Steeve Louissaint, ancien basketteur | Coopération
X

Recherches fréquentes

Steeve Louissaint, ancien basketteur

08 octobre 2020

 

Il y a peu, Steeve Louissaint, 33 ans, a décidé de mettre fin à sa carrière de basketteur, longue et fructueuse. Si les envies sont toujours là, le temps, lui, a disparu. Le natif de Pompaples est préparateur physique, à l’enseigne de «My Health Corner», Centre de santé et de remise en forme, entre autres, sis à un jet de volant du Centre national de badminton à Prilly, proche voisin de la Vaudoise Aréna où joue le LHC. 

Dans un local du Centre bien emménagé où les espaces sont vastes repose une drôle de machine rouge qui n’a de torture que le nom qu’on veut bien lui donner. «Elle s’appelle Isophit, elle est née il y a deux ans, et on est les seuls à la développer en Suisse», souligne Steeve Louissaint. Il s’agit d’un appareil pour la musculation et la perte de poids, avec des mesures personnalisées et adaptées en fonction de la force de son utilisateur (homme et/ou dame). «On peut à la fois prendre du muscle et perdre du poids car pour chaque exercice, on brûle beaucoup de calories. Et peu importe son niveau. Venez, la première séance est gratuite. J’invite également les gens à nous suivre sur les réseaux sociaux, ou sur notre site internet.» www.louissainttraining.com

Une application pour tous

Un grand projet est à venir. Il va voir le jour officiellement le 30 octobre. Son nom? «Pass santé» qui est une plateforme de promotion, pour la Suisse-romande. «On a commencé à la développer - concept, idée, but - en avril.» Pass santé est une application, qui vous permettra, par exemple, de trouver un masseur à Lausanne ou alors un nutritionniste à Fribourg. Fin septembre, 500 partenaires y avaient adhéré et 1500 demandes étaient en suspens. Il y aura des promotions à prix réduits (avec des partenaires santé, sport et bien-être), des cours et astuces touchant à la nutrition, à la gestion du stress, etc. 
Et cerise sur le gâteau: une quinzaine de spécialistes de la santé (avec leurs spécificités) répondront à vos questions. «Ce que nous voulons c’est offrir de la proximité aux gens.» (www.pass-sante.ch)

Succès du gym-poussette

Vous êtes aussi à l’origine de la gym-poussette...
...Je ne suis pas seul, il y aussi ma femme. Nous sommes ensemble depuis nos 18 ans. Ces cours de remise en forme et qui sont gratuits, ça marche du tonnerre. On s’est aperçus que les mamans étaient très souvent isolées après avoir accouché, et qu’elles prenaient du poids. Alors, gym-poussette permet la pratique du sport avec son enfant, de rencontrer du monde et de sortir de chez soi. C’est très ludique. Nous collaborons avec une dizaine de communes (Morges, le Mont, Lausanne, Genève, Vevey, Montreux et Aigle, pour ne citer qu’elles). Les cours se donnent le dimanche matin de 10h30 à 11h30. (www.gympoussettes.ch).

Vevey basket tristesse!

Avec vos deux frères Gardner et Axel, vous avez joué en ligue nationale de basket. Quel est le plus fort de vous trois?
(Il rit, écarte les bras)- Mais c’est moi! Quelle question! Y’a pas photo!

Votre dernier club a été Vevey. Et Vevey vient d’être relégué en 1ère ligue (manque de garanties)...
...Quelle tristesse! Pour la Riviera, j’ai une pensée pour tous les habitants de cette belle région qui respire basket, pour le basket suisse. Le projet de Vevey, articulé autour du Président Zana était top, avec un centre de formation pour la région de Vevey. Swissbasketball a voulu protéger le championnat, pour que celui-ci puisse aller à son terme. Il y aura 8 équipes seulement en LNA, là aussi c’est triste. Avec Vevey, j’ai fait la pire saison de ma vie. Au niveau des résultats, on a été mauvais aussi. 

