X

Recherches fréquentes

Guillaume Rousée, Ostéopathe CDS-GDK

11 avril 2019

 

"On intervient sur ce qu'on ne voit pas". L'ostéopathie est une médecine, née au XIXe siècle aux Etats-Unis, en réaction à la médecine classique de l'époque. L'ostéopathie est une approche thérapeutique non conventionnelle. Elle repose sur l'idée que les manipulations manuelles du système musculo-squelettique et des techniques de relâchement myofascial permettent d'apporter un soulagement dans le domaine du trouble fonctionnel.

Guillaume Rousée est ostéopathe. "Au départ, je suis physio", précise-t-il. "Après, je suis devenu ostéopathe, diplômé CDS, reconnu par les assurances, en France et en Suisse." CDS? Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé. "L'ostéopathie doit son essor grâce au sport. Pour le sportif de haut niveau, qui doit se remettre rapidement, l'ostéopathie est un accompagnement vers sa "résurrection". De 2003 à 2015, Guillaume Rousée a travaillé au Béjart Ballet Lausanne. Depuis 2011, il est ostéopathe au LS. De la danse au football - il aime passionnément les deux -, il n'y a qu'un...pas, à explorer.

Un dos plat

-Quelles sont les blessures les plus fréquentes, chez un (ou une) danseur/seuse?
-Elles émanent de lésions ligamentaires ou musculaires (maux d'épaules surtout chez les garçons, à cause des portés), les ménisques et les ligament croisé, les lésions de hanche, etc. Il y a également les élongations et les claquages. Les Japonais ayant le dos très plat, ils sont sujet aux lésions lombaires. 

-Et chez le footballeur? 
-Il y a beaucoup de chocs. Les blessures les plus fréquentes sont: les contusions et les lésions musculaires, la pubalgie, les adducteurs, etc. Chez le footballeur, la compréhension de la blessure (et sa prise en charge) est mieux prise en compte.

-Pas chez un danseur?
-C'est la fin de sa vie s'il est blessé. Dans le milieu de la danse, une blessure est très mal vue. Le danseur ne fait pas partie d'un collectif. La blessure d'un danseur? C'est l'opportunité pour un autre de prendre sa place. Au foot, le joueur blessé se soigne, avec plus de chance de retrouver sa place. Il aura confiance au staff médical et à la structure mise en place.

-Et le danseur?
-Un danseur blessé vit un effet panique. Il prendra l'avis de plusieurs médecins différents. Il ne les écoutera pas forcément. Danser, c'est existentiel. S'il ne peut pas danser, il voit ça comme un drame. Chez lui, tout doit se situer dans l'axe de la danse. Un danseur est, en moyenne, narcissique et centré sur lui. 

-Ça veut dire...
-...Ça veut dire qu'il va essayer de reprendre le plus rapidement possible, en dehors de tous conseils médicaux. Beaucoup de médecins renoncent à s'investir parce que le danseur n'en fait qu'à sa tête. En ce qui me concerne, je soigne des danseurs (ou danseuses) encore régulièrement. Ils viennent chez moi de manière individuelle. On établit un bilan au départ - où le mal se trouve, depuis quand, etc-, puis on peut se mettre à travailler. Idem, avec un footballeur. 

Le danseur, un "outil"

-Un danseur blessé peut-il être licencié?
-Non, dans un cas comme dans l'autre, celui du footballeur, on ne peut pas virer quelqu'un qui est blessé. Reste que la blessure, en danse, est à éviter. Pourquoi? 
Parce que le chorégraphe doit pouvoir compter sur des danseurs en santé. Pour 
lui, le danseur est un "outil". Au football ce n'est pas le cas. La blessure fait partie d'un groupe. Du job.

-A considérer ce qui précède, le plus dur au mal, c'est le danseur.
-Oui, il va danser sur sa douleur, tout faire pour danser. La danse doit le nourrir, la danse est sa nourriture. S'il se blesse, il est remplacé. Vous imaginez ce qu'il vit s'il 
se blesse peu avant un spectacle? Chez un danseur, tout tourne autour de lui, il y a un sur moi. N'oublions pas que la notion de la danse, c'est la séduction, le pouvoir 
de séduction. Un danseur, ou une danseuse, doit être "facile".

