X

Recherches fréquentes

Arrivée à Okinawa

TEXTE
04 mai 2018

Nous posons le pied sur l'île principale d'Okinawa, dans le sud du Japon. Une nouvelle page se tourne, nous plongeons à nouveau dans le voyage. Taiwan était une transition, nous voilà dans le vif du sujet. Toutes les incertitudes sont balayées d'un coup pour vivre la réalité du moment présent et par instant son exigence. Dès aujourd'hui, nous allons uniquement camper, vivre une vie à l'extérieur dans le mouvement des éléments. Nous arrivons à aéroport de Naha à 21 h 30.

Nuit entre les cartons Rikulau


    ⁃    « D'ici trente minutes, le bâtiment ferme. », nous informe l'agent de sécurité. »


    ⁃    « Est-ce possible de passer une nuit à l'aéroport ? » demande Xavier avec un grand sourire et beaucoup de douceur, comme pour attendrir l'homme. « Il nous faut environ 4 heures pour remonter les vélos et être prêt à partir. » ajoute-t-il. Sans le mentionner, sa pensée dévoile la suite... « en plus, nous n'avons pas de tente, nous allons la recevoir demain de la compagnie Mont-bell. »

    ⁃    « Impossible » sa réponse est ferme.

Dès notre arrivée, nous voilà face à l'inconnu, à l'incertitude. Nous devons nous adapter à la situation présente. Nayla est légèrement inquiète, elle s'interroge, alors que Fibie ne demande qu'à dormir. Une femme nous suggère de poser la question à la police, peut-être qu'ils peuvent nous accueillir pour une nuit. Je me dirige vers le poste de police en berçant Fibie dans le porte-bébé. Ce n'est pas le moment de donner vie à des scénarios, de se questionner ou d'entrer dans les peurs. Il nous faut une solution et rapidement. J'observe les lieux, cherchant un endroit qui pourrait convenir. Il faut au moins que les filles puissent dormir. Arrivée au poste de police, l'accueil est officiel. L'agent me tend le combiné afin qu'un traducteur puisse expliquer mes propos. Impossible de dormir au poste, par contre un agent va tenter de demander une autorisation pour dormir dans l'aéroport domestique qui lui aussi est fermé de minuit à six heures. Connaissant l'importance du respect des règlements chez les Japonais, je doute de plus en plus.

Vue sur les premières villes d'Okinawa

Finalement avec une chance inouïe, nous obtenons l'autorisation et dormons entre les cartons de nos vélos dans l'aéroport de Naha. Quelle vie étrange menons-nous, il y a quelques semaines, nous étions dans un hôtel de luxe à Taiwan, nous sommes maintenant des vagabonds au Japon.

Céline


Article précédent La vibrance de Taiwan Article suivant Okinawa, la base américaine