X

Recherches fréquentes

Russie

Le temple Datsan d'Ivolguinsk

28 octobre 2018

Perdu entre steppe et taiga, le temple Datsan d'Ivolguinsk

Perdu dans la steppe, au pied des collines boisées de taïga, apparaît le temple de Datsan d’Ivolguinsk. Il est entouré d’un petit village de maisons sibériennes. Là vivent plus de 200 moines bouddhistes. Ce temple était le seul centre spirituel de l’URSS, aujourd’hui il accueille la présence du Hambo Lama Dambu Ayusheev, leader des lamas russes. Mais plus encore ce temple est le lieu de résidence du Khambo Lama Dachi-Dorjo Itigilov. Mort en 1927, le corps de ce lama ne montre aucun signe de décomposition. Exhumé en 2002, le rapport des scientifiques indique que le corps, enterré depuis 75 ans, est dans l’état de quelqu’un qui est mort il y a 36 heures: les muscles n’ont pas fondu, les membres ne sont pas raides et la peau est encore souple. Cela déconcerte évidemment la communauté scientifique, pourtant ce mystère est totalement intégré dans la foi bouddhiste: le khambo lama itigilov a atteint le nirvana et a plongé dans un état de profonde méditation. Seuls les grands maîtres peuvent atteindre cet état spirituel et purifier leur corps afin que la mort ne puisse le dégrader. Les moines le considèrent ainsi comme une personne vivante et depuis 2012 il transmet quotidiennement des messages par l’intermédiaire du Bimba Lama Djordjiev, avec qui il entretient un lien spirituel fort. 

De nombreux Mongols viennent rendre hommage au Khambo Lama

Devant ce temple bouddhiste de la tradition tibétaine, il y a un changement d’ambiance. De nombreux Mongols viennent rendre hommage au Khambo Lama, tous vêtus de leur plus beau deel. Ils portent en eux l’énergie des nomades, cet esprit de liberté un peu brut. Ici Ludub nous accueille. Un vrai personnage. Il est musicien compositeur et joue du piano et le morin khuur, un instrument traditionnel bouriate. Le tout à 14 ans et dans l’obscurité totale. Il est aveugle depuis son enfance. Fils du Lama Ayusheev, nous avons droit à une rencontre avec son père, ce grand lama. Pourtant, c’est bel et bien l’élan vital de son fils qui nous touche. 

Une femme vêtue d'un deel mongol prie.

Nous sommes ensuite invités à rejoindre le lieu de naissance du Khambo Lama Itigilov, arrivé sur terre à l’âge de 7 ans. Nous traversons les steppes dans des lumières fabuleuses, comme si toute la nature s'était parée de son plus bel éclat, à l’image de ce petit lac qui prend des couleurs turquoises insolites. Sur place, nous buvons l’eau sacrée du puits et tournons autour du stupa avec des Mongoles de Chine intérieure. Nous sommes à leurs côtés lorsqu’ils accomplissent le chaktshal. Mains jointes, ils touchent leur front, leur bouche et leur cœur avant de se prosterner, complètement allongés au sol. Là, face à ces grands espaces, les prières s’envolent. 

Xavier, Céline, Nayla et Fibie