-La danse, pour vous, c'est...
-...C'est plus que l'art de se mouvoir ou d'exécuter une chorégraphie. C'est un sport demandant des habiletés motrices très précises (équilibre, souplesse, une puissance musculaire, etc). Les danseurs (garçons et filles) imposent à leurs corps beaucoup de contraintes articulaires, ligamentaires et musculaires. Comme ils sollicitent toutes ces structures dans des postures, des angles, des mouvements inhabituels, les blessures sont fréquentes.

Moment de grâce

-Un danseur (garçon ou fille) est constamment à la recherche de l'excellence...
-...Pour lui, tout est répétitif, c'est la répétition des gestes, des mouvements, tout le temps. Quand on maîtrise la technique, on peut y mettre de l'expression. Il y a alors de l'émotion, des intentions. C'est le moment de grâce. La danse requiert beaucoup d'exigence, de rigueur. La danse est un art extraordinairement dur à exercer.

-Et le footballeur, est-il dans cet état?
-Pour lui, chaque match est différent, avec une histoire différente. Il y a la notion de résultat. Si le foot et la danse sont pratiqués par des athlètes, les deux disciplines ne sont absolument pas comparables.

Dans l'urgence

-Quelle différence existe-t-il entre un masseur et un ostéopathe?
-Le masseur s'occupe, préférentiellement, des muscles. Le masseur apporte de la détente musculaire; et chez la personne aussi. Le massage élimine les toxines.

-L'ostéopathe, lui...
-...Il intervient sur l'immédiateté, dans l'urgence, sur ce qu'il ne voit pas. Exemples: sur les entorses et les déplacements articulaires. Un ostéopathe doit sentir avec ses mains. Il intervient avec elles. II doit sentir ce qui se passe dans l'articulation et mettre une technique en place pour résoudre le problème.

-Quel est le pourcentage attribué à un ostéopathe en cas de guérison?
-Ça se fait à deux. Je suis un mécanicien de précision qui va chercher un secteur de mobilité qui ne va pas, puis qui va travailler dessus pour que cette articulation soit à nouveau fonctionnelle. 

-Prenons l'exemple d'une déchirure au muscle ischio-jambier (derrière la cuisse). 
Qui, du footballeur ou du danseur, guérit le premier?
-Quelque soit l'âge, le délai est le même pour les deux. Pour le danseur, ça ne sera jamais assez vite. 

Le poids et la nourriture

-La nutrition est-elle un élément important?
-Le footballeur accepte le protocole et la mise en place d'un système (cela part des Centres de formation) plus facilement que le danseur. Un danseur fait plus attention 
à son poids qu'à la nourriture. Le footballeur doit veiller aussi à cet aspect. Ce travail est individuel et propre à chacun. Mais pour être performant, il faut faire attention à son alimentation. 

-Pour un danseur, quel facteur de prévention avanceriez-vous?
-C'est le travail à la barre, dans une tenue chaude pour garder le corps à une bonne température avec des chaussons car le sol est souvent froid. Un danseur est souple,  c'est la jambe derrière la tête.

-Et pour un footballeur?
-Des étirements, travaillés gentiment, pour chauffer les muscles. Un massage de 2 à 3 minutes avant l'échauffement. pas plus pour la stimulation du muscle, pour lui apporter un peu de sang. Il s'agit d'une préparation à l'effort. Ce travail doit se faire quelques heures avant un match, sinon il devient mou.

Palmarès

  • Guillaume Rousée est né le 19 novembre 1974 à Beauvais (Département de l'Oise).
  • Il est ostéopathe. Il a un cabinet à Préverenges (Physio 7) : physio-7.ch/preverenges. Il travaille aussi à la Permanence ostéopathique de Lausanne, à la Place de la Riponne : https://osteopathie-sportif.ch
  • A pratiqué le judo - il est 2e Dan -, au niveau interrégional. A participé à un championnat de France. "Je n'ai pas insisté, on ne gagne pas sa vie avec le judo."
  • L'architecture est son hobby. "J'adore l'architecture. J'ai l'état d'esprit d'un constructeur dans tout, en général."