X

Recherches fréquentes

Mongolie

La vie dans les steppes

05 décembre 2018

 La maman trait les vaches

Assis sur un lit, nous regardons la femme mélanger le thé au lait. Le poêle est alimenté par du bois et apporte de la chaleur dans la ger. Sur la table est déposé un bol de khuruud, des boules de yogourt séchées, de l’öröm, de la crème, et du pain. Des lambeaux de viande sèchent sur les montants en bois.

5 jours durant, nous vivons à côté d’une famille. Nous nous lions d’amitié avec ces nomades. Le père travaille en ville durant 3 mois de l’été pour gagner un peu d’argent, ainsi la femme est toute seule pour s’occuper du troupeau de chèvre et moutons, de la vingtaine de vaches, des trois chevaux et des cinq chiens. Elle a trois enfants : un fils de 13 ans, une fille de 8 ans et un garçon de 2 ans, qu’elle allaite encore.

Tumursuk sur son étalon beige

Ce matin, le fils est allé chercher le troupeau. Il montait un bel étalon beige. Il est fier sur son cheval, portant son large deel. Il tenait à la main une perche lasso, nommée uurga pour rassembler le troupeau. Il a ramené un mouton blessé, l’attaque d’un loup nous a-t-il raconté. Puis, tous ensemble, ils sont allés chercher l’eau potable, dans un puits à environ un kilomètre. Avant de préparer le souper, la femme va encore traire quatre de ses vaches. C’est avec le lait qu’elle fabriquera les khuruud. Maintenant, il reste le bois à couper.

Tumursuk et sa maman scient le bois

Chaque geste est rythmé par le cycle de la vie. Tout au long de l’année, le troupeau est le centre des préoccupations. Il est tout : la nourriture, le cuir, le chauffage, le transport et même des instruments de musiques et des jouets. Bien sûr, la laine de mouton sera aussi transformée en feutre pour la construction des yourtes. Évidemment, nous évitons de les questionner sur le nombre d’animaux qu’ils possèdent. La réponse serait éludée parce qu’elle porterait le mauvais œil sur le troupeau, silence pour préserver le troupeau.

Confection de petits chaussons dans la ger

Un orage vient assombrir le ciel. D’un coup, la pluie s’abat et la température chute. Les enfants allument la petite télévision branchée sur une batterie de voiture alors que la maman fabrique des chaussures avec sa machine à coudre, de petits chaussons pour enfants qu’elle ira vendre au marché. Il pleut longtemps. Le ciel est noir. Juste avant le coucher du soleil, une éclaircie illumine la yourte. Les lumières sont fabuleuses.

Tous ses instants de vie partagés sont des joyaux. Ils sont les vrais trésors de la steppe, ils sont le cœur de la Mongolie.
Xavier

Les enfants mangent des khuruud dans la yourte