X

Recherches fréquentes

Cédric Grand, ancien champion de bobsleigh

TEXTE
22 décembre 2014

« Je suis un gros nounours sensible et fragile »
Quand il a mis fin à sa carrière sportive, après les JO de Vancouver de 2010, Cédric Grand a vécu une période difficile. Il s'est retrouvé au fond du trou. « On avait terminé 4 e en bob à 4 ; ça m'a fichu un coup au moral », dit-il. «S'il y avait eu une médaille, peut-être aurais-je encore continué une saison ou deux.» Au bénéfice d'un diplôme en électrotechnique (ET), le Genevois évoque le problème de la reconversion, qu'il juge dure. « Y penser, c'est bien ; le problème, c'est qu'on ne s'est pas quand on va s'arrêter. Entreprendre une formation, ça prend du temps ; dans le monde du bob, on est dans la Coupe du monde d'octobre à mars, le reste du temps, on s'entraîne, on est en stage. Cela n'est pas facile de trouver du temps pour autre chose. »

Quand sonne la retraite sportive, de très nombreux sportifs d'élite se retrouvent paumés et démunis. Cédric Grand a vécu ça. « En Suisse, le gros problème, c'est qu'il n'y a aucun suivi ; au niveau sportif, surtout psychologique. Ici, la réinsertion est compliquée. Nous sommes des assistés - cela est valable dans  pratiquement tous les sports -, nous sommes réglés pour faire une performance. Point. Et puis, un jour, on doit faire comme tout le monde. Ce n'est pas simple. »

Déstructuré, en perte d'équilibre dans tout, sans objectif « De surcroit, mon épouse était enceinte »,   Cédric Grand fit appel à un psychologue pour remettre certaines choses vitales en ordre et retrouver une certaine identité, une joie de vivre. En plein milieu de cette quête existentielle, le Genevois reçut un coup de fil d'un ami. « Cédric, serais-tu d'accord de travailler au SPA de l'Hôtel Kempinski ? » Cet ami était le représentant du propriétaire du lieu. « Depuis août 2010, année de son ouverture, je suis responsable de la partie fitness et sportive.» Son domaine, qui aussi sa culture. Il revit, il s'épanouit et il est heureux. « Je suis un gros nounours, fragile à l'intérieur, sensible et très émotif. » Il sourit, et on croit Cédric Grand sur parole.  

Cédric Grand et le...

…bob. Le Genevois a brillé en bob à 2 et en bob à 4. « J'ai toujours été fan, aimé ce sport. Avec mon papa, je le regardais à la TV. Le bob (avec d'autres sports) représente un des climats de notre pays. »  Auparavant, il a pratiqué l'athlétisme à un très bon niveau. «Sur 100 m, je valais 10''32, ce qui est un bon chrono en Suisse ; encore aujourd'hui. » Il a pratiqué l'athlé de 12 à 24 ans. «C'est un beau sport, rendu difficile surtout à cause des conditions météos. Pour le sprint, il faut qu'il fasse chaud. Pour les longues distances, c'est différent. »

En 1996, un ancien pilote, à la recherche d'un pousseur, le contacte. Une année après, Cédric Grand intègre le cadre national.  « Le bob à 4, c'est un travail d'équipe, le feeling et les sensations sont plus intéressantes qu'au bob à 2. En bob à 4, le numéro 2 et le numéro 3 poussent en latéral, puis ils vont s'aligner avec le pilote, qui ne bouge pas, qui aura poussé sur 15 mètres. Le numéro 2, lui, bouge très peu, le 3, un peu plus, en fonction des courbes. Le 4, le pousseur – il ne freine qu'à l'arrivée, jamais avant… - a un nombre de foulées à effectuer, surtout à respecter ; s'il va au-delà – une ou 2 foulées en trop - , il met en péril l'aérodynamisme du bob ; et la perte de vitesse y est sensible. Pour tout le monde, le travail est hyper technique. » 

Bob à 2 ou bob à 4 ? Quelle préférence ? « En bob à 2, quand on est champion du monde, on est le numéro 1. Le meilleur pousseur « fait » le bob à 2. C'est plus prestigieux. » 

Cédric Grand et le...

…culturisme. « J'ai toujours aimé « faire » de la musculation. Le bob, qui est un sport de vitesse, fait d'explosivité et de force, l'exigeait. » En manque de compétition « Je suis né avec », le Genevois à la recherche d'une hygiène de vie, d'objectifs, de régularité dans son bien-être, s'est alors orienté vers le body-building. Grâce à lui, il a retrouvé un équilibre au niveau de la discipline. « J'ai toujours aimé Schwarzenegger. » Le body ? «Il est mal vu par les gens à cause des produits qu'on lui associe. » Le body ? « C'est 10 fois plus dur 24 heures sur 24 que le bobsleigh et l'athlé. Tous les sports pratiqués au haut niveau sont mauvais pour la santé. Pourquoi ? Parce que le corps est poussé à l'extrême. »  Le body ? « C'est visuel ; la balance, ça ne veut rien dire. »

Quand il pratiquait le bob, Cédric Grand prenait 4 repas par jour. Aujourd'hui, c'est 8 repas (riche en protéine, pauvre en glucine). «C'est notre carburant, il est constitué de 3500 à 7000 calories. La prise de masse est dure (4 à 6% seulement de matière grasse). Je bois 4 à 5 litres d'eau, quotidiennement. Le rapport énergétique doit être suffisant.»

En pré-compétition, la vie devient monacale. Elle dure 4 à 5 mois. « On l'appelle « la sèche ». C'est zéro gramme de chocolat, plus de resto, on ne voit plus ses amis, etc. On doit monter en masse le plus proprement possible. La masse musculaire doit être compacte. C'est dur. On est seul à pouvoir comprendre ça. C'est de la pure folie. » Mais vous le voulez bien ? «Oui. » Ne faut-il pas être un peu maso pour vivre et supporter ça ? «C'est drôle ce que vous me dites là. C'est ce que me dit aussi ma femme. »

Palmarès

Cédric Grand est né le 14 janvier 1976 à Genève.

Ancien spécialiste de bobsleigh

A participé à 4 Jeux Olympiques.

JO de Nagano en 1998 : 4e en bob à 2 et 7e en bob à 4.

JO de Salt Lake City en 2002 : 4e en bob à 4.

JO de 2006 à Turin : 3e (médaille de bronze) en bob à 4 (pilote Martin Annen) et 8e en bob à 2.

JO de 2010 à Vancouver : 4e en bob à 2 et 6e en bob à 4.

Championnat du monde

4e en bob à 4 en 1999 et 4e en bob à 2 en 2000.

2e en bob à 2 en 2001 (avec Reto Götschi)

4e en 2005 en bob à 2 et 4e en bob à 4.

1er en 2007 en bob à 4 (pilote Ivo Rüegg)

1er en 2009 en bob à 2 (pilote Ivo Rüegg)

Championnat d'Europe

1er en 2006 en bob à 4 (pilote Martin Annen)

2e en 2010 en bob à 4 (pilote Ivo Rüegg)

ATHLETISME

Détient depuis 1999 le record de Suisse du 60m en 6''60.

CULTURISME

Vice-champion du monde amateur en 2013 (Budapest)

7e de Mister Univers amateur en 2014 (à Southport, Grande-Bretagne).

Vidéo

‪Cédric Grand, un Reportage de Canal Onex‬

Quiz

  01
sur
 

Article précédent Jean-François Regali, ancien hockeyeur Article suivant François Fiol, ancien boxeur