X

Recherches fréquentes

Russie

Kiakhta, aux portes de la Mongolie

31 octobre 2018

En route pour la Mongolie

La Sibérie nous aura servi ses plus beaux fruits, des baies qui avaient depuis longtemps disparues de notre alimentation. Des cassis, des groseilles, des raisinets, des baies d’argousier, fraises, framboises, et même des abricots, pruneaux, et nectarines. Nous profitons de ces fruits, sachant qu’en passant la frontière avec la Mongolie, il y aura à nouveau un changement d’alimentation complet. Enfin, nos souvenirs sont enveloppés de l’odeur de moutons, et marqués par l’absence totale de légumes et de fruits. Nous étions alors en plein de cœur de l’hiver. 

Dernière forêt avant les steppes

Ces souvenirs font aussi surface parce que nous approchons de la frontière. Il y a comme une euphorie, d’y être arrivé, même si une partie de nous se prépare à la suite. Nous traversons des régions d’aventures, des grands espaces où les éléments sont maîtres. 
Le chemin se rappelle à nous. Nous longeons les vallées, montons les vallons à travers des forêts de pins, traversons les vastes paysages où les distances sont immenses. Nous devons transporter beaucoup d’eau, il y a de moins en moins de villages. Au milieu des steppes, se dessine parfois un temple bouddhiste, maintenant c’est une église qui est illuminée dans le ciel sombre, au loin, le long de la rivière. Les paysages sont beaux, enivrants, nous sommes à la fois retenus et poussés à partir, à avancer, surtout à cause des réserves d’eau. 
Après avoir plongé dans l’ambiance glaciale de la petite ville Kiakhta, nous y découvrons son cœur. L’église bleu cyan et blanche symbolise la lumière présente sur cette Terre. Là, nous sommes à nouveau face à l’incroyable accueil que nous avons reçu en Sibérie, à cet élan de sympathie que tous nous ont témoigné, à ces maisons aux volets colorés comme symbole de joie. Une grand-maman nous invite dans sa maison sibérienne pour y passer la nuit. Nous terminons notre passage en Russie sous le signe de l’accueil humain, de la chaleur du partage au cœur d’une isba.

À notre départ, Fibie fait de grand signe de la main sur les Paka-paka. 


Xavier, Céline, Nayla et Fibie

Devant l'église de Kiakhta, à la frontière Mongole