X

Recherches fréquentes

Mongolie

Une nuit devant l'ambassade chinoise

02 décembre 2018

 Arrivée dans la capitale de la Mongolie

UlaanBaatar, nous sommes bloqués dans les bouchons. Cette ville est infernale en termes de circulation. D’ailleurs un système a été mis en place, chaque jour seuls certains numéros de plaque ont le droit de circuler dans le centre-ville. Cependant, cela ne résout pas complètement le problème. Toujours est-il que nous sommes arrivés dans la capitale.

Vue sur UlaanBaatar

En nous, il y a une jubilation, presque la larme à l’oeil. C’est une grande étape. Nous avons réussi à rejoindre cette ville, en plein cœur de la Mongolie. C’est fabuleux, nous en sommes fiers, et à la fois nous remercions nos filles pour leur courage, pour cet accomplissement. Rien n’était gagné, surtout pas à quatre, et avec une fille d’une année. Nous sommes aussi touchés d’avoir été guidés jusqu’ici. Les portes se sont ouvertes à nous, la Vie nous a soutenus, le souffle nous a portés.
Nous voilà maintenant face à l’ambassade chinoise. C’est l’émeute. Des centaines de Mongoles attendent devant les portes. De nombreuses bourses sont distribuées par le gouvernement chinois pour aller étudier en Chine. Seulement, l’ambassade n’arrive pas à faire face aux nombreuses demandes pour obtenir les visas. Nous arrivons au mauvais moment, trois fois par semaine 90 dossiers mongols peuvent être déposés et seulement 10 avec un passeport autre. Du coup, les étrangers dorment devant l’ambassade pour arriver dans les 10 premiers et recevoir le fameux ticket.
Xavier se retrouve à 14 heures devant l’ambassade, le jour avant l’ouverture. Il est déjà le 8e. Il va ainsi passer la nuit à dormir dehors. Le lendemain matin, nous le rejoignons et pouvons heureusement déposer notre demande de visa. Avec encore quelques montées d’adrénaline, des papiers à remplir plusieurs fois, nous allons finalement payer le visa. Cinq jours plus tard, nous recevons notre sésame. La Chine est notre prochaine destination.
Céline