X

Recherches fréquentes

Tolossa Chengere, marathonien

17 janvier 2019

Tolossa Chengere rêve du passeport suisse et d'un emploi.Il est arrivé en Suisse en 2002 à Vallorbe, comme requérant d'asile. Il avait 19 ans. Il est resté trois mois dans cette ville frontière. Avec Tolossa Chengere, qui a fêté ses 36 printemps, le 1er janvier, il y avait Zenebech Tola, athlète comme lui, laquelle est devenue Maryam Jamal bien plus tard, le Bahreïn ayant fait ce qu'il faut pour qu'elle court et représente partout ce petit pays riche. 

Malgré son parcours constellé de succès, il n'a pas connu le haut niveau, que ce soit en Europe, ou dans le monde; ni remporté une médaille d'or aux JO. Maryam Jamal, elle, en a remporté une. C'était aux JO de Londres en 2012 sur 1500m. Une breloque récupérée en mars 2017 (!) soit 5 ans après, sans aucune émotion, car les 2 athlètes turques qui l'avaient devancée furent disqualifiées, convaincues de dopage. 

En son temps, Zenebech Tola avait demandé la nationalité suisse, qui lui avait été refusée, car elle n'avait pas atteint les 12 années de résidence nécessaires à son obtention. Arrivé en Suisse il y a 17 ans, Tolossa Chengere est dans l'attente d'un passeport suisse. Ailleurs les lois sont plus malléables et culturellement, la Suisse n'est pas un pays du sport. "Il y a 8 mois, précise l'intéressé, j'ai été interviewé par des gens formidables de la commune d'Epalinges, où je vivais. Ils ont transmis les papiers au Canton de Vaud." L'office fédéral des migrations à Berne qui n'avait pas accordé le document à Zenebech Tola, devrait aussi se déterminer. "Depuis 17 ans que je vis en Suisse, je n'ai jamais eu de problème. Je suis respectueux des lois. Je parle le français, je me suis intégré. J'ai deux filles, la maman vit à Berne et j'habite Lausanne. Si j'ai du retard à votre rendez-vous, c'est parce que je me trouvais dans la Capitale."

Caractère agréable

Il nous avait lancé un coup de fil pour prévenir qu'il ne serait pas à l'heure. Tolossa Chengere est quelqu'un de respectueux, son caractère est agréable, mais l'homme montre des traits d'expression pour dire ce qui ne va pas; surtout, ce qui ne lui plait pas et ose quelques comparaisons qui l'atteignent dans sa chair. Il est à la recherche d'un travail. "J'aimerais tellement être indépendant. Aujourd'hui la Ville m'aide mais je ne suis pas bien avec ça, avec moi-même. La nuit je ne dors pas toujours très bien". La nouvelle loi sur la nationalité est stricte, exclut notamment -mais peut-être existe-t-il des exceptions celles et ceux qui ont bénéficié d'une aide sociale. 

À considérer son parcours, son mode de vie, son amie qui travaille et sa volonté de courir pour la Suisse, sa terre d'accueil, Tolossa Chengere mériterait de posséder le sésame rouge. "Je m'entraîne comme un fou. Le matin, je me lève à 6h. Mon objectif, ce sont les Mondiaux de Doha (28 septembre au 6 octobre). Sur le marathon, mon record personnel est de 2h15'. C'est ce qui est exigé pour aller au Qatar. Dans mon viseur, j'ai deux marathons pour réaliser ce chrono: celui de Barcelone (en mars) ou celui de Zurich, le mois suivant." À cause d'un problème à un genou, il n'avait pas couru en 2017. "Je suis à nouveau en santé", assure Tolossa Chengere. Il a presque toujours préféré la route à la piste. Pourquoi? "Parce que les possibilités de courir sont plus nombreuses."

36 ans et alors ?

Il a 36 ans. "C'est un bel âge pour un marathonien. J'ai le corps et l'expérience pour ce genre de course." Tout au long de sa carrière, la force de son mental lui a permis de vaincre alors que, parfois, tout semblait définitivement perdu. "Si les jambes sont toujours fatiguées, dans la tête, ça va bien", souligne-t-il en tapotant une tempe avec son index droit." Ses grandes années? 2007 et 2008. "Ça fait 10 ans, ça passe vite..." D'autres aussi, mais bien moins fructueuses. Il a eu Jean-François Pahud -un ancien athlète- comme entraîneur. Aujourd'hui, c'est Eticha Tesfaye (7 victoires notamment au marathon de Lausanne et 4 à celui de Genève), citoyen genevois, qui le conseille et le suit.

À Lausanne ou ailleurs, les gens aiment bien Tolossa Chengere, sa compagnie. Il a toujours quelque chose à dire, à raconter. "Ici, à Lausanne, c'est comme chez moi. 
Je connais beaucoup de personnes." Dans son sport, les légendes Kenenisa Bekele et Haile Gebrselassie "Il est né dans l'Arsi, comme moi", sont ses "maîtres" (les deux ont tout gagné), une source d'inspiration. "Je connais bien les deux."

Tolossa Chengere est un Oromo (groupe ethnique de la corne de l'Afrique qui vit en Ethiopie, principalement dans la région fédérée de l'Oromia). Il est né dans la région d'Arsi (une des 20 zones de la région Oromia). "Le village le plus proche était à une dizaine de kilomètres. C'est en courant que je me rendais à l'école, ça faisait 20 km aller et retour. En Afrique, on a pas de vélos ni d'autos, beaucoup d'enfants courent. Voilà pourquoi les Africains sont si fort en course à pied." 

A l'école en courant

En rentrant de l'école "J'étais un bon élève", précise-t-il, il aidait régulièrement ses parents à la ferme. "J'ai grandi à la campagne. Je m'occupais des vaches, j'aimais bien ça." Après sa scolarité, il est devenu athlète, a couru pour un club de la police. "D'autres clubs existaient: militaire, armée, etc." J'ai gagné pas mal de courses en Ethiopie: cross-country, 5000m, entre autres. "En Suisse, il a poursuivi son œuvre, couru partout et gagné une multitude de fois. Il a été même champion de Suisse - plusieurs fois -, mais seulement pour la forme, n'étant pas au bénéfice du sésame suisse. À chaque fois, c'est son dauphin qui a été sacré.

Outre son rêve d'être naturalisé suisse, il cherche du travail, son autre objectif. Pour vivre mieux, libéré, afin de mieux assouvir ses projets sportifs. "J'aimerais tellement être Suisse, représenter ce pays au plus haut niveau. Avoir des responsabilités. J'en ai envie." Il est croyant, va à l'église et prie. Il aime la musique de culte. "La musique religieuse me donne de l'espoir, de l'énergie. J'en écoute chez moi." Puisse-t-elle l'installer dans une joie perpétuelle.

Palmarès

  • Tolossa Chengere est né le 1er janvier 1983 en Ethiopie.
  • A couru le 5000m en 13'37"26 (2009)
  • Record personnel sur le marathon: 2h15'
  • A été sociétaire du LS athlétisme: "De 2006 à 2016". 
  • De 2004 à 2012, il a été omniprésent, une référence en Suisse.

UNE SÉLECTION DE HAUTS FAITS:

  • En 2002, est 2e de Morat-Fribourg. En 2003, gagne Morat-Fribourg. En 2004, est 2e de Morat-Fribourg et de la Course de l'Escalade.
  • En 2005, est 2e de Morat-Fribourg et 1er à Sion. En 2006, est 3e à l'Escalade, 2e à Bulle et à Sion (courses de Noël). En 2007, est 3e du 3000m (championnat de Suisse en salle), vice-champion de cross, 1er à Morat-Fribourg, à l'Escalade, à Sion.
  • En 2008, est "champion de Suisse" en salle du 1500m, 2e a Morat-Fribourg et à l'Escalade. Et "champion de Suisse" du 10km sur route. Idem en 2009.
  • En 2018, a gagné les 10km de la Romande Énergie Run et la Transonesienne (10km en 35'09").

Vidéos :

Les 10 km du 29 nov. 2008

Préparation au marathon 2016