X

Recherches fréquentes

Alaska

15 ans plus tard

20 septembre 2019

 Nayla et ses nouveaux amis, Jessie et Captain le chien

«Jessie c’est bien toi!»

J’ai les larmes aux yeux de retrouver Jessie. Quelque part en moi je relie ces deux parties de ma vie. Je les unis. Je sens aussi l’émotion de les avoir reliées en roulant de la Suisse à l’Alaska. Comme si je percevais d’un coup la distance et toutes les épreuves qui ont jalonné ce parcours.

Depuis notre première rencontre avec Xavier, je lui parle de l’Alaska, de cette terre d’aventure. J’y ai vécu une année pour mes études universitaires en anthropologie, à Juneau. C’est là que j’ai rencontré Jessie. Lors de nos explorations et aventures, nous avions sur un coup de tête pris un vol pour Skagway afin de faire du ski de randonnée. C’est lors de ce vol, dans un petit avion à 6 personnes qu’elle y rencontra Pat, le pilote. Une année plus tard, je les mariai au Mexique...

 Vue sur les montagnes depuis Homer

Rejoindre Homer était ainsi un but en soi, celui de retrouver Jessie, Pat et leur fils Jody. La difficulté à les joindre par téléphone avait laissé un flou, un mystère. Comment avions-nous changé? Comment sera cette relation? Il n’y avait plus d’attente à avoir, simplement accueillir ce qui allait se présenter.

Instantanément, nous nous retrouvons tout en nous respectant dans ce que nous sommes devenues. Jessie est une femme d’une volonté fantastique, elle a cet élan de spontanéité qui transforme la vie. Elle est imprévisible et regarde à chaque fois plus haut. C’est une de ces rares personnes qui vivent et expérimentent les extrêmes. Touchant à des hauts de félicités et des bas dont les épreuves semblent par moment insurmontables. Nous nous rejoignons dans ce sens et c’est le partage de nos moments de plus grandes intensités qui fait vibrer cette relation. C’est cette spontanéité qui nous nourrit toutes les deux. Face à la mort, elle a trouvé le chemin de la guérison, en allant nager dans l’océan glacial de l’arctique. Nous partons courir ensemble comme il y a 15 ans, à imaginer d’autres aventures à réaliser. Avec elle, tout est possible, tout est imaginable et il n’y a pas de limite dans l’exploration de l’Alaska.

Là, je sens en moi, vibrer cette joie de la spontanéité, et surtout je retrouve l’énergie de l’Alaska. En contemplant l’océan et les montagnes de Kachemak Bay, je sens monter en moi la puissance de cette terre. Je sens cette infinie connexion, son odeur qui me nourrit. L’Alaska est une de mes maisons, une terre sacrée qui vibre en moi.

Céline

 

Retour au blog