Ludivine Dufour, athlète | Coopération
X

Recherches fréquentes

Ludivine Dufour, athlète

27 décembre 2016

Ludivine Dufour : «Je suis une amoureuse de la vie.» Ludivine Dufour Bocion est une jeune femme étonnante. Une sportive tout-terrain et accomplie. Parce qu'elle est organisée - vu ses activités multiples, il vaut mieux l'être -, il n'y a pas de stress chez elle où alors il est invisible ; caché derrière sa personnalité, belle et attachante, affirmée. La citoyenne de La Vallée de Joux est une compétitrice.

Dans la discussion qui part dans tous les sens, elle dit : «J'ai recommencé la danse contemporaine. J'ai toujours aimé la création, je dois posséder un sens artistique. Ne suis-je pas Gémeaux ascendant Gémeaux ? J'avais d'ailleurs hésité entre le monde sportif et l'architecture. Mais si j'avais opté pour l'architecture j'aurais dû mettre une croix sur la compétition.» Elle avait 16 ou 18 ans. Et comme à 16 ans, soit un an, seulement, après avoir découvert la course à pied, elle termina première des 4km de Lausanne, il n'y avait plus d'hésitation possible. Ludivine Dufour se trouvait à un carrefour imaginaire, elle emprunta logiquement la route qui s'imposait. «J'ai alors découvert un monde d'émotions que seul le sport peut proposer. Que de rencontres aussi, et d'échanges, c'est un enrichissement culturel.» Le grand Markus Ryffel l'avait repérée. «Il m'avait dit : viens effectuer un  stage chez moi.» Je venais de La Vallée, j'étais à l'école, je gagnais des courses populaires.»

Sur le bitume, Ludivine Dufour a gagné un grand nombre de courses. «Les gens, précise-t-elle, me connaissent de la route. Je touche du bois, je n'ai jamais été blessée.» La gym a été sa première activité sportive. Elle a équilibré sa musculature, orienté le buste, ses postures. La Vaudoise a aussi pratiqué le roller, la natation, le ski de fond. «J'ai varié les terrains, ça aide. Génétiquement, j'ai de  bonnes dispositions. Même si je suis à l'écoute de mon corps, je me trouve vite dans l'extrême. La course à pied a été une dépendance. Suite à une remise en question, cela ne l'est plus. Je réfléchis beaucoup, pour tout ; je suis souvent dans la réflexion.» Et quand vous courez ? «La concentration est forte mais elle baigne dans le plaisir. Je suis capable d'écrire dans la tête puis de retranscrire sur le papier après.» Et d'ajouter, avec fermeté : «Cette concentration qui est extrême, est un barrage à la douleur. L'adrénaline supplante la douleur.»

Ludivine Dufour, maman de 2 enfants de 5 et 3 ans, vit à La Vallée-de-Joux «On a construit là-bas, il  y a 4 ans», et travaille à Lausanne. «Je fais les trajets en voiture tous les jours, c'est mon choix.» On évoque l'hiver et ses complications. «Les routes sont déblayées à 6h le matin. Et puis, il neige moins qu'avant.» Soit. A La Vallée, au Sentier, il y a un Centre sportif magnifique, qui se développe. Alors ? «Vous me demandez si je pourrais y travailler un jour ? Pourquoi pas, histoire d'être sur place…»

Ludivine Dufour et le hockey sur glace

Si la gym a donné corps à Ludivine Dufour, le hockey sur glace, sport d'hommes, l'a façonnée. «C'est ma 2ème famille.» Durant 10 ans, au tout début des années 2000, elle a assuré la préparation à la fois du Star Lausanne, alors en plein boum, et des juniors élites du LHC. Elle est au bénéfice d'un Master en science du sport (études à l'UNI de Lausanne et à Cologne, à la Haute Ecole du Sport), touchant à l'entraînement et à la préparation physique. Ludivine Dufour donne des cours au gymnase Auguste Piccard à Lausanne (son engagement est de 70%), hébergeant des classes spéciales pour artistes et sportifs d'élite. «Je travaille aussi au CSS (anciennement CASS), Centre Sport et Santé à l'UNIL-EPFL à raison de 5-6 heures fixes par semaine.» Le CSS est un pôle joignant la science et l'effort, au niveau de la préparation physique. Des footballeurs, des hockeyeurs, des nageurs, des personnes exerçant des professions libérales, des groupes de tout âge et de tout niveau (pour la forme et son entretien) pour ne citer que ces exemples, fréquentent le CSS.

Ludivine Dufour et l'effort maso

L'adrénaline, Ludivine Dufour l'a toujours eu en elle. «En fait, j'en ai besoin», avoue-t-elle. Elle aime l'effort. «J'aime le dépassement, me dépasser, c'est du masochisme. Je suis maso. Mais je suis dans le plaisir, je suis une joueuse, je veux gagner, j'aime gagner. A l'arrivée, je me suis souvent évanouie, j'ai même vomi.» Le ressenti, physique et mental, elle les a vécus. Dans son enseignement, il prend une part importante et le fait qu'elle soit une athlète d'élite porteuse d'un beau palmarès lui assure une grande crédibilité. On écoute, Ludivine Dufour et on la suit.

Soudain, elle se souvient, parlant de la gagne. «J'avais 15 ans, je participais à la Transjurassienne, aux 50km, qui est une course de ski de fond. Oui, je me rappelle que j'avais crisé sur le parcours.» Puis : «L'athlétisme a structuré ma vie, tout était en fonction de ça, aujourd'hui c'est un peu différent, mais le sport fait toujours partie de ma vie. Il le restera.» Elle court, elle court encore Ludivine Dufour. «Mais j'ai raccourci mes heures d'entraînement.»

Ludivine Dufour et les JO d'Athènes

En 2004, Ludivine Dufour avait la possibilité de participer aux JO d'Athènes, sur 5000m. Elle avait deux courses à faire, prévues deux ans avant. «Je me suis inscrite à la première, mais j'étais tellement stressée que je suis tombée dans les pommes.» Et la seconde? «Je ne l'ai pas faite.» Un regret ? «Non car courir aux JO n'a jamais été un rêve.» Elle en a un. Il se situe ailleurs. «Parfois, je me demande si j'ai bien fait de consacrer autant de temps et d'années à la compétition et ne pas arriver au top du top.» Franche, mais reconnaissante à jamais elle ajoute : «Mes parents m'ont suivi et m'ont soutenu, c'était extra mais s'ils m'avaient plus poussé…» Surtout qu'elle aime s'entraîner. «J'ai beaucoup fait toute seule.»

Palmarès

Ludivine Dufour est née le 28 mai 1980 au Sentier.

A gagné à 10 reprises les 10km de Lausanne.

A participé aux Universiades de cross en 2004 et en 2006.

A fait partie de l'équipe de Suisse (dans plusieurs catégories). A participé aux mondiaux de course de montagne en Lettonie.

A participé aux mondiaux de cross (long) en 2006. A participé au Weltklasse (1500m, 2005 et 2006).

A couru Morat-Fribourg en 1h05'.

A été championne de Suisse de duathlon U23. A gagné une fois le triathlon de Lausanne.

A gagné un Tour du Pays de Vaud et un du Pays de Genève. Est diplômée Swiss Olympic.

A gagné plusieurs centaines de courses.

Records personnels

10km route : 35'50'' (2008). 20km route : 1h18'43'' (2016). Semi-marathon : 1h21'39'' (2014). 5000m sur piste : 16'50''.

Quiz

  01
sur
 

Ludivine-Dufour


Article précédent Yves Platel, ancien grand nageur Article suivant Jean-Daniel Dätwyler, ancien grand skieur