X

Recherches fréquentes

Bruno Kaltenbacher - ancien hockeyeur: « A mon époque, il n'y avait pas Internet »

TEXTE
08 avril 2014

Dans son établissement à Lausanne, Le Zodiac, il y a notamment et bien en vue une grande affiche posée contre une paroi. On y voit son fils, Bastian Baker, avec dessous en grosses lettres : premier concert à Paris, mardi 23 octobre à 20h30 (c'était il y a deux ans), au Réservoir, 15, Rue de la Forge royale. Bruno Kaltenbacher, ancien hockeyeur, est le papa du chanteur, ancien hockeyeur, dont la cote ne cesse de monter. Normal, il a du talent et il est parti pour durer.

Centre-ailier gauche, Bruno Kaltenbacher a été dans la lumière, comme professionnel, de 1979 à 1991. Il  l'est à nouveau, un peu et même passablement,  parce que son fils est dans l'actualité et  que le père l'a aussi été.  Sympa !  Et parce que quand est sur Google et que les touches écrivent Bruno Kaltenbacher, c'est Bastien Baker qui occupe presque tout l'écran et les pages qui suivent.    «A mon époque, il n'y avait pas internet », souligne fort à propos  le papa, qui a collectionné dans  des albums «Une collection à l'ancienne» rigole-t-il  tous  les articles de presse le concernant, des photos de sa vie de hockeyeur. Dans un carton, il en sort une qui se trouve comme par hasard au-dessus de la pile, prise beaucoup plus tard. Il pose aux côtés de la sublime Cindy Crawford et on y décèle une certaine fierté. « C'était à Crans-Montana, au tournoi de golf », précise-t-il.  Souvenir. Souvenir de veinard.

Le sport professionnel laisse des traces.  « Il use le corps. J'ai de l'arthrose partout où je me suis  cassé quelque chose», montre Bruno Kaltenbacher. « Le sport fait du bien, procure le bien-être,    mais seulement si  tu en pratiques un doux ; comme la natation (et encore…), ajoute-t-il. Ça ne l'empêche pas de participer parfois à des matches de gala. « Oui, c'est sympa, on revoit plein de copains, mais après je dois prendre des Voltaren midi et soir.» Parce que son corps n'a plus trop l'habitude et qu'il souffre du passé.  

Dans un vestiaire, Bruno Kaltenbacher était un animateur. «J'aimais faire le rigolo. J'ai un côté un  peu acteur. » Par le passé, il a joué de la guitare et chanté. «Je ne chantais pas bien, mais fort. » Il rigole. A- t-il transmit son côté artiste à son fils? Nul ne le sait. Nul ne le saura jamais. En revanche, Bastien devenu Baker a été un bon joueur de hockey – il a joué avec Martigny en 1 ère ligue et avec  les juniors élites du LHC, notamment -. Histoire de gênes. « Bastien a même été champion vaudois  de tennis en 2008. Il était R2. » Dernièrement, il a reçu deux récompenses aux Swiss Awards de la musique à Zurich. La pop/rock est aujourd'hui son domaine, qu'il sert avec talent et modestie.

Il a peu goûté à l'équipe de Suisse, très peu même. «Quand il y avait les camps en été, je préférais aller en vacances avec mes parents. J'ai fait ça deux ou trois fois ; après, on ne m'a plus convoqué.» Un regret ? « Oui, je regrette aujourd'hui ces choix. »

Depuis 1994, Bruno Kaltenbacher est patron d'un Sport Café « Le Zodiac », à Lausanne, lieu où on s'y sent  bien, endroit où on y mange bien. « Au début, ma clientèle était surtout composée de sportifs (footballeurs, hockeyeurs) mais depuis un certain nombre d'années, elle s'est étoffée (assureurs et avocats, médecins et ouvriers, etc). »  Au Zodiac, tout le monde parle le même langage et le patron est sympa. « Je suis un bon vivant, je profite de la vie et tous les jours je suis content de parler avec les clients, de faire des connaissances. » Dans un local repose plein de souvenirs - les maillots qu'il a portés – des photos encadrées ou reposant dans des cartons et plein d'autres choses dont il est fier. Bruno Kaltenbacher est un nostalgique qui se soigne. «J'ai vécu une période extraordinaire. Quel privilège d'avoir faire de ma passion mon métier. » 

Bruno Kaltenbacher est né le 10 avril 1961 à Kloten.

Avec Kloten, il a été 4 fois champion de Suisse, juniors-élite.

A joué à Lausanne (LHC), à Bienne, à FR Gottéron, à Ambri, à Martigny et à GE Servette (LNB).

Quiz

  01
sur
 

Article précédent Sylvain Freiholz - ancien sauteur à ski: « Il n'y a pas de tremplin qui se ressemble. » Article suivant Jose Sinval - ancien footballeur: l'artiste Sinval était fait pour le football