X

Recherches fréquentes

Gianluca Mona, ancien grand gardien de hockey

TEXTE
26 janvier 2016

«Un gardien doit mieux patiner qu'un joueur de champ».  Gianluca Mona nous reçoit dans un des beaux salons de la Banque Lombard Odier & Cie SA à Lausanne. Depuis 2010, il y est gérant de fortunes. L'ancien grand portier est un homme classe. Dans ce lieu, le Léventin «Mon papa l'est aussi et ma maman est vaudoise. Je suis un vrai Suisse», est vraiment à sa place et son humilité est toujours la même : légendaire.

Pour l'équilibre et son bien-être, Gianluca Mona, dans son sport, n'a jamais été professionnel ; ou un ou deux mois seulement, pour voir et constater que ce statut n'était pas fait pour lui ; naturellement ou philosophiquement. En revanche sur la glace, celui de gardien s'est imposé mais pas tout de suite. «J'ai commencé le hockey tardivement à l'âge de 10 ans et deux ans plus tard, j'étais gardien.» Vous avez dit tardivement ? «Oui, mon fils à 7 ans et cela fait 3 ans qu'il joue au hockey sur glace. Pour se donner une chance, il faut commencer tôt. Personnellement, je pense que c'est trop tôt. Aujourd'hui, une carrière comme la mienne, avec son début tardif, n'est plus envisageable.»

Avant d'être gardien, Gianluca Mona a, durant deux ans, évolué comme défenseur avec les jeunes de Lugano. «Pour apprendre à bien patiner. Un gardien, souligne-t-il doit aussi bien patiner sinon mieux qu'un joueur de champ. On sous-estime cette qualité-là chez un portier qui doit être très fort dans ce domaine pour être hyper mobile et tonique, car il porte un double équipement par rapport à tous ses camarades.»

Comme beaucoup de jeunes, Gianluca Mona a rapidement été fasciné par l'habillement d'un gardien (grandes jambières, masque, grosses mitaines). Il a connu (et travaillé) avec  plusieurs entraîneurs de portiers : Alfio Molina (ancien immense gardien suisse), Vladislav Tretiak à Ambri – a joué 16 ans au CSKA Moscou de Moscou (1968-1984), international soviétique de 1968 à 1984, 10 fois champion du monde et 3 fois champion olympique -,  Dan Bouchard (il a joué en NHL) et Sébastien Beaulieu, entre autres (à Genève et à Lausanne). «Aujourd'hui, poursuit Gianluca Mona, je garde un bon souvenir de Tretiak (il est président de la Fédération de Russie de hockey sur glace). Mais à l'époque, il me faisait faire 250 fois le même exercice. Après 10 fois, je n'en pouvais plus, je pense que Vladislav le savait ou le  voyait, mais il continuait à me le faire exercer.»

Le milieu du hockey sur glace pour Gianluca Mona (cela est bien sûr valable pour d'autres sports) est une école de la vie extraordinaire. «On y apprend l'éducation, la rigueur, la discipline, la manière de gérer une multitude de situations, le stress, l'esprit d'équipe», pour ne parler que de ces éléments. Le sport te permet de développer des compétences qu'aucune école ou université, ni un master ne peuvent t'apprendre.» Les valeurs qui sont des compétences, transmises et apprises dans le sport, sont des atouts importants et souvent décisifs, à ne pas sous-estimer dans le monde professionnel. «D'ailleurs, affirme Gianluca Mona, les directeurs des RH cherchent de plus en plus des personnes qui les possèdent.»

Gianluca Mona et…

… Smartice.  Avec John Gobbi (actuel capitaine du LHC) et Paolo Duca (actuel capitaine d'Ambri), Gianluca Mona a repris, en novembre 2014, une société qui existait depuis 15 ans mais qui était en difficulté. «On essaye de lui redonner des couleurs», dit le Léventin.

Smartice propose un concept de patinoire utilisable toute l'année. Sa surface est synthétique. «Mais les sensations sont les mêmes que sur une vraie glace.» Les dimensions peuvent être très variables et il en existe aujourd'hui une centaine, en Suisse et ailleurs dans le monde. Le frère de Gianluca Mona, Nicola, est le président de Smartice. «Il est ingénieur en science des matériaux. C'était donc l'homme de la situation.» Fait rarissime : Gianluca Mona, John Gobbi et Paolo Duca ont tous trois fait leur classe junior à Ambri. «Et outre le fait que nous sommes trois Tessinois, on possède chacun un master en économie.» Ce fait est unique au monde.

Gianluca Mona et...

… une école de gardiens. En septembre 2010, avec Sébastien Beaulieu (son ancien entraîneur), Gianluca Mona crée une école de gardiens à Genève. «Nous avons fêté les 5 ans l'an dernier», se réjouit le Léventin qui ne donne aucun cours. «Je suis l'administrateur. Je m'occupe des finances.» Cette école s'appelle : Beaulieu Keeper Performance (BKP). Federico Tamo et Fabien Hecquet (des ex-gardiens), Sébastien Beaulieu, bien sûr, aidés de quelques juniors, en sont les instructeurs.

Palmarès

Gianluca Mona est né le 12 septembre 1979 à Zurich.

Ancien gardien de hockey sur glace.

A été junior au HC Lugano. Joueur, a ensuite disputé quelques matches avec le HC Bâle (1 ère ligue avec une ascension en LNB). A évolué avec FR Gottéron (LNA) de 2001 à 2006. Puis avec GE Servette (LNA) dès 2006 et durant trois saisons (a été finaliste du championnat de Suisse en 2008, défaite contre Zurich).  A joué avec le LHC (LNB, novembre 2009 à 2011.) En 2010, a perdu en finale contre Bienne, 7 e match et tirs au but (!). Met un terme à sa carrière (12 ans au plus haut niveau) en 2011.

A été à deux reprises international helvétique (2 matches contre l'Allemagne).

Quiz

  01
sur
 


Article précédent Laurent Meuwly, entraîneur athlétisme Article suivant Bernard Pasteris, ancien grand arbitre de basket