X

Recherches fréquentes

Russie

Archan

01 octobre 2018

Archan, au pied des montagnes

Au cœur du parc national de la Tounka, nous poursuivons notre route dans ces vastes espaces. Nous sommes littéralement portés par le vent, par la pureté du lieu, par la magie de la Terre. À chaque pause, nous profitons des rivières pour nous y baigner, là, face aux hauts sommets des montagnes des Sayanes. Nous traversons les petits villages d’isba aux volets colorés, ceux qui doivent durant l’hiver affronter le souffle glacial du vent, dans un univers où tout doit être pureté et silence. Hier soir, nous avons eu un gardien près de notre tente, un chien. Toute la nuit, il a dormi à nos côtés et a attendu que Nayla se réveille pour courir ensemble dans les hautes herbes. 

Lambeaux de tissus colorés en offrande aux esprits

Aujourd’hui nous rejoignons Archan, un petit village au pied des montagnes. C’est un lieu sacré. Des lambeaux de tissus colorés fleurissent sur les arbres. Chamaniques ou bouddhistes, il n’y a pas de réelle séparation entre les deux traditions. Ces tissus sont une forme d’offrande aux esprits. Ici nous nous sentons en paix, nous sentons la puissance des montagnes.

Andree nous accueille dans sa domki

Nous y rencontrons Andree et Vera et profitons de rester dans leur domki durant quelques jours. Ils viennent de Saint-Pétersbourg et ont choisi de s’installer ici à Archan. Andree a tout construit lui-même. C’est beau et ingénieux. Tout a été pensé pour être pratique. Ce lieu est simplement magique. Nous nous y sentons si bien, c’est un ressourcement complet de tout notre être. La petite maison est chaleureuse et intime. Un ruisseau permet d’obtenir l’eau courante et surtout à Nayla et Fibie de jouer dedans. Dans le jardin poussent les salades, carottes, pommes de terre, betteraves et herbes aromatiques. Quelques arbustes donnent des baies violette et acidulée. Le bania nous offre de belles séances de purification et des douches chaudes, alors que le barbecue permet de faire griller les chachliks autour d’un feu qui crépite. Nous sommes aussi émus par l’accueil de nos hôtes, un lien particulier nous relie, une amitié s’est nouée et nous serons toujours les bienvenus. Au moment du départ, ils nous offrent des branches de genévrier à brûler afin de purifier les lieux où nous campons, afin d’être protégés. Les yeux d’Andree pétillent alors d’émotions, une larme prête à couler.

Céline