X

Recherches fréquentes

Michel Sauthier - ancien footballeur: « Je ne suis pas du tout nostalgique du Valais »

TEXTE
01 juillet 2014

Dans un resto de la Place du Bourg-de-Four, la plus ancienne de Genève située dans  le centre historique, écrin prisé et très fréquenté de la Cité de Calvin, Michel Sauthier avoue devant une brochette de poulet ne plus se reconnaître dans la vision qu'offre aujourd'hui et même depuis longtemps le sport en général. Parlant de la Coupe du monde de football au Brésil, le Valaisan n'arrive pas non plus à dissocier celle-ci du contexte social. «Pour les JO de Sotchi c'était pareil», ajoute-t-il.  « Je vis l'exploit sportif. Je ne porte aucun jugement sur lui. C'est l'environnement, l'ensemble des éléments et des circonstances l'entourant, qui me gênent. Pour moi, les JO de Lillehammer en 1994 ont été la parfaite illustration de ce que doit être véritablement le sport. Cette vision, je la vois et la défend. Non seulement, la Norvège est un pays du sport mais elle a   voulu dans la simplicité, dans son enthousiasme, ses passion défendre des vertus, garder une dimension humaine pour et dans cet ouvrage olympique. »

Portrait

Bien que résidant à Bernex depuis 2006, Michel Sauthier n'a pas perdu l'accent du Vieux Pays.  Quitter cette région bien vivante a-t-elle été difficile ? L'emménagement s'est-il révélé un peu compliqué ? «Non », répond-il du tac au tac. « Je ne suis pas du tout nostalgique du Valais. J'y retourne peu ; je n'ai pas de pied-à-terre. »  Pour lui, une page importante s'est tournée, il y a quelques années. Sa vie avec sa famille s'est poursuivie ailleurs, différente parce que le destin, encore lui, l'a voulu. « Le Valais ? J'ai vécu avec les valeurs de ce canton. Grâce au football, j'ai beaucoup voyagé. Très rapidement, je me suis rendu compte de la chance  que j'avais. Primo, de pratiquer un sport et d'en vivre. Secundo, d'habiter en Suisse. Quand on va à l'étranger et qu'on prend conscience de certaines choses ou réalités, qu'on ouvre les yeux, on se dit qu'ici, finalement, ce n'est pas si mal que ça. »

Depuis quelques années, Michel Sauthier  travaille à Genève. Son bureau se trouve à un jet de   pierre du resto où on se trouve. Le Valaisan est gestionnaire ressources humaines du  pouvoir judiciaire (tous les tribunaux du canton) de la République et Canton de Genève. En tout, cela représente environ 1000 personnes - magistrats, huissiers, secrétaires, etc -. Dans son travail, prenant et hyper varié, Michel Sauthier est entouré d'une dizaine de collaborateurs.

En septembre prochain, le Valaisan obtiendra le brevet fédéral de spécialiste en RH. Pour en     arriver là, il a bossé, bûché, sué,  suivi des cours du jour et du soir jamais faciles ; jonglé avec le quotidien constamment  comme il le faisait avec un ballon. Pour une destination très différente, aux trajectoires toutes plus incertaines les unes que les autres. Dans ses méandres, sa famille l'a beaucoup aidé et soutenu.

En vrac et dans le désordre, il a suivi la fac de droit à Genève (1995-1996), l'IDHEAP (Institut des hautes études en administration publique). En 2001, il a passé son CFC d'employé  de commerce. Michel Sauthier  a « fait » de la synergologie (langage corporel, niveau 1). Il a fréquenté l'IUKB (Institut universitaire Kurt Bösch) et l'IFAGE (fondation pour la formation des adultes).

C'est quand Michel Sauthier a quitté le monde du ballon rond qu'il a entrepris des études. «Au sortir de ma scolarité, j'ai été footballeur professionnel. Je n'ai pas fait d'apprentissage. J'ai tout entrepris à l'envers. Ça demande des efforts.»

Et quel résultat ! Avec la création de sa famille c'est sans doute sa victoire la plus belle.

L'homme tranquille

Alors footballeur, Michel Sauthier n'était pas intéressé par la gloriole. « Je ne me suis jamais mis en avant.» Question de personnalité, affaire d'éducation. « Je suis quelqu'un de plutôt réservé. J'aime une certaine tranquillité. Je la recherche. » Le fait de vivre à la campagne, entouré de sa famille, est une source d'équilibre.  « Le monde bouge, je comprends le stress des gens, je le côtoie aussi, mais ça ne me dérange pas ; comme si une routine s'était mise en place. » Reste qu'il a besoin de revoir les siens, rire et partager dans cette campagne genevoise belle et apaisante. Et encore protégée.

Palmarès

Michel Sauthier est né le 17 février 1966 à Sion.

A effectué toutes ses classes de footballeur au FC Sion.

Défenseur central puis arrière gauche.

A joué au FC Sion de 1985 à 1993, puis avec Servette de 1993 à 1995.

A disputé de très nombreux matches de Coupe d'Europe.

Une sélection officielle en équipe de Suisse - entraîneur Roy Hodgson (à Dubai contre les Emirats Arabes Unis, en janvier 1993). A souvent été dans le groupe suisse lors de campagne mondiale ou européenne).

A été champion de Suisse avec Sion en 1992 et avec Servette en 1994.

A gagné la Coupe de Suisse à deux reprises : avec Sion en 1986 et en 1991.

Est au bénéficie du diplôme d'instructeur ASF. Et expert Jeunesse & Sports.

De 1998 à 2001 a été responsable de la préformation au FC Sion. Puis a été entraîneur des M15 et des M18 du club sédunois. Sa mission s'est achevée en 2005.

A entraîné le FC Bulle (1ère ligue) lors de la saison 2005-2006.

A été secrétaire général d'UGS (Urania Genève Sport) de 2006 à 2009.

A entraîné une demi-saison UGS avec David Joye.

En 2008, a été deux mois entraîneur du FC Servette (en LNB) « avec Sébastien Founier qui faisait tout… »

Vidéo

Entretien avec Michel Sauthier (RTS)

Quiz

  01
sur
 

Article précédent Gilbert Castella (ancien footballeur) - « Gérard, mon frère, a toujours été un modèle » Article suivant David Orlando - ancien footballeur: « J'aime l'adrénaline de la fin de semaine »