Stéphane Detraz, du cirque du Soleil au LHC. Et maintenant à la FIG. | Coopération
X

Recherches fréquentes

Stéphane Detraz, du cirque du Soleil au LHC. Et maintenant à la FIG.

09 avril 2020

 

Il arrive pile à l’heure au rendez-vous. Stéphane Détraz, 32 ans, a la précision chevillée au corps et un parcours à considérer son âge d’une belle richesse. Il a des projets de rêve en attente, il en a déjà réalisé quelques-uns, les astres de la comète gym s’étant alignés, tels des anneaux pour un exercice de haute voltige. Il lutte contre les mots fragiles, ou imprécis. La précision est aussi son domaine. Il met de la rigueur dans son discours, mais sait le vulgariser, aussi. Stéphane Détraz est aujourd’hui et depuis peu à la FIG. Et demain? 

Durant deux ans (2011 à 2013, 350 shows, 100 villes etc), vous avez présenté un numéro d’anneaux balançants au Cirque du Soleil...
...Je n’y allais pas forcément pour apprendre, mais pour découvrir un monde nouveau, vivre quelque chose d’exceptionnel. J’y étais avec mon grand frère.  Pour moi, il ne s’agissait ni d’une fin en soi, ni d’un aboutissement.

Tests à Montréal

Comment avez-vous été recruté?
On peut dire que tout a commencé en 2008 à Lausanne, à l’occasion des CE de gymnastique. Un recruteur du Cirque du Soleil était présent, pour y voir des gymnastes de niveau international. Il a vu des anneaux balançants et, curieux, il a demandé ce que c’était. Cette personne a rencontré M. Loïc Privet de Gym Morges lequel répondant à la demande du recruteur, lui a envoyé des vidéos à Montréal.

Avez-vous dû passer un casting?
Oui, des tests ont été effectués, à Montréal en 2008 après les CE de Lausanne. L’affaire est restée au point mort, jusqu’à la fin de 2010. Un jour que je venais de réviser un examen à La Banane (resto de l’UNIL), je me retrouve à la Bibliothèque et là, je reçois un courriel me disant que le projet d’anneaux allait finalement se concrétiser. En moins de 5 mois (janvier à mai 2011), tout avait été réglé: le casting vidéo, nous étions 8 à exécuter le programme en musique (athlètes suisses, plus un Français et un Américain), et l’engagement. 

Aux anneaux balançants 

Et vous y êtes resté deux ans...
...Oui, la première année, on a présenté un numéro aux anneaux balançants, un programme en musique, sur la tournée en Amérique du Nord (2011 - août 2012), ce numéro plaisait et il était un des plus acrobatique du dernier spectacle. Ensuite, les autres suisses son rentrés, il n’est resté que mon frère et moi; et on a eu la chance de continuer.

Avec le même numéro?
Non, à cause de quelques mouvements dans la troupe on nous a demandés de faire un numéro d’acrobatie moins spécifique et plusieurs numéros de danse. Comme je suis un passionné de danse, ça tombait bien. Mais après la tournée en Asie, je me suis arrêté. Il y a eu un peu de routine dans mon quotidien, Les cours à l’UNIL recommençant en septembre, je suis rentré pour reprendre mes études. J’étais parti au milieu de mon Bachelor. J’ai pu ainsi le terminer, et me soucier de mon avenir.

Et au Cirque du Soleil, au niveau financier?
On a passé d’un statut d’acrobate aux anneaux à celui d’acrobate généraliste. J’avais perdu le premier statut mais gagné celui de danseur. Cela représente une différence, en ma défaveur. Mon frère y est encore actuellement.

Un perfectionniste né

Vous avez pratiqué la danse, le hip-hop et un peu de jazz...
...Cet art, qui marie notamment le sens du rythme et la coordination, m’a aidé pour la gym et le cirque.

Si vous deviez vous définir en trois mots et un bémol, quels seraient-ils?
Perfectionniste, de par la gym, discipline très exigeante et qui requiert une grande rigueur. La gym est issue d’une éducation militaire. Je suis quelqu’un de positif et de précis, je tiens ça de mon éducation. Aux agrès, on doit faire moins d’éléments, mais ils doivent être parfaits. Dans la vie de tous les jours, j’essaie de reproduire ça. J’aime quand c’est sous contrôle. Je pense que j’ai aussi une bonne capacité d’analyse. J’aime être sous pression. Me dire sans cesse: mais que peut-on encore améliorer. Je suis toujours dans l’analyse et dans le défi.

