X

Recherches fréquentes

Michel Marguerat

01 août 2019

 

Depuis 2013, Michel Marguerat est le directeur de VCT Vector Gestion S.A. à Lausanne, société fondée en 1994 et qui fête par conséquent cette année son 25e anniversaire, active dans la gestion de fortune, membre de l'Association de Suisse des gérants de fortune (ASG).

Parallèlement à son activité de base, Michel Marguerat s'occupe du futur financier de sportifs d'élite, stars ou pas (encore). Il travaille étroitement avec la société The 6ix Sports leadership. Ancien grand joueur de hockey, Gaëtan Voisard, 46 ans, en est aujourd'hui le patron (depuis 2018). The 6ix est spécialisée dans de nombreux domaines: relations internationales, suivi sportif, marketing, communication, droit et fiscalité. "Je fais partie du conseil d'administration", souligne Michel Marguerat. "J'ai un mandat pour développer la stratégie." 

Train de vie démesuré et irraisonné

Pour avoir toujours baigné dans le monde du sport - notamment en tant qu'ancien triathlète -, et vivant aux contacts de sportifs, renommés ou pas, de stars, d'ici ou d'ailleurs, Michel Marguerat parlent de certains d'entres eux, qui ont vilipendé leur argent, leur fortune dans l'achat de grosses voitures, d'objets de luxe (la plupart du temps inutiles) et qui se sont retrouvés, du jour au lendemain, sans le sou, victimes d'un train de vie démesuré, irréfléchi, par manque de conseil et d'avis.

Le travail de Michel Marguerat est d'accompagner les sportifs avec pour objectif de les orienter vers une gestion financière saine. "Même si leur patrimoine, leurs avoirs ne sont pas encore importants", précise-t-il. "Je les oriente très tôt à réfléchir, ou à préparer leur après-carrière qui peut survenir rapidement, à des formations." Pour la photo et pour étayer ses propos, Michel Marguerat pose devant une peinture d'Eric Walsky (34 ans, ancien hockeyeur, qui a joué notamment avec GE Servette, Lugano et le LHC), victime de nombreuses blessures et d'une lourde commotion cérébrale, en 2017.

Planification financière

Les agents gèrent différents aspects pour leurs joueurs mais ne sont pas habilités ou formé à s'occuper de leur surface financière...
...La planification financière, c'est un métier. L'argent, c'est le cœur du problème, le nerf de la guerre, Je dis aux agents qui me contactent: "N'intervenez pas dans ce domaine." J'agis comme premier regard, je donne les grandes lignes. Si son joueur mis au courant dit: "Je veux aller un peu plus loin avec vous", on peut alors mettre en action la planification. C'est Vector Gestion qui la fait mais c'est The 6ix qui l'offre au sportif. Pour ce faire, je m'appuie sur un logiciel qui m'aide à faire ce travail de planification, avec notamment des graphiques très explicites. Cette démarche qui consiste à offrir, c'est le b.a-ba, l'intérêt étant que tout le monde soit gagnant à long terme. Pour répondre à votre question, j'ai davantage de hockeyeurs que de footballeurs. Je précise qu'il n'y a pas d'obligation pour le sportif à mettre de l'argent chez moi. J'exerce également cette activité sur le continent nord américain par le biais de la société Blue Bridge, établie à Montréal.

Que se passe-t-il sitôt la planification faite?
Le sportif en prend connaissance et me dit: "Michel, j'ai confiance en toi, on passe au placement, à l'investissement, proprement dit (principalement dans la bourse). Des joueurs achètent eux-mêmes ce qui a trait à l'immobilier. Je supervise tout cela.

Mandats à choix

Le sportif signe-t-il un contrat avec vous?
Nous avons un mandat, qui est double. Il y a le mandat discrétionnaire - qui est le plus fréquent - solution destinée au sportif qui souhaite déléguer la gestion de ses avoirs, sans que nous ayons besoin de son autorisation pour chaque opération. Il y a aussi le mandat conseil, qui requiert l'autorisation du sportif pour chacune des opérations. Dans les deux cas, nous passons beaucoup de temps à déterminer le degré de risque, en fonction de bon nombre de paramètres. C'est l'une des parties clés pour avoir une bonne relation sur le long terme.

