X

Recherches fréquentes

Alaska

Baumes des montagnes sauvages Chugagch

19 octobre 2019

 Nous passons la nuit au bord d'un petit lac de montagne

Assis au bord d’un lac, l’eau est noire autant que glaciale. Elle contraste avec la neige, qui recouvre les pentes, comme les tâches d’un lynx. Mon esprit s’envole face à la quiétude du paysage, il se déplace le long des motifs blancs, va rejoindre les hauts sommets, suit les chutes d’eau, arpentent ces terres sauvages. Un souffle glacial me ramène au bord de l’eau. Face à moi, Nayla et Fibie jouent avec la réflexion de leur visage sur cette étendue. Elles grimpent sur les pierres, tiennent en équilibre sur leur face puis s’asseyent sur la plus grosse. Celle qui est entourée d’eau. Nayla tire Fibie par la main dans une gymnastique acrobatique. Enfin, elles sont serrées l’une contre l’autre, les pieds à la limite de l’eau, à rire aux éclats.

 Nayla et Fibie jouent au plus près de l'eau

Soudain, une femme nous accoste. Elle nous appelle par nos prénoms. Alors que ses deux enfants en bas âge accourent vers Nayla et Fibie. Amanda a entendu parlé de nous à Valdez, elle est heureuse de nous avoir retrouvé. Elle avait tant en envie de nous rencontrer. Nous sommes surpris et émus. La conversation s’engage avec fluidité et passion. Nous entrons instantanément sur des thèmes qui nous touchent, nous partageons cet élan d’enthousiasme et de vivacité. Venant d’arriver à Valdez, les crocodiles qui se prélassaient sur sa pelouse en Louisiane ont laissé la place aux ours. Cette rencontre met surtout en lumière la diversité des contacts que nous avons avec la population. Nous passons d’un extrême à l’autre, d'une ouverture d’esprit extraordinaire à des personnalités engluées dans un monde qui s’arrête à la limite de leur propriété. Nous alternons entre l’une et l’autre dans une valse qui parfois nous emmène enjoués à tourbillonner et qui parfois nous stoppe brutalement dans nos pas et notre élan. Nous savons aujourd’hui que trop bien que notre histoire ne peut être entendue de tous, qu’elle est impossible et impensable. Nous savons trop bien que nous vivons tous dans notre réalité ou vérité. Pourtant, il nous arrive encore parfois de trébucher dans notre danse, surpris par un chant en total désaccord avec notre musique.

Nayla aide à filtrer l'eau du lac

Violette, la petite fille de 4 ans, invite sa maman à nous offrir un peu de nourriture. De l’houmous et des fruits frais, des délices pour notre palais, nous qui transportons notre nourriture sur tant de kilomètres. Mais surtout, Amanda nous offre deux baumes qu’elle confectionne avec les fleurs de la région. Elle les récolte durant l’été dans les montagnes sauvages des Chugach. Et elle fera naître cette passion pour Nayla. L’envie de confectionner elle aussi des élixir.

Céline

 

Retour au blog