Et le bémol, s’il y en a un, si tant est que cela en soit un?
Je n’ai pas de problème à faire des erreurs, des imprécisions. Comme je suis un perfectionniste je mets un temps énorme à faire les choses (trop) biens. La précision que je m’impose est disproportionnée à la réalité de la chose.

Un chemin sacré

Depuis le 1er février 2020, vous travaillez à la FIG (Fédération internationale de gymnastique). Le siège est à Lausanne. Est-ce un rêve, une suite logique...
...à mon parcours? J’ai de la chance dans la suite des événements. Je voulais être prof de sport. Mais là, je reste dans mon domaine, je poursuis mon chemin dans la gym. Avec l’impression (elle est nette) que les choses se touchent et se lient. Quand une histoire est belle, qu’elle le soit jusqu’au bout. 

Aujourd’hui et pour un certain temps la FIG, et demain le CIO?
(Rire)-Je ne me suis jamais projeté sur une étape suivante. Mon souhait était d’être dans l’événementiel. Au LHC, j’ai été comblé. Mon infidélité à la gym a été momentanée. Ma passion, c’est la gym. Je suis à la FIG. Pour ce qui est 
de la Fête fédérale de gym, qui aura lieu en 2025, à Lausanne, j’ai participé au projet initial, qui a débouché sur l’acte de candidature. 

Pourriez-vous faire partie du comité d’organisation? En être le président?
Cette Fête est un énorme événement, qui demande une implication professionnelle. On ne peut pas y aller et se dire que c’est un hobby (La Fête fédérale de gym est la plus grande manifestation de sport populaire en Suisse. À Lausanne il y aura environ 70’000 concurrents. Ce sont les JO du sport de masse). Le CIO? Il abrite une partie politique, dont il faut tenir compte. J’ai envie de trouver un rythme de vie simple et actuellement le côté opérationnel m’intéresse bien plus que l’aspect politique.

Palmarès

  • Stéphane Détraz est né le 2 septembre 1987.
  • Études à l’UNIL. Il est au bénéfice d’un Bachelor en science du sport et d’un Master en management du sport. 
  • Il fait partie du comité de Gym Morges et du Mémorial Gander.
  • Stéphane Détraz a travaillé au LHC, département événementiel et aujourd’hui, il travaille à la FIG, Fédération Internationale de Gymnastique. 
  • En 2019, il a été à la direction technique de son premier Mémorial Gander à Morges.
  • Dans les années 2000, il a officieusement joué quelques parties au sein du FC Lonay en tant qu’attaquant. 
  • Gymnastique artistique: il a terminé 3e des championnats de suisse amateurs (concours complet). Il a fait partie des espoirs suisses durant la période 1998-1999. 
  • Gymnastique aux agrès: avec l’équipe vaudoise, il a été champion de Suisse par équipes en 2019 (canton contre canton). 
  • En 2019, il a été vice-champion de Suisse du concours complet. Et une semaine plus tard, champion de Suisse de la finale à la barre fixe.
  • Avec Sarah Chilo, il est champion de Suisse 2019 en catégorie « Elle & Lui » (duo au sol , anneaux balançants et prestation à un engin, individuel). 
  • La gymnastique aux agrès est une discipline athlétique consistant à enchaîner  des mouvements acrobatiques sur des agrès. C’est une version populaire de la gymnastique artistique.
  • La gymnastique artistique est une discipline athlétique consistant à enchaîner des mouvements acrobatiques sur des agrès. C’est une discipline présentée aux Jeux olympiques.
  • En gym artistique, les anneaux sont fixes, rigides et en bois. Il faut éviter de faire balancer les anneaux. 
  • Les anneaux balançants sont en caoutchouc, fixés à une corde longue de 5m. 
  • Il faut beaucoup de place « C’est volumineux, mais ça permet de travailler de manière très synchronisée» dit Stéphane Détraz. «On utilise le mouvement de balancier, sans obligatoirement avoir besoin de beaucoup de force.»
  • La gym en Suisse compte environ 350’000 membres.
     

Vidéos

Championnats suisses agrès masculins Yverdon 2019

Fête fédérale de gym à Bienne 2013

 

Retour au blog