X

Recherches fréquentes

Mongolie

Le visage sombre de la Mongolie

31 décembre 2018

Nous sommes portés par la puissance du désert

Petit à petit, jour après jour, nous sommes arrivés à la frontière chinoise. Nous avons lutté avec un vent de plus en plus violent et froid dans des paysages par moment hostiles. En même temps, nous sommes portés par la puissance du désert. Les filles malgré la difficulté de cette traversée, sont en unisson avec la vibrance de la terre. La magie est palpable. 

Le désert se pare de fleurs jaunes et de petits arbustes roses. Dans ces espaces nus, c’est avec émotion que nous les admirons. Puis nous entrons dans une vallée, les petites collines ondulent comme des vagues. Nous avons la sensation d’entrer dans un tableau peint. La luminosité est dansante. Le paysage s’illumine par endroit, et plonge dans l’ombre à d’autres. 

 La magie des grands espaces

Nous aussi nous plongeons dans la face sombre de la Mongolie. Était-ce nécessaire, je n’en suis pas sûre. Pourtant, cette dernière soirée dans le désert fait écho à toutes les histoires contées le long du chemin. La Mongolie est un pays dur et son peuple a choisi la résilience et la force. La résilience de vivre dans ce territoire au point d’oublier le reste du monde. Et la force, la dureté, le combat, une énergie yang qui par moment déborde, surtout à la dérive de l’alcool.

 Nous luttons avec un vent de plus en plus violent

Là, dans la nuit, un homme ivre débarque, avec, en lui, la fureur des guerriers de Gengis Khan. – « Je vais t’ouvrir le ventre ». Pas d’échappatoire, même la police ne s’y mouille pas. Avant le 20e siècle, une loi réglait le problème clairement. Si un homme avait bu, il serait dépouillé de son arme la première fois, de son cheval la deuxième, une de ses mains serait coupée la troisième, et la quatrième, il serait mis en exil. Aujourd’hui, c’est un réel problème sociétal. Et en cette nuit de nouvelle lune, pour nous. Cet homme est reparti titubant une heure plus tard, comme il est arrivé. Nous avons réussi à garder notre calme. Puis ses amis sont arrivés pour le récupérer et s’excuser, en lui infligeant quelques coups de pied en plein ventre. 

Le réveil est entaché par les émotions de la nuit. Le désert nous rappelle au moment présent. Le vent est si violent qu’il balaie tout sur son passage, y compris cet épisode. 

Xavier