Jérémy Gailland, hockey sur glace | Coopération
X

Recherches fréquentes

Jérémy Gailland, hockey sur glace

02 juillet 2020

 

Jérémy Gailland fait partie de ces sportifs dont on parle depuis si longtemps qu’il semble avoir déjà plus de 40 ans. En réalité, il en a 32 seulement et il se porte évidemment comme un charme, l’énergie et l’enthousiasme chevillées au corps et la passion, communicative. 

Le Valaisan a les épaules larges. Au propre comme au figuré. Les muscles du dos bien développés souligne une silhouette en forme de V. Les nageurs sont comme ça, mais lui est hockeyeur; un attaquant, avec une force en lui, aussi. Morale surtout, qui lui a permis d’endurer des situations difficiles. «J’ai subi de nombreuses blessures, des graves ou des moins sérieuses, qui ont toutes été suivies d’une longue période d’inactivité.» Rééducations multiples. «Je me suis accroché, j’en ai bavé. Le hockey, c’est ma vie, une passion dingue. Gamin, je voulais être hockeyeur. J’ai tout misé pour le devenir. J’étais déjà un extrémiste avec dans la tête la volonté de faire toutes les choses à fond.»

Chez Jérémy Gailland, l’émotivité ne se substitue pas au raisonnement. Ou plus. «J’aurais dû être plus patient. J’ai fait pas mal de choses dans l’excès. La précipitation. J’ai oublié que mon corps était mon outil de travail.» Dans la foulée des aveux, il ajoute: «Je n’ai pas toujours reçu de bons conseils, au point de vu médical.» Puis: «Je n’ai pas tout fait juste, mais j’ai toujours fait le maximum.» Enfin: «À cause des blessures, j’ai connu des années difficiles, ça devait arriver, j’ai fait mon deuil, ça a été long, c’est le destin.»

Depuis août 2017, vous travaillez chez The 6ix Sports Leadership (www.the6.ch). Vous y êtes agent, chargé du développement et du recrutement d’espoirs...
...Il est important de bien entourer les jeunes, de les conseiller, de les suivre au quotidien. Ils ont entre 15 et 20 ans. Je suis en contact avec leur famille - dans l’ignorance du contexte, des parents l’appellent aussi - je vais voir des matches, beaucoup de matches. La société a des partenaires services. Nous travaillons avec les clubs - avec les directeurs sportifs - et pas pour les clubs. Le rôle des clubs? C’est de former les hockeyeurs et d’assurer un suivi au niveau de l’école et des études.

Vous travaillez dans l’intérêt des joueurs...
...Oui, nous aidons les jeunes à devenir des joueurs professionnels. Nous ne percevons pas d’argent sur cet investissement. En revanche, il appartient au joueur de nous rémunérer quand il signe un contrat pro (pourcentage sur le contrat négocié).

Vis à vis d’eux, vous avez de grandes responsabilités, non? 
C’est certain. Je me sers de mon vécu; modestement, je suis un pédagogue, un transmetteur d’envies et de passion. Je suis un travailleur qui a souffert et je ne veux pas que les jeunes passent par certains moments que j’ai connus. Et puis, étant toujours un joueur - Au HCV Martigny -, je sais de quoi je parle. Je suis dans l’actualité moderne et je m’en sers.

On imagine que ces jeunes, ces espoirs, sont tous différents...
...Oui, il y en a qui sont très introvertis, d’autres très matures mais il ont tous du caractère. Ça tombe bien, j’en ai aussi un mais je suis facile à vivre, je ne suis pas coléreux. Quand je suis dans un projet il est là (il pointe un index sur sa tempe) et pas ailleurs. Disons que j’écoute les autres. Et après? Je fais ce que je veux (il rit de bon cœur).

