X

Recherches fréquentes

John Gobbi, ancien grand hockeyeur, aujourd'hui directeur au LHC

TEXTE
26 juin 2018

Des chiffres et des lettres chez John Gobbi. Quand il a rangé ses patins au terme de la saison dernière, John Gobbi, 36 ans, n'a demandé aucune faveur au LHC, son dernier club, qu'il a servi avec toute sa classe d'homme et de hockeyeur. À considérer son parcours et ses atouts intellectuels - il est détenteur d'un Bachelor en gestion d'entreprise et d'un Master (comptabilité et finances), on savait (plus ou moins) qu'il ne quitterait pas Lausanne, que le LHC se positionnerait pour le garder en son sein. Si le joueur était un défenseur, le club, lui, s'est montré offensif, ses dirigeants aussi, avec une vision périphérique de l'avenir.

Depuis quelques semaines, John Gobbi est directeur administratif et financier du LHC. "C'est un poste qui a été crée", dit-il, dans son bureau où le portable n'a pas encore sonné. Il est tôt. Soir l'heure du premier café, ou du verre d'eau pour dicter, lancer ou éclairer la journée. "Je vis un autre rythme. J'ai toujours aimé me lever de bonne heure. Les heures défilent plus rapidement qu'avant, mais les journées sont plus longues." Durant très longtemps, il a vécu au rythme des entraînements - qui furent de plus en plus intenses au fil des ans -, de la récupération (de plus en plus nécessaire avec l'âge même si l'âge c'est un puis 2 chiffres) et des matches et tout ce qui gravite autour, la rapidité du jeu, grandissante, spectaculaire imprimée au fil des saisons. "Aujourd'hui la vitesse, voire l'engagement physique en LNB même en 1ère Ligue, est supérieure à celle de la finale des JO de Nagano en 1998."

Les chiffres, pour John Gobbi, ont toujours occupé une place importante dans sa vie. Au gré des années et surtout maintenant, ils sont devenus son monde. "J'étais
très fort en mathématiques", dit-il. Humble de nature, il rectifie. "J'étais meilleur en maths que dans les autres branches classiques, Au collège, poursuit-il, j'avais des aptitudes dans ce domaine, pour la comptabilité, l'économie." À l'UNI, à Genève ou alors à Lausanne -institution qu'il a quittée en 2011 -John Gobbi y a forgé quelques amitiés. Des vraies qui incitent aux retrouvailles. Les études servent aussi à ça, à en nouer sans calculs.

En 2015 et durant quelques années il a travaillé dans une fiduciaire, parallèlement au hockey dont il a été un immense serviteur. "J'y ai suivi une formation, ce travail
m'a permis aussi de m'occuper (intelligemment, pour une reconversion aboutie et comment). Pour mon équilibre, souligne-t-il, il était également important que je ne fasse pas que du hockey."

Smartice

John Gobbi a fondé une carrosserie à Genève. "Il s'agit d'une petite structure avec 3 employés." C'est un de ses copains qui la gère. Au Tessin, il a aussi mis en route une société Smartice qui n'est pas qu'un produit mais une innovation extraordinaire de haute qualité, simple mais géniale. Smartice est le nouveau concept de patinoires synthétiques. "Écologiquement, c'est la glace populaire et du futur. Avec une glace normale, assure l'expert John Gobbi il existe peu de différence. Le coût énergétique est moindre, les autres coûts sont mineurs. Le côté ludique est intéressant. On peut l'installer partout et jouer au hockey toute l'année. C'est aussi, espère-t-il un moyen d'amener les jeunes à s'y intéresser. En Suisse, le hockey recense peu de licenciés, par rapport à d'autres sports."

Au Tessin, toujours, John Gobbi, avec l'aide de quelques camarades, a mis sur pied, ou sur patins, une académie de hockey. "J'ai reçu beaucoup de ce sport, il est donc normal que je redistribue aux jeunes ce qu'il m'a donné."

