X

Recherches fréquentes

Alaska

La chaîne des Wrangell

29 octobre 2019

 Les nuages sombres se dirigent contre nous

Cette fois, il n’y a plus de pénombre. Le jour dure vingt-quatre heures, nous sommes plongés dans cette lumière éclatante qui nourrit notre corps d’une incroyable énergie. Il en devient difficile de s’endormir, de trouver le sommeil. Toutes les cellules de notre corps sont en constante effervescence et pour les filles c’est encore plus difficile. Elles dansent dans la tente totalement excitées à 23 heures, impossible de se calmer malgré la fatigue. Il n’y a plus de différence entre le jour et la nuit, il n’y a plus de rythme. Il n’y a que cette lumière qui nous inonde. À travers la toile jaune de notre tente, nous sommes irradiés de l’intensité du soleil boréal, encore souligné par la couleur de la toile. Lorsque Fibie se réveille et demande à téter, je ne trouve plus le sommeil. Il n’y a plus de nuits, plus de moments de rêves. Le corps est prêt à l’action à chaque instant. L’intensité de notre vie devient encore plus dense.

 La pluie battante s’abat sur le paysage

La bifurcation qui rejoint McCarthy nous appelle. C’est la porte d’accès vers les le parc national de Wrangell-St-Elias. Les montagnes là-bas sont fabuleuses. Les glaciers sont gigantesques, inimaginables, aux dimensions inconcevables. L’esprit humain ne peut saisir leur grandeur, même lors d’un vol en avion. Il n’y a pas de mots pour exprimer la pure beauté qui se cache dans cet espace somptueux et si reculé. Le mont Saint-Elias est la deuxième plus haute montagne de l’Alaska et du Canada à 5 489 m d’altitude, une montagne sacrée pour les Tlingit. Le plus impressionnant est son relief vertical alors que la montagne donne l’impression de plonger dans l’océan à Icy Bay. Pourtant, bien que ces montagnes nous appellent. Elles sont encore plus inaccessibles, plus reculées, elles demandent encore plus d’immersion. Les 200 kilomètres en piste ainsi que l’impossibilité d’avoir accès à de la nourriture ne nous permettent pas d’aller juste apercevoir leurs somptueux sommets.

 La chaîne des Wrangell que nous découvrons après l'orage

Alors que nous roulons dans ses paysages insensés, dans la taïga surplombée de hauts sommets, un puissant orage dévale les pentes. Les nuages sombres se dirigent contre nous, les éclairs explosent et crée des arcs qui rejoignent ciel et terre. Soudain, de la fumée s’échappe des forêts. Un incendie semble s’être déclaré. Arrêtés pour évaluer la situation, nous frémissons de la puissance du spectacle. Pourtant, nous ne savons pas si nous devons nous émerveiller ou nous alarmer. La pluie battante qui s’abat sur le paysage assombri nous rassure. Nous espérons simplement que nous serons épargnés par le déluge de la pluie à la température glaciale.

Les filles dessinent et dansent dans la tente

La tempête se poursuit et crée des contrastes de couleurs spectaculaires. Nous rejoignons alors un petit lac dans la partie encore ensoleillée du panorama. Lentement, la tempête se calme et la chaîne des Wrangell se reflète sur l’étendue d’eau. Nous aurons ainsi une vue fabuleuse sur les strato-volcans éteints du mont Blackburn et du mont Sandford.

Céline

 

 

Retour au blog