.         «Dans l'équipe, il n'y avait pas de star. Tout était sain. On y cultivait l'esprit de famille. Là je me         suis  épanoui», ajoute-t-il.  « L'environnement était ouvrier. Les gens, humbles. Sochaux,  c'était les usines Peugeot.  Aujourd'hui ,  la situation a changé. La crise a frappé. »

En France, Johann Lonfat a bien gagné sa vie. Mieux qu'en Suisse.  « Mon salaire était correct», précise-t-il.  Alors responsable du recrutement au FC Sochaux, Bernard Genghini a été séduit par       le Valaisan, milieu récupérateur et très travailleur. «Il m'a repéré quand je jouais avec Servette », précise le Valaisan. L'ancien international français a eu l'œil heureux, ce qui n'est pas toujours le    cas dans ce genre d'activité loterie.

Delina

Johann Lonfat est papa d'une fille joliment prénommée Délina. « Elle vit à Paris avec sa maman.    Une fois par mois, je monte dans la Capitale pour la voir.» Le Valaisan n'est plus marié. Il a vécu     des moments difficiles, à répétition, entre 2007 et 2009, qui ont tous coïncidé avec la fin de sa carrière de footballeur. Un jour, et même fréquemment,  il s'est demandé ce qu'il allait faire de sa vie. Professionnellement, il fallait assurer comme on dit- il consulta un cabinet s'occupant de la reconversion, besoin d'un coach  - et au plan privé, rien était simple. D'autres aléas le mirent aussi à mal. Mais un jour, la spirale négative se retira pour faire place à l'autre, la constructive. Travail également sur soi-même.  «Il  fallait juste retrouver l'énergie nécessaire pour rebondir. » Et il a rebondi. Chapeau !

Palmarès

Johann Lonfat est né le 11 septembre 1973 à Martigny

Carrière de joueur. 1991-1992 Martigny (1ère ligue). 1992-1998 Sion. 1998-2002 Servette. 2002-2007 Sochaux (1ère division française, actuelle L1). 2007-2009 Servette (LNB, actuelle Challenge League). 2009 Martigny (quelques entraînements seulement).

Champion de Suisse avec Sion (1996-1997) et avec Servette (1998-1999).

Vainqueur de la Coupe de Suisse avec Sion (1995, 1996, 1997, 2001).

Avec Sochaux, finaliste de la Coupe de la Ligue (2003) et vainqueur de la dite Coupe en 2004.

Vainqueur de la Coupe de France avec Sochaux en 2007 (blessé, Johann Lonfat n'avais pas joué).

Quiz

  01
sur
 

Lien supplémentaire

Johann Lonfat en vidéo


Article précédent Sylvie Jaccoud-Dufour (ancienne heptathète): maman est un rôle aussi à sa mesure Article suivant Walter Fernandez (ancien footballeur): un agent qui ne voit pas double