Vous êtes presque toujours dans l’émotion...
...Les émotions dans le sport sont sans pareil. C’est pour ça que les sportifs ont de la peine à dire stop! Le sport, c’est des défis, de l’adrénaline. Les défis te permettent de sortir de ta zone de confort. J’aime ça, le dépassement de soi. En revanche, il est important de ne pas prendre des décisions sous le coup de l’émotion.

Si vous deviez vous définir, en quelques mots...
...Je suis quelqu’un de très humain. J’aime les gens mais je n’ai pas peur de me retrouver seul. Depuis 4 ans, je pars voyager seul, chaque été, comme au Viêt Nam et en Colombie. Le besoin de me ressourcer, de m’éloigner du hockey. Il n’y a pas que le hockey dans la vie, non? Ma famille? Elle est très soudée. Mes valeurs? Elles touchent à l’humilité. Je suis un type loyal et honnête, tout ça dans la joie de vivre (courte pause). Oui, je suis joyeux.

On vous sent perfectionniste?
Je le suis, je bosse beaucoup. Ça fait partie de l’éducation que nous ont inculqué nos parents, à mes sœurs et à moi-même. Quand tu veux quelque chose, tu dois l’obtenir par toi-même et tu dois y mettre l’effort nécessaire. On n’a rien sans rien.

Au début de votre carrière, vous étiez...
...J’étais un peu trop gentil, naïf. Après, je me suis aperçu de beaucoup de choses. Le monde du sport peut être superficiel. Les joueurs sont des numéros. Il y a la performance, l’argent. Quand tu flambes, il y a du monde autour de toi, certaines personnes sont là par intérêt, aussi, il y a beaucoup de ça; quand ça va moins bien, c’est là que tu vois qui sont tes amis, les gens qui t’aiment vraiment. D’où l’importance d’avoir un cercle, une famille, des amis sur qui tu peux compter. Quand on a 20 ans, on ne se rend pas vraiment compte de tout cela. À cause de mes blessures, j’ai vécu des années difficiles et ça m’a permis de voir l’envers du décor. Ça devait arriver, j’ai fait mon deuil, ça a été long, c’est le destin.

La situation qui est la vôtre aujourd’hui, est-elle pour toujours?
Je me pose pas la question même si je sais que dans la vie rien est définitif. Je suis toujours un joueur avec des émotions, du plaisir et de la passion. Mes trois moteurs. Ma vie, mon métier me plaisent aujourd’hui. Et je sais bien que je ne vais pas encore jouer 10 ans! 

Et le jour où vous direz stop?
Ma vie sera plus normale le jour où j’arrêterai de jouer au hockey mais je sais aussi qu’il y aura un vide à combler.

Palmarès

  • Jérémy Gailland est né le 6 avril 1988 à SIon.
  • Hockeyeur. Attaquant. «Je suis plus passeur que buteur.»
  • Sa carrière de joueur:
    • De 2003 à 2006: Kloten Flyers (Junior Elites A, il a joué mais a aussi appris l’allemand).
    • 2005-2006: HC Martigny (LNB) et HC Viège. 2006-2007: HC Martigny (LNB), LHC (LNB), Équipe de Suisse M20.
    • 2007-2008: Suisse M20 et LHC (LNB). 2008-2009: GE Servette (LNA). 2008-2009: LHC ((LNB). 2009-2010: LHC ((LNB).
    • 2010-2012: Rapperswil (LNA). 2011-2012: HC FR Gottéron (LNA) et La Chaux-de-Fonds (LNB). 2012-2014: LHC (LNB puis LNA).
    • 2014-2015: HC Red Ice. Et aujourd’hui, HCV Martigny (MySport League, 3e division suisse).
  • À participé à plusieurs championnats du monde U18 et U20 avec l’équipe de Suisse.
  • Avec le LHC, il a été deux fois champion de Suisse de LNB.
  • Plus tard, il connaîtra une ascension en LNA avec le LHC.

 

Vidéos

 

Jérémy Gailland, ici 

 

Retour au blog