Selon vous, quel sportif est le plus en danger s'il ne faisait pas recours à vous, a un coach financier?
Même si cela n'est pas une règle absolue, le footballeur. Pourquoi? Parce qu'il y a souvent plus d'argent en jeu et qu'il y a une influence dans le vestiaire, qui est très souvent malsaine. Je pense surtout à la surenchère. 

La gestion de fortune est-elle une valeur sûre?
Si vous prenez une valeur sûre, ça dépend où vous mettez le curseur. Le meilleur acquis, à long terme, ce sont les actions. Notre rôle, c'est de mesurer le degré de risque. Il y a des périodes plus volatiles que d'autres. La protection du capital reste  l'élément primordial. 

L'importance du dernier aspect grandit-il en fonction de l'âge du sportif?
Prenez un joueur de 20 ans, comme il a encore peu d'argent, les risques sont aussi moindres. Quand il a 27-28 ans, il y a plus de risque parce qu'il y a plus d'argent qui rentre. La période charnière ? Elle se situe quand il a 30 ans et plus, parce que sa fin de carrière est proche. Il nous appartient d'anticiper ou plus idéalement d'enlever les vagues fluctuantes du marché, de sa réalité; de rendre le portefeuille le plus linéaire possible. 

Préservation et accompagnement

Votre rôle, c'est donc...
...de préserver le capital et d'accompagner le client, le sportif ou le joueur, à travers les fluctuations boursières. Ce qui est bon pour un client très fortuné l'est également pour un  client plus modeste.

Vous êtes aussi le Directeur général du Festival Pully à l'heure du Québec, qui a lieu tous les deux ans, qui est un des plus grand festival de la chanson francophone.
Oui depuis 2017. Je me réjouis du suivant qui sera mon deuxième l'année prochaine (31 mai au 6 juin 2020). Il sera formidable, comme d'habitude. Je me rends au Québec trois ou quatre fois par an, pour voir des spectacles et pour y détecter des talents. Les valeurs sûres, elles, vient à Pully, régulièrement. Deux exemples parmi tant d'autres: les Cows Boys Fringants, sans oublier Robert Charlebois. 

Palmarès

  • Michel Marguerat est né le 6 avril 1972.
  • Il a fréquenté l'école de hockey à Montchoisi (patinoire de quartier à Lausanne), il a joué au foot à Echallens, puis à St-Barthélémy (en 3e ligue). Il était milieu de terrain défensif.
  • Il a participé à Morat-Fribourg, couru en 1h08" lors de sa première participation, Tour en jouant au football à côté. Puis il s'entraîna au Stade-Lausanne athlétisme. Il participa au 10km, au 20km de Lausanne et au semi. 
  • Il bifurqua ensuite sur le triathlon, s'aligna sur celui de Lausanne en 1994. Lors d'un championnat de Suisse, il s'est qualifié en 1998 pour les Mondiaux de Lausanne, sur les distances olympiques, en classes d'âge.
  • Il participa à des Ironman, à Nice, Zurich et en Allemagne, notamment. Son chrono à Zurich: 9h41, performance qui l'a installé dans le top 100 sur 3500 participants.
  • Il a participé à un grand nombre d'autres triathlons.
  • Michel Marguerat est au bénéfice d'un CFC de l'Ecole professionnelle commerciale de Lausanne, d'un diplôme fédéral d'analyste financier et gestionnaire de fortune.
  • Il a été formé (dès l'âge de 15 ans) au Crédit Suisse, puis a travaillé dans des banques privées, notamment chez Piguet -qui a fusionné avec Galland en 2011-, où Michel Marguerat a occupé le poste de directeur.
     

 

Retour au blog