John Gobbi le dit et l'a déclaré: il aurait souhaité mettre fin à sa carrière autrement. Entendez par-là: au terme d'une série de play-off pour le titre. Or, le LHC, la saison dernière a été embarqué dans le tour contre la relégation, toujours frustrant, moins élégant. Le club lausannois s'en est sorti. "J'ai arrêté au bon moment, je ne voulais pas faire la saison de trop. Aurais-je aussi dit stop si le LHC avait joué pour le titre? Oui."

En LN, John Gobbi affiche environ 900 matches à son compteur. C'est énorme. "J'ai eu la chance d'être rarement blessé." La conséquence d'une écoute de son corps à l'envi, d'une hygiène de vie impeccable, d'un professionnalisme pointu toujours là et en alerte. Durant les 4 dernières saisons au LHC il a été capitaine. "C'est un signe de reconnaissance, ça donne des responsabilités." Le capitaine est le représentant d'un groupe dans son entier. Il doit prendre la parole, motiver ses camarades, parfois leur rappeler qu'ils doivent garder les pieds (ou les patins) sur terre (ou sur la glace). Un travail de gestion pour un bon équilibre. John Gobbi a de la personnalité. John Gobbi est une belle personne.

Aider les joueurs dans leur reconversion

John Gobbi est en train de développer un projet qui lui tient à cœur: aider les joueurs de hockey dans leur reconversion. "Quand un joueur décide de mettre un terme à sa carrière, il vit une étape de sa vie pas simple." Il y a des joueurs qui l'a prépare, cette reconversion, d'autres pas, ce qui peut les entraîner dans la complication, engendrer de graves problèmes. Car, en Suisse, si beaucoup vivent confortablement du hockey sur le moment, la suite ne le permet pas ou alors pas longtemps. " Je suis sensible à cette problématique. Il faut mettre en place un protocole. Je suis déjà en discussion avec des entreprises, avec le politique (notamment). J'aimerais, aussi, que ce projet s'étende à d'autres sportifs que les hockeyeurs."

La politique

Son cousin, Norman Gobbi est Conseiller d'Etat au Tessin. C'est un homme apprécié dans ce Canton. John Gobbi et la politique? (Il sourit). " Mon intérêt, pour la politique, n'est pas aussi grand que celui porté par mon cousin. Si je devais choisir un parti? Je ne sais pas, je préfère les idées aux partis." Mais encore. "PLR, oui peut-être PLR, un parti de droite. La politique peut faire changer des choses."

John Gobbi a été international suisse à 45 reprises. "Jouer avec l'équipe nationale a développé mon jeu de hockey." Dans son sport, il a appris la discipline, le travail en équipe, le partage et la solidarité, à avoir objectifs. "Tout ça, souligne-t-il fortement représente une plus-value pour la vie d'après, le monde d'après. Si tu travailles fort, tu as une chance de réussir. C'est j'y arrive ou j'y arrive pas. L'important, c'est de ne pas avoir de regret. Dans la vie, il vaut mieux avoir des remords que des regrets."

Palmarès

John Gobbi est né le 25 septembre 1981 à Faido (Tessin).

Ancien hockeyeur. Défenseur.

A été à 45 reprises international suisse. A participé aux Mondiaux de 2011 (3 matches). Sa carrière pro a duré 20 ans (1998-2018).

A commencé sa vie de hockeyeur avec Ambri-Piotta. Y a joué en LNA dès 1998. Puis a évolué avec le HC Sierre. Retour au Tessin (jusqu'en 2001).

A joué ensuite avec le LHC en LNB (2000-2001). John Gobbi retourne au Tessin en 2001 (LNA) puis s'en va à Sierre et retrouve Ambri (jusqu'en 2004).

Il quitte le Tessin pour aller jouer avec Genève-Servette (2004-2011). Il joue avec Zurich (2011-2013) puis avec le LHC (2014-2018) après un détour à Ambri. Avec Lausanne, il a été capitaine lors de ses 4 dernières saisons.

Quiz

  01
sur
 

Entretien avec John Gobbi, jeune retraité

Gobbi fait une surprise à un jeune fan du LHC


Article précédent Joseph Mucaria, ancien champion de boxe Article suivant Michel Patry, ancien champion de saut en hauteur