X

Recherches fréquentes

Christophe Huybrechts , l'amoureux du vélo

25 juillet 2019

 

Dans l'eau, à vélo ou dans ses courses, Christophe Huybrechts, 49 ans et proche du demi-siècle "Je préfère demi-siècle à 50 ans parce que ça résonne mieux" n'a jamais été dans le calcul plutôt dans l'énergie transmise et l'endurance affirmée. "Je suis un sportif populaire, le chrono, les classements ne m'intéressent pas. Dans l'exigence je suis un "casque à boulons", dans mon travail de tous les jours, aussi. Je mise tout sur mon capital-santé." 

Quand on demande à Christophe Huybrechts de nous indiquer son meilleur chrono au marathon de New-York, il répond: "42,195km" (distance de la course). Il sourit et ajoute: "Je n'arrête pas de faire des photos, c'est tellement génial. J'adore faire des photos. La photographie est une de mes passions, avec le sport et les voyages. Oui, je suis gâté, la vie me gâte. "À vélo, il a couru les classiques belges, il a roulé dans la trouée ou tranchée d'Arenberg (Paris-Roubaix) et ses pavés. Un peu partout, en fait. "En 2017, pour les 50 ans de la disparition de Tom Simpson mort au Mont-Ventoux, j'ai gravi le col à vélo avec le maillot Peugeot. C'était son équipe." Partout il a roulé là où les légendes sont passées. "Avec le vélo, tu peux aller sur des routes mythiques, goûter aux pavés et vivre, à ton rythme, l'effort qui a été le leur, les sensations, voire les douleurs qu'elles ont ressenties. Voyager à vélo, c'est une belle ouverture vers le monde."

Merckx est son idole

Son idole? C'est Eddy Merckx. "Il y a deux ans, je l'ai croisé au Tour des Flandres. J'avais sur moi le maillot de la Faema (machines à café) qui a été une des équipes de Merckx. Il m'a dit: tu sais ce que veut dire Faema? Fais attention, Eddy Merckx arrive." Christophe Huybrechts a une fille Estelle, 21 ans, et un fils, prénommé Axel. "Comme le fils d'Eddy. Axel a été champion de Belgique en 2000 et mon fils est né en 2000." Au début de juillet, il était à Bruxelles, au départ du Tour de France. Et il se devait d'y être. "Il y a 50 ans, Eddy Merckx gagnait son premier Tour de France. Je ne pouvais pas manquer ça. La légende Eddy était bien sûr présent. Ça a été un jour formidable." 

Au niveau professionnel, Christophe Huybrechts s'est construit un réseau solide, son parcours étant sacrément riche, surtout varié. Dans un ordre chronologique imparfait, il a travaillé à l'UEFA, a été durant 8 ans chef du service des sports et des manifestations de la ville de Nyon et en a passé 2 au service des sports de la ville de Lausanne en tant que responsable des manifestations et activités sportives. "Mais j'ai commencé dans le monde bancaire, dans la gestion de projets. J'ai fait, également, l'école de police à Genève, j'ai passé deux ans dans les rues." Dans le monde du triathlon, par exemple, il est connu comme le loup blanc. N'occupe-a-t-il pas encore des fonctions, comme bénévoles? Il a servi, et sert aussi, dans d'autres univers. Où l'on reparle de réseaux. "Tiens, nous nous sommes déjà vu quelque part", me dit-on souvent. Je ne suis pas un spécialiste mais un généraliste. Le travail dans le sport ce n'est pas un travail mais une passion. D'ailleurs, je suis en "vacances" toute l'année."

Direction La Vaudoise Aréna

Quand il a été contacté pour le poste de directeur de la Vaudoise aréna à Lausanne -superbe nouveau centre multisports sis à Malley, avec le hockey sur glace, le tennis de table, la natation et l'escrime-, Christophe Huybrechts a, sans aucune hésitation, dit oui. Il y a eu une dizaine de candidats. Son parcours, reconnu et apprécié a parlé pour lui. 

En quoi consiste vos fonctions, on les imagine multiple, en tant que directeur de la Vaudoise aréna?
Mon rôle est de gérer et d'animer le Centre multisports; son côté institutionnel, en entier. Il y a la sécurité, ce domaine est très important, le marketing, les finances, le management, etc. La Vaudoise aréna sera le centre du LHC, et de nombreux clubs sportifs, il y aura aussi les écoles et le public. Cela représente du monde. 

Combien de personnes travaillent à vos côtés?
À ce jour, plus de 20 personnes sont avec moi, En janvier 2021, avec l'ouverture de la piscine, nous serons environ 40. Le bassin olympique de 50m pourra être modulé en 2x25m. Il sera ouvert à la natation élite et à la natation sport-santé. L'endroit fera aussi la part belle au plongeon. Dans ce lieu aquatique il y aura toutes les catégories de la population, qu'il faudra gérer au mieux, dans le but de contenter tout le monde. L'ensemble des planifications sera fait de manière intelligente et collégiale. Le sport n'a pas de frontière, même si chaque commune a une politique sportive différente.

Un site très occupé

La Vaudoise aréna sera un lieu très occupé avec de nombreuses manifestations sportives et culturelles...
...En janvier prochain, il y aura les JOJ Lausanne 2020, puis les championnats du monde de hockey et les mondiaux de pétanque. Sans oublier Art on Ice et le Ballet Béjart Lausanne. Grâce à la société AEG (Anschutz Entertainment Group)-un poids lourd du divertissement international, le LHC a conclu un partenariat avec elle-, une cinquantaine d'événements (musique, sport, divertissements) sont prévus à Malley (certains artistes sous contrat avec AEG, en tournées, feront halte à Lausanne). Le site sera bien occupé. Aujourd'hui, ce business est incontournable. Le show se doit d'être sportif et culturel.

Quelle est la capacité de la Vaudoise aréna?
Pour le hockey sur glace, 9600 places. On peut augmenter cette capacité, selon l'événement ou en fonction de lui.

Est-ce vous qui recevez les demandes pour un événement à la Vaudoise aréna?
Toutes les demandes passent par le CSM (Centre sportif de Malley, société d'exploitation). A noter que cette appellation disparaitra prochainement au profit de la Vaudoise aréna. Notre mission est d'orchestrer les demandes et les besoins de chacun. La famille du sport est forte de différents niveaux. Il faut savoir que 75% des gens pratiquent un sport hors club. Il faut aussi penser à eux. Il faut travailler ensemble, se réinventer, s'améliorer, pour le bien commun

La Vaudoise aréna sera aussi un laboratoire...
...Ce Centre sportif est orienté vers le futur avec de nouvelles technologies. Il sera un lieu pour en tester certaines liées au sport, en étroite collaboration avec l'EPFL.

Un poste exposé

Dans l'histoire encore à écrire, vous resterez comme le 1er directeur de la Vaudoise aréna. En ressentez-vous un effet?
J'avoue un brin de fierté, en fait dans tout ce que j'ai fait jusqu'à maintenant, mais je suis avant tout le capitaine d'une équipe fantastique. Je ne chasse rien. J'ai la passion majuscule du sport, un fou amoureux ou un amoureux fou, un serviteur et un sportif épicurien. 

Mais ce poste est exposé...
...Oui, je sais ça, comme tous les postes à responsabilités. Je suis là pour dire aussi: "Tout va bien se passer, il y a toujours l'une solution à un problème."

Quand recevrez-vous le permis d'exploiter la Vaudoise aréna?
Nous recevrons les clés et le permis le 20 septembre au matin. L'entreprise générale nous cédera alors le bâtiment.

Que redoutez-vous le plus? D'où peuvent venir les problèmes?
Nous n'avons que de bons problèmes, de riche fondamentalement. On met tout en place pour gérer toutes les planifications. Au début, il manquera peut-être certaines choses, et certainement même. Il y aura, comme partout, des erreurs de jeunesse, à corriger. Mais tout va bien se passer. Je dois gérer les priorités. Le 24 septembre, le LHC jouera son premier match de championnat ici (contre GE Servette). Des choses se passeront après, qu'il faudra gérer dans l'instant.

La piscine en 2021

Et la piscine?
Elle sera opérationnelle en janvier 2021. Nous recevrons les clés en octobre 2020.

En quelques mots, comment vous définiriez-vous?
Je suis exigeant, envers moi aussi (surtout?), j'aime les choses bien faites, j'aime la qualité. Je suis quelqu'un de spontané, à l'écoute et hyper organisé.

À considérer toutes vos activités, les journées ne sont-elles pas trop courtes?
Une journée a 24 heures, plus la nuit (il sourit). On est de passage, la vie est courte, il faut la vivre intensément, avec un maximum d'expériences. Mes valeurs de base: la famille, le sport, le plaisir, la découverte. 

Préférez-vous le jour où la nuit?
Le jour, parce qu'il y a plein de choses à découvrir le jour: par exemple, un lever du soleil et son coucher. Il y a, aussi, des défis professionnels extraordinaires à relever. Si, si, j'ai des défauts. L'exigence en est un et tout dépend où on place le curseur.

Des frites à Bora Bora

Vouloir rester dans le monde du sport, à son contact en permanence, est-ce une obsession?
Non, le sport pour moi représente une passion indescriptible. Le sport engendre tellement d'émotions. Je suis pro dans ce monde depuis 15 ans. Ma formation est continue. Il y a quelques semaines, n'ai-je pas obtenu mon 4e CAS à l'UNI (qui est un certificat d'études avancées) en leadership et pilotage du sport?

Quel métier n'auriez-vous pas pu exercer?
Un métier où on est assis toute la journée dans un bureau, sans contact avec les gens, avec l'extérieur. Dans un laboratoire de recherches, par exemple.

Avez-vous un rêve?
Je rêve de construire une baraque à frites à Bora-Bora et de pouvoir organiser sur cette île de Polynésie des activités sportives (rires).

Palmarès

  • Christophe Huybrechts est né le 26 novembre 1969 à Genève.
  • D'origine belge, il a obtenu la nationalité suisse à l'âge de 12 ans.
  • Il a joué au football avec le FC Grand-Saconnex. Il y a fait ses classes et a évolué en 3e ligue (gardien, puis centre-demi, centre-avant, enfin stopper dans l'axe.)
  • En parallèle, il a pratiqué le vélo.
  • Premier triathlon en 1991. Un Ironman en 2002, à Zurich.
  • A participé à plusieurs reprises à de très nombreux triathlons en Suisse-romande: Genève, Neuchâtel, Lausanne. Sion, Aubonne, Vevey, Nyon, etc.
  • A couru une quinzaine de marathons: Londres, Paris, Berlin, Bruxelles, Barcelone, 
  • etc, dont 4 fois celui de New-York.
  • A vélo, il a effectué la traversée des Etats-Unis et en VTT le désert du Hogar, etc.
  • En 2018, à vélo et en solitaire, il a effectué le trajet Porto-Lisbonne en 3 jours et demi. Et cette année-là, il a "fait" 6 fois le Mont Ventoux. 
  • En 2018, à vélo toujours, il a gravi 201 cols, dont 18 à plus de 2000m d'altitude.
  • A son actif, il a participé à 33 reprises à la Course de l'Escalade à Genève, pour être précis, 33 fois d'affilée. Couvrant une fois les 7,250km en 26 minutes et quelques...
  • Est au bénéfice d'un master en management du sport.
  • A créé en 1998 la Classique genevoise cycliste.
  • Durant 11 ans, a été président de l'Association suisse des managers du sport.
  • Est Vice-président de Sportcity, congrès du sport suisse et également président de la commission scientifique.
  • A travaillé à la Fédération de suisse de triathlon, comme bénévole.
  • En août de cette année, il sera chef de presse des Mondiaux de triathlon, qui auront lieu à Lausanne.
  • Il est bénévole à la Course de l'Escalade et au Lausanne Marathon (à l'arrivée).

 

Retour au blog