Qu’est-ce qui vous a plu dans le basket? 
C’est un sport qui ne laisse jamais de repos. Tu es sans cesse en action -attaque-défense-attaque-défense-, dans des systèmes et un match n’est jamais fini. Il y a tout le temps des rebondissements, des renversements de situation. Et sa gestuelle est belle, écrite comme une chorégraphie et pour l’appliquer, il faut beaucoup s’entraîner, garder la concentration, rester au top.

Verre à moitié plein

Le basket, pour vous, c’est une passion, cela a-t-il été un travail?...
...Une passion majuscule. Je le considérais comme un boulot quand j’allais aux entraînements, avec des douleurs, des bobos partout.

Quelle est votre philosophie de vie?
Je vois toujours le verre à moitié plein. Mes moteurs: motivation, sourire, détermination. Avec le rire (une de ses marques de fabrique) où le sourire, on vit mieux, on surmonte des épreuves un peu plus facilement même si la vie propose des imprévus. Il ne faut pas la compliquer, elle l’est déjà assez.

Athlètes pas clients

Les personnes qui suivent des cours chez vous, ce sont des clients...
...J’ai arrêté de dire que c’était des clients, ça met des barrières. Ce sont des athlètes, je m’entends bien avec tout le monde, il y a de l’amitié. Nous travaillons dans la bonne humeur, on se marre, le plaisir est là, partagé. Ici, il y a des athlètes de haut niveau (Thabo Sefolosha, Sarah Atcho, 200m et relais 4x100m, Jordan Lotomba (ex-YB, international, aujourd’hui à l’OGC Nice), Loïc Gasch, (athlétisme, saut en hauteur, 2,30m), et des athlètes M. et Mme tout le monde. On discute, on dialogue et les entraînements sont individualisés. On s’adapte, il y a des compromis à trouver. Des objectifs sont fixés et mes athlètes entreprennent tout pour les atteindre. C’est fun, c’est une heure de plaisir, on ne la voit pas passer. C’est bon pour la santé. 

Vous arrive-t-il de vous réinventer?
Oui, j’essaye de ne pas rester sur mes acquis. La zone de confort, je ne la connais pas. Dans ce métier, il faut rester au contact de la nouveauté, des tendances, de tout.

Famille avant tout

Votre sensibilité va où et pour qui?
Pour ma famille, mon épouse, mes deux enfants (3 ans et demi, 5 ans et demi). J’ai arrêté le basket, mais peut-être recommencerai-je dans 2 ou 3 ans, qui sait. J’aimerais bien que mes enfants me voient jouer une fois.

Le temps qui passe vous fait-il peur?
Pas du tout, j’ai hâte de voir comment mes enfants vont grandir.

Quelle qualité avez-vous hérité de vos parents?
(Courte pause)- La bonne humeur.

Et le défaut?
(Longue réflexion)-Je suis un peu trop gentil avec tout le monde (Puis). Ça ne veut pas dire naïf. Ça non. Être gentil, c’est dans ma nature.

Palmarès

  • Steeve Louissaint est né le 11 novembre 1987 à Pompaples. Il est d’origine haïtienne.
  • Ancien basketteur, formé à l’USY (Yverdon). Meneur de jeu. 191 cm. Il a joué une quinzaine d’années comme pro. Il a servi l’équipe de Suisse durant 13 ans. 
  • Il a évolué avec Union Neuchâtel Basket (2005-2006), Boncourt (2006-2009), Monthey (2009-2012), Union Neuchâtel (2012-2013), Lions de Genève (2013-2017), Vevey Riviera (2017-2018). 
  • Il a remporté la Coupe de Suisse avec Neuchâtel (2012-2013); et avec l’équipe des Lions de Genève en 2013-2014, couplée avec le titre de champion du pays.
  • Avec les Lions de Genève, il a aussi gagné la Coupe de la Ligue.
  • Il est préparateur physique. Il est au bénéfice de plusieurs diplômes dont celui de Personnal traîner et d’analyses de mouvements PRO-FTS, notamment.
     

Vidéos 

 

Interview de Steeve Louissaint, joueur des Lions de Genève, ici

 

Retour au blog