X

Recherches fréquentes

Alaska

Denali, celui qui est haut

31 décembre 2019

Dernière nuit sur la Denali Highway

Nous trouvons un lieu où camper, heureux d’être en dehors de la forêt boréale avec une superbe vue sur les montagnes de Talkeetna. Non loin, un petit lac promet d’être une jolie excursion pour les filles. Mais, rapidement, le ciel se couvre. Les nuages noirs arrivent et les bandes de pluies se dessinent à nos côtés. Les lumières sont simplement magiques. Cela fait déjà plusieurs jours qu’il pleut tous les soirs. Cette fois encore, nous allons manger dans notre deuxième tente. Cette nuit, c’est le déluge, avec la violence du vent, les vélos tombent dans un grand fracas. Je n’ai pas le choix. J’aimerai bien rester dans la chaleur de mon sac de couchage. Mais je dois sortir dans la tempête pour installer des tendeurs supplémentaires. En quelques secondes, je suis complètement détrempé par cette pluie glaciale. Je me dépêche et espère que le vent ne s'intensifie pas. Photographe de l’équipe, je me motive aussi pour prendre quelques images. Je rentre finalement dans la tente dégoulinant, laissant mes habits dans l’abside.

 Nous longeons de nombreux petits lacs

Nous voilà sur les derniers kilomètres de la mythique Denali Highway, en totale immersion avec la nature. Nous avons plongé au cœur de la terre Mère et de ses somptueux paysages sauvages et nous n’avons pas envie d’en sortir. Quelques lacs se dessinent le long de la route, leur réflexion est parfaite et accentue encore la pureté du décor. Et là face à nous, se dessine soudain la chaîne de Denali et le Mont Mackinely! Il s’élève au loin, Denali, le plus haut sommet de l’Amérique du Nord qui culmine à 6’190 m d’altitude. Dix minutes plus tard, il est pourtant dans les nuages. Ce sommet arrête les précipitations provenant de la mer Bering, il est ainsi souvent caché par des voiles nuageux.

Au loin, et dans les nuages, nous distinguons le Mt Denali

Denali veut dire « Celui qui est haut » dans la langue Athabascan des peuples autochtones. Et effectivement ce sommet a une élévation verticale de 5’500m vu qu’il part d’un plateau à 700 mètres d’altitude. Cette montagne est fascinante et gigantesque. Elle est entourée de 5 glaciers, dont les plus longs atteignent 80 kilomètres. Face à elle, nous nous sentons si petits, et insignifiants, pourtant elle inspire à la grandeur.

La pluie s’abat sur nous durant plusieurs heures

Évidemment, elle attire les alpinistes, mais son climat froid et extrême avec des changements météo rapides, sa situation géographique arctique et son altitude en fait un des sommets les plus difficiles à gravir. Le mal des montagnes est aussi augmenté par sa latitude élevée. Autrefois, tenter le sommet impliquait de traverser des terres hostiles durant plus d’un mois en chiens de traîneaux afin d’arriver au pied de la montagne. Aujourd’hui, un vol permet d’accéder au camp de base. Pourtant, c’est toujours Denali qui décide qui atteint le sommet. Les expéditions font face à un taux d’échec d’environ 50%.

Xavier

 

Retour au blog