X

Recherches fréquentes

Corinne Simasotchi

18 juillet 2019

 

Elle court, elle court encore, Corinne Simasotchi. Ses journées sont denses - ne donne-t-elle pas, entre autres activités, des cours de zumba à des dames d'un certain âge, dans le cadre du mouvement des aînés, à Lausanne et à Morges? -, très variées et enrichissantes. "Je suis coordinatrice de sport et coach", dit-elle. "J'ai suivi une formation à Macolin." Elle travaille pour la commune de Préverenges. "J'ai deux mandats avec cette commune (proche de Morges): "Préverenges bouge" et "Ma récré bouge", soit des animations pendant la récréation. Les enfants âgés de 4 à 12 ans sont concernés par elles. J'aime les récréations." Les communes voisines, Denges, Echandens et Lonay sont aussi associées à ces cours d'activités physiques en plein air.

Lumineuse dans la vie

Le sport est son dada. La gym, Corinne Simasotchi a aimé en faire, parce qu'il y avait le saut en longueur, le sprint, entre autres. "Jusqu'à 14 ans j'ai pratiqué l'athlétisme et la gym, à Vevey-Ancienne, société fondée en 1855; puis j'ai bifurqué sur l'athlé et j'ai eu raison." Elle sourit, lumineuse, elle a 48 ans et s'en étonne presque. Déjà, pourrait-elle se dire, naturelle et spontanée. Un âge qu'elle avoue, qu'elle ne fait pas. Et dans la discussion, elle opère un détour, confesse, se projette en 2021. "Mon objectif pour mes 50 ans - elle en rêve car ses yeux brillent d'un éclat particulier-, c'est de surfer sur une belle et longue vague en longboard (planche)." La plus naturelle possible, il  va sans dire, pour un bonheur maximal. À Biarritz?

Corinne Simasotchi est une fan de l'heptathlon. Pourtant très l'aise dans un certain nombre de disciplines elle n'a pas tenté l'aventure. "Si j'ai eu de bons entraîneurs, le problème est venu de moi: je n'aimais pas trop les lancers." Aux jeunes qu'elle côtoie, elle leur dit: "Choisis une discipline mais il faut en faire d'autres à côté pour le développement et la mobilité du corps, la gestuelle et son équilibre." Corinne Simasotchi est une mordue de statistiques. Chez un jeune qui choisit une longue distance, elle cherche à savoir ce qu'il peut devenir plus tard, avec des chiffres et des performances à l'appui. Une façon de comprendre et de l'orienter; un travail d'approche destiné à offrir ce qu'il y a de mieux pour lui ou pour elle. C'est le chemin qui est important, pas le but.

Tombée dans la marmitte

Son papa est né à la Martinique. Après un périple qui lui a fait connaître Nice, Paris, Neuchâtel, il pose ses bagages à Vevey, ville en Fête où il fait la connaissance de sa future femme. "Ça fait 50 ans qu'ils sont ensemble, c'est beau, non?", s'exclame Corinne Simasotchi, admiratrice. "Papa a fait de l'athlé au CARE de Vevey: sprint et 800m. Il a aussi participé à Morat-Fribourg. Maman, elle, a fait de la gym." Normal si leur fille les a suivis, tombée dans la marmite du sport, l'école de la vie. La plus belle.

Pourquoi le 400m est-il devenu votre distance préférentielle...
...Mon premier 400m individuel, je l'ai couru en 1993. J'avais 22 ans. Comme je me blessais trop souvent sur 100 et 200m, j'ai essayé le tour de piste et ça m'a tout de suite plu. L'année suivante je me suis qualifiée pour les CE (championnats d'Europe). Au relais 4x400m, j'étais remplaçante. Avec nous, il y avait Anita Protti. 

Aux JO d'Atlanta, vous avez couru dans la 7e série du 400m où il y avait une certaine  Cathy Freeman qui, plus tard en finale, a terminé 2e, derrière Marie-Josée Pérec.
Oui, et nous nous sommes revues en 2000 à Athletissima, sur 400m toujours, mon dernier meeting à Lausanne. Quelques semaines plus tard, aux JO de Sydney, Cathy Freeman devenait championne olympique. Quelle formidable athlète. 

Vous n'étiez pas à Sydney...
...Non, je m'étais blessée au tendon d'Achille des deux jambes. D'ailleurs j'ai toujours des douleurs, surtout après un footing. Je cours, je pratique d'autres sports ne serait-ce que pour mon bien-être, entretenir la forme et mon corps.

Active au Stade-Lausanne

Au Stade-Lausanne athlétisme, vous entraînez les jeunes.
Oui, j'y suis depuis 2015. J'ai entraîné les U10, U12 et les U14. Aujourd'hui, je suis les U16, une catégorie dans laquelle se trouvent mes enfants. J'ai une fille et un garçon. Ils sont jumeaux et ont 15 ans. Mon fils est bon en endurance, il fait aussi du sprint et le saut en longueur. Ma fille est douée dans plusieurs disciplines. Son frère est aussi à l'aise que sa sœur. Cette diversification est recommandée pour une meilleure expression du haut et du bas du corps et à leur développement, Elle sert à préparer la suite, à la solidifier. Cette pratique de plusieurs disciplines doit se faire jusqu'à l'âge de 18 ans.

Quel apprentissage avez-vous effectué?
J'ai un CFC de décoratrice-étalagiste. J'ai travaillé pour des grandes chaînes. J'ai arrêté ce métier en 2000. Si ça m'a plu? (Corinne Simasotchi fait la moue). J'ai été plus tard coach dans un fitness dans le cadre de l'UNIL. Après mon apprentissage, je suis partie 6 mois aux Etats-Unis. De retour en Suisse, j'ai battu mes records personnels sur 100 et 200m.

Peut-on concilier un apprentissage, des études, un travail avec le sport de haut niveau?
Non, très difficilement, mais il y a des exceptions. En ce qui me concerne, j'étais moins performante quand je travaillais: la faute à la fatigue et à une récupération pas maximale. C'est 20 plus tard que j'ai compris ça, que le haut niveau, y parvenir ou durer, ne permet pas ça.

Réunir les ados et les séniors?

Quel autre métier auriez-vous voulu exercer?
Enseignante, un métier dans le sport. Je suis positive, spontanée, à l'aise. J'aime partager. Mon idée? C'est réunir les ados et les aînés, pour un travail en commun. 
En France dans certains lieux, les aînés se retrouvent en cantine scolaire avec des jeunes. Ils mangent ensemble, il y a des échanges. Je trouve ça hyper intéressant.
 
Indoor ou outdoor? Où allait votre préférence?
Courir dehors, à l'air libre, il n'y a pas photo. Mais courir en salle à Macolin, sur la piste en bois, le 200 et le 400m (par exemple), c'est unique au monde. Ça tape et 
ça fait du bruit. Dans ma mémoire, ça tape et ça résonne toujours.

Palmarès

  • Corinne Simasotchi est née le 11 juin 1971 à Vevey.
  • Ancienne athlète. 400m. 
  • Sa carrière au plus haut niveau a duré 8 ans (1992-2000).
  • A participé aux JO d'Atlanta en 1996 (6e du 400m, 7e série, en 53"69). 
  • A été championne de Suisse "16 ou 17 fois", relais y compris.
  • En 1985, chez les U16, a été championne de Suisse du 100, du 200 et du 4x100m.
  • Rebelote en 1987, avec en plus le 100m haies.
  • A remporté plusieurs titres en salle. Est montée sur de nombreux podiums.
  • A remporté de nombreuses autres courses lors de meetings en Suisse et à l'étranger. 
  • A participé à 8 Coupe d'Europe avec l'équipe nationale.

RECORDS PERSONNELS

  • 100m en 11"58 (1998). 200m en 23"60 (1996). 400m en 51"86 (15 juin 1996 à Genève).

 

Retour au blog