François Aumas, ancien athlète, 400m haies | Coopération
X

Recherches fréquentes

François Aumas, ancien athlète, 400m haies

07 novembre 2017

François Aumas, en avance sur son époque et bien avec son temps. Au fil de la conversation, des souvenirs lui reviennent, des noms prennent place, des chronos resurgissent; les plus importants. François Aumas était un grand spécialiste du 400m haies et ses 49"92 réalisées il y a 43 ans (le 16 août 1974), énormes. Quand on lui dit qu'il était un athlète de la discipline en avance sur son époque, il répond, son humilité gênée, un café de midi fumant devant lui: "Non, vous êtes gentil de dire ça, je ne pense pas." Puis: "À l'époque, les camps d'entraînement n'existaient pas. Alors oui, si on part de ce constat, si on regarde ou on compare ce qui se fait aujourd'hui, c'était un super chrono."Dans sa serre intime, le Genevois se murmure qu'il aurait bien aimé s'entraîner différemment, bénéficier des infrastructures d'aujourd'hui, modernes, qui facilitent tout ou presque. Il aurait pu courir encore plus rapidement et chatouillé des sommets. Il s'offre ce rêve intérieur mérité, indémodable.

L'athlétisme lui est apparu après le ski. "Chez les cadets et les juniors, j'ai skié avec les espoirs interrégionaux pour le compte du Mont-Blanc, du club sportif Chamonix. Si j'étais un descendeur? Non, plutôt un slalomeur." François Aumas a touché un peu à tout. Alors à l'école il s'est qualifié pour les championnats de Suisse cadets au saut en hauteur. Puis, il a couru le 200m "C'était assez bien" et sur 400m. Plus tard, il y a ajouté des haies, pour compliquer l'exercice déjà si difficile. "Ça m'a tout de suite plu et l'aspect technique m'a séduit. J'ai éprouvé un sentiment que je n'avais pas trouvé sur le plat. Le nombre de foulées? "13 jusqu'à la 5e haie, puis 14, enfin 15 sur la fin." Perfectionniste, il a analysé ses courses, nombreuses, ici ou ailleurs; des réflexions l'ont interpellé et éveillé; réveillé. Souvent. Et même encore aujourd'hui. Après avoir couru bien ou moins bien, il se disait: j'aurais dû partir avec 13 foulées et passer à 15 en cours de route. "Mais c'est un peu tard, non?" François Aumas sourit. Longtemps, l'athlé a nourri sa vie. Il a entraîné des jeunes qui avaient un potentiel, Il reste attentif à son sport, malgré quelques paramètres gênants. Il suit la carrière de Lea Sprunger.  "Je la trouve fantastique. Elle peut être championne olympique et du monde. Je dis ça sérieusement." Il parle de ses foulées, longues, de ses fins de course, aborde l'aspect technique. "Elle est formidable."

Un second café arrive sur la table. François Aumas se souvient, raconte une petite anecdote qui, sur le moment, ne l'a pas été pour tout le monde. "Cela se passe en 1971, lors des championnats romands qui s'étaient disputés au Bout-du-Monde (à Champel). Dans la course, animée, il y avait notamment Jean-Michel Bourgeois du Lausanne-Sports. Alors que j'étais devant, je tombe à la dernière haie. Bourgeois gagne. Un athlète Suisse-allemand pose une réclamation, disant qu'il avait piétiné avant la 8e haie et que ça n'était pas normal, qu'elle était mal placée. Des gens lui ayant donné raison, le 400m haies a été recouru et là, je gagne."

François Aumas et le métier

Sa scolarité, François Aumas l'a faite à Genève. Il a en poche un BAC philo "J'étais bon nulle part", mais "J'ai été un bon étudiant à l'Uni." Il aimait ce qui avait trait au commerce et le Personnel management; aujourd'hui RH.

François Aumas a travaillé chez Nike, pour la société Coq sportif, dans le marketing. Puis à Palexpo, comme directeur du développement. Depuis quelques années, il est employé chez OTP News job s.à.r.l., à Genève (Organisation et Training Partners). Et, en parallèle, il occupe un bureau dans sa propre société Aumas Consulting, transition et gestion de carrière, coaching, spécialisé dans la réinsertion de cadres moyens et supérieurs. Il l'a créée en 2012." Je suis tout seul, précise-t-il, c'est la meilleure façon de ne pas avoir de frais. Je travaille beaucoup. À considérer la conjoncture actuelle et les problèmes qu'elle entraîne (hélas), il n'est pas difficile de trouver des clients. Où je me trouve le plus souvent? Chez OTP, qui emploie plusieurs consultants."

En face de lui, il y a des gens qui cherchent ou recherchent un travail, parce qu'ils ont été licenciés, victimes d'une restructuration, pour ne parler que de ce motif. François Aumas, qui sait ce que veut dire un licenciement et les souffrances qu'il entraîne, met à leurs services ses connaissances humaines et ses aptitudes psychologiques. "J'ai également en face de moi des groupes de personnes (ateliers de formation). Il y a une technique, un processus à adopter. Le fait d'avoir été un ancien sportif m'aide et je transmets tout ce que j'ai appris: la pensée positive, des valeurs, la persévérance, le surpassement de soi. La première entrevue est toujours importante. Elle décide de beaucoup de choses, favorables ou pas."

Tous les jours, François Aumas vit dans le positif. Il rencontre des personnes jamais pareilles et une de ses devises est : reculer pour mieux sauter. Dans la mesure où la société ne reconnaît que celui ou celle qui travaille, il vaut mieux entreprendre un pas en arrière, même momentané, que pas de pas du tout.

Le sport a changé l'existence de François Aumas. Les émotions et ses sensations, qu'on ne rencontre ou ne vit nulle part ailleurs, l'adrénaline ont été un sacré moteur pour lui. Aujourd'hui, il pourrait, François Aumas, la soixantaine sereine et épanouie, arrêter de travailler. "Le travail me maintient en forme et grâce à lui, aux rencontres nourrissantes, je n'ai pas le temps de gamberger." Le travail lui apporte de la joie, de l'enthousiasme, communicatif.

Pourtant, son café bu, il annonce: "Je pense malgré tout mettre un terme à ma vie professionnelle quand j'aurai 70 ans."

Palmarès

François Aumas est né le 23 janvier 1950 à Genève.

Français devenu citoyen suisse "En 1970 ou 1971."

Athlète. Sa spécialité, le 400m haies.

Record personnel: 49"92, meilleur chrono romand de tous les temps (record de Suisse toujours détenu par Marcel Schelbert, 48"13, depuis le 28.8.1999).

En 1977, il a couru le 400m haies, sous la pluie lors du 1er meeting de Vidy, devenu Athletissima. "J'en garde un souvenir fantastique même si je n'avais pas été content de ma course."

A remporté 3 titres de champion de Suisse, sur 400m haies.

A disputé la Coupe d'Europe, avec l'équipe de Suisse.

A été champion romand à plusieurs reprises.

A participé aux Européens de Rome en 1974.

Aurait pu ou dû se rendre aux JO de Montréal en 1976, mais une mononucléose survenue l'année précédente, l'a privé de se rendez-vous.

A été champion universitaire américain en athlétisme avec l'UNI Arizona State en 1977. "Toutes les universités américaines sont présentes dans ce championnat."

Quiz

  01
sur
 

Article précédent Yoann Kongolo, champion de boxe Article suivant Thierry Bolle, Ancien